Daredevil Saison 3

Lancé exactement une semaine après l’annulation de Iron Fist par Netflix, Darvelevil de Marvel est de retour dans le service de streaming vendredi pour sa troisième saison tant attendue. Bien que cela fasse plus de deux ans et au moins une minisérie des Defenders depuis la série présentée par Charlie Cox et Vincent D’Onofrio pour la dernière fois sur le petit écran, l’attente de plus de Man sans peur en vaut vraiment la peine. Lire la suite Daredevil Saison 3

Publicités

Les femmes dans les séries T.V

Les femmes prennent le pouvoir au cinéma, mais aussi dans les séries. Si beaucoup de femmes, encore aujourd’hui, veulent rester vierge jusqu’au mariage, ou encore qui pensent qu’elles ont moins de droits parce qu’elles sont des femmes, d’autres parlent librement de sexe et des sujets dits tabous.

Mais la première révolution est apparue en 1998, soit il y a 20 ans par rapport à 2018 avec la série « Sex and the city », qui mettait en avant des femmes abordant des sujets comme les rapports sexuelles, ou les ragots entre copines. La parole se libérait chez les femmes. Depuis « Sex and the city », la lignée des femmes émancipées s’est peu à peu aventuré dans nos séries fétiches.

Après «  sex and the city », nous avons eu «  Desperate Housewife » qui est devenu la série culte de nos discussions de récréations. Le pitch est à peu près le même : des femmes au…

Voir l’article original 221 mots de plus

I feel Good

I Feel Good: cela sonne comme une chanson rock mais cela n’est pas le sujet de ce film, qui nous mène à suivre un homme qui rêve de grandeur mais qui n’y arrive jamais. Il rêve d’être PDG d’une grande multinationale mais à chaque projet c’est la crise et donc ne réussit aucun coup. Jusqu’au jour où il décide d’être dans le coaching et la création de voyage médicalisé. Un secteur en plein boum. (Attention spoilers)

Lire la suite I feel Good

Grimm de retour sous forme d’un spin off? Fin de IronFist sur Netflix

NBC développe une série dérivée de la série surnaturelle GRIMM, qui s’est terminée de l’an dernier après six saisons. Comme la série mère ce sera une filiale d’Universal TV qui produira le projet avec Sean Hayes et le studio de Todd Milliner, Hazy Mills Prods. Lire la suite Grimm de retour sous forme d’un spin off? Fin de IronFist sur Netflix

The haunting of hill house bien mais…

The haunting of hill house: une belle réalisation, une belle esthétique mais une histoire qui nous perd un peu.
 
The Haunting of Hill House est une réimagination moderne du roman légendaire de Shirley Jackson, du même nom, à propos de cinq frères et sœurs ayant grandi dans la plus célèbre maison en Amérique. Maintenant adultes, ils sont réunis par le suicide de leur plus jeune soeur, ce qui les oblige enfin à affronter les fantômes de leur propre passé … certains qui se cachent dans leurs esprits … l’emblématique Hill House.
hohh_102_unit_02404r
Cette série disponible sur netflix nous perd dans ses allées et venues dans le présent et le passé, provoquant à certains moments des pertes de la temporalité. Malgré tout elle reste la série phare du mois d’octobre, la réalisation est bonne sur le plan esthétique, les plans séquences ou encore l’esthétique de la photographie, tout cela font que la série a bien un univers marqué et que les idées sont là, parfois un peu trop banales, ce qui fait que les fans du genre ne seront pas rassasiés à la fin du plat principal, mais en analysant en profondeur la série on se rend compte qu’il y a beaucoup de chose à retenir au sein de la mythologie créée par la série que par ses clichés multiples.

The Haunting of Hill House” fonctionne mieux lorsqu’il se démarque des pièges du cliché du genre maison hantée et embrasse l’innovation nécessaire pour porter cette histoire à la télévision. D’une part, ce spectacle d’horreur en série est très familier: il se déroule dans un immense manoir centenaire rempli de planchers craquants, de portes s’ouvrant automatiquement et de nombreux fantômes; une distribution tentaculaire endure divers événements inexplicables. Mais malgré ces tropes familiers, les acteurs valides finissent par raconter une histoire provocante et émouvante. De plus, le showrunner Mike Flanagan insuffle suffisamment d’astuces originales pour faire de cette expérience un régal à savourer à travers Halloween.
 
Inspirée du roman éponyme de Shirley Jackson datant de 1959, la série originale de Netflix se déroule sur deux périodes: « Avant » et « Maintenant », comme le dit si bien le titre des cartes. « Then/Avant » est au moins il y a quelques décennies, peu de temps après que la famille Crain a emménagé dans la maison de titulaire Hill afin de la retourner. Papa ours Hugh Crain (Henry Thomas) est un homme de tous les métiers qui peut réparer à peu près n’importe quoi. Son épouse, Olivia (Carla Gugino), est l’architecte qui peut lire et faire les plans. Ils n’ont pas trois enfants, pas quatre, mais cinq enfants, allant d’un lit à la fois acceptable et «trop vieux pour ce genre de choses».
hohh_105_unit_02879r
«Maintenant» reprend les enfants, le père s’est éloigné et la mère est partie. Steven (Michel Huisman), le plus âgé, a écrit une œuvre de fiction inspirée du temps réel passé par sa famille à la maison. Nell (Victoria Pedretti) est aux prises avec des hallucinations et des cauchemars, tandis que Luke (Oliver Jackson-Cohen) est en cure de désintoxication et que Theo (Kate Siegel) se débat avec des relations à long terme. Shirley (Elizabeth Reaser), mariée et copropriétaire d’une morgue, est la plus grande des personnes les plus intriguantes du groupe. Elle est l’homme de la mort, qui offre aux cadavres (ou à leurs esprits) quelques occasions de se comporter mal.
 
Ce qui s’est passé à la maison – et ce qui a poussé cette famille très unie à se séparer – est retenu pendant la majeure partie de la première saison. Backstory est taquiné lentement, alors que la série tente d’équilibrer son drame familial avec les alarmes suggérées par ses sources. Dès le début, alors que les secrets sont encore préservés, «The Haunting of Hill House» s’appuie trop sur les craintes de saut faciles et les accumulations prolongées.
 
Ces gadgets familiers peuvent être fastidieux dans un film de deux heures; dans une série de 10 heures, ils sont épuisants. Un nombre excessif de scènes entraînent les mêmes résultats frustrants et se terminent de la même façon: après avoir construit l’anticipation le plus longtemps possible, un fantôme apparaît, passe ou apparaît soudainement dans la ligne de mire du public, à notre insu. aux vivants. Rincez, répétez.
2310625
 
Heureusement, ce n’est pas un simple ennui qui pousse les téléspectateurs à passer à l’avant. «The Haunting of Hill House» construit tellement bien les personnages qu’il est beaucoup plus captivant de découvrir leurs histoires mystérieuses que de les voir paniquer. La structure de retour en arrière est également un obstacle à cet égard, car elle confirme qui est vivant et qui est mort et prive les scènes de vie ou de mort de leur suspense. Mais le dispositif fait partie intégrante de la série dans son ensemble et fonctionne finalement à son avantage.
D’une part, il fournit des réponses que la plupart des films d’horreur ne peuvent pas – à savoir, qu’arrive-t-il aux personnes qui survivent à une maison hantée? La plupart des films n’ont pas le temps d’examiner les conséquences psychologiques pour les victimes qui s’échappent avec leur vie; leurs vies sont assez récompensées. Mais «Hill House» comprend les avantages de son temps supplémentaire et montre ce qui arrive aux enfants après leur enfance traumatique. Ils doivent revisiter leur passé pour trouver la fin, alors au lieu que leur évasion de la maison soit le point culminant, c’est le mystère. Les téléspectateurs savent qu’ils sortent, mais ils ne savent pas comment, ils ne savent pas ce qui s’est passé et ils ne savent pas où ils se retrouvent une fois qu’ils doivent s’occuper de la maison à nouveau, à l’âge adulte.
5061108
 
L’épisode 6 une prouesse technique : 
Au-delà d’une structure de scénario perspicace, Flanagan – qui dirige chaque épisode – trouve un ton à la fois accessible et inquiétant. Le réalisateur de «Gerald’s Game» et le favori du festival «Oculus» tournent actuellement la suite de «The Shining», «Doctor Sleep», et tous ceux qui anticipent cette entrée devraient être encouragés par le look et la sensation de «Hill House». Flanagan doles réalise son meilleur travail derrière la caméra au cours de deux magnifiques prises successives pour couronner l’épisode 6. Même si elles ne sont pas toutes élaborées (comparées aux exemples récents), elles présentent toutes les meilleures qualités de «Hill House». La longueur des prises met en évidence les performances remarquables, tandis que la conception de la production (y compris l’ensemble imposant construit pour la maison elle-même) est de premier ordre depuis les ensembles debout jusqu’à ce qu’elles soient brisées, déchirées ou éclatées. Même les alertes télégraphiées ont lieu à un moment opportun, et il y a également peu de surprises malignes.
 
Pour le meilleur et pour le pire, «The Haunting of Hill House» a toutes les marques d’un original Netflix. C’est gonflé, mais ambitieux; son exposition est lourde, mais son budget est suffisamment élevé pour permettre de belles créations. C’est assez familier pour faire appel par comparaison (pour les fans d’agrafes hantées comme «The Conjuring», «Hell House» ou «The Others»), mais c’est différent de l’horreur de la télévision moderne. (“American Horror Story”, ce n’est pas – il n’ya pas de camp à voir, pas plus que les frayeurs ne se concentrent sur le grotesque ou le gore).
5036108
En fin de compte, quand «Hill House» traite son histoire comme un film, elle en souffre – et lorsqu’elle embrasse les avantages de la télévision, elle prospère. Heureusement, il s’agit d’une émission télévisée et ses constructeurs savaient combien d’histoire ils devaient raconter et trouvaient un rythme effrayant après quelques heures. Les histoires de maisons hantées ont une raison: elles prennent quelque chose de réconfortant – la sécurité présumée d’un logement privé – et la retournent contre vous. «The Haunting of Hill House» suit ce modèle, mais son véritable potentiel consiste à casser le moule plus qu’à le réappliquer. Ce sont les gens qui hantent plus les téléspectateurs que les fantômes. C’est ce qui rend le spectacle d’horreur de Netflix plus vivant.
5022046