A silent voice 


Ce film a de la beauté à travers ses silences et ses dessins soignés. Adaptation cinématographique du roman graphique de Yoshitoki Ōima. il retrace la vie d’un jeune homme qui avait été la brute de son collège et par la suite les rôles se sont inversés, il devint celui qu’on rejette et montre du doigt. Dans ces différents moments de solitude on perçoit l’isolement et la dépersonnalisation des gens qui l’entourent devant juste des croix, sans visages, sans nom et sans identité. Il a peur et mal, il se sent coupable d’avoir mal agit. Il se fait de nouveaux amis mais a des difficultés à nouer des liens. Il ne sait plus comment on fait pour être ami, agir comme des amis. Il devra progressivement abattre ces murs qu’il a créé pour ne plus avoir à regarder les gens dans les yeux. Il a peur des autres, il a peur que les gens voient ce qu’il a fait dans ce passé ténébreux. 

Ce film d’animation est de Naoko Yamada et des studio Kyoto Animation a la mérite d’offrir un moment d’évasion. Un peu comma dans Evangelion on a des moments d’égarement on ne sait plus ce qui s’est passé, on ne sait pas comment on en est arrivé là? C’est un peu le propre de ce qui se passe dans la tête des deux héros du films, ils sont perdus, il veule communiquer mais il n’y arrive pas. Cela ressemble un peu à une phrase du film Sauve qui peut la vie de Jean Luc Godard quand le personnage de Godard incarné par Jacques Dutron dit « On n’arrive plus à communiquer… On finit par se taper». Il y a dans la violence une part de crise, on voudrait évacuer quelque chose qui ne veut pas sortir. Un peu comme le personnage de … qui doit se faire violence pour communiquer avec certaines personnes, alors qu’elle ne veut qu’une chose avoir des amis. Mais beaucoup sont sourds à ses gestes, ses cris de détresse. C’est incroyable cette situation où la personne handicapée de surdité est beaucoup plus ouverte au monde que les personnes non handicapées qui finissent par être avalée par leur quotidien, devenant aveugle et sourd aux simplicités et à la tendresse. 
 
Les ados de ce films sont tous perdus, on ne sait pas pourquoi, on ne comprend pas comment ils peuvent s’en sortir entre drogue, dépression et tentative de suicide. Ils sont le reflet de la modernité qui réprime les envies et les rêves, car l’emballage du quotidien a un prix très élevé, qui est souvent l’abandon de son âme ou de ses rêves.25711
A Silent Voice dépeint de manière réaliste les conséquences horribles de l’intimidation et l’utilise comme fondement d’un récit émotionnel sur le passage à l’âge adulte du combat d’un adolescent contre la dépression et de sa quête de rédemption. Le récit rythmé par le film et sa narration savamment tissée offrent une histoire stimulante qui vous suivra longtemps après le générique. Les superbes arrière-plans, les personnages bien réalisés et l’animation époustouflante contribuent grandement à renforcer l’impact émotionnel du film, ce qui en fait l’un des films les plus touchants et les plus puissants que j’ai vus de toute l’année..
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s