Luis et les Aliens


Ayant grandi à moitié orphelin avec un papa ufologue (Armin Sonntag) qui est obsédé par le fait de prouver au monde entier l’existence des extraterrestres, Luis, âgé de 12 ans, n’a pas eu une vie facile et certainement pas normale. Comme personne ne croit Armin Sonntag, pas même Luis, c’est une grosse surprise quand un jour, trois petits extraterrestres maladroits (Mog, Nag et Wabo) s’écraseront juste devant Luis. Excité et sans parti pris, Luis veut montrer sa découverte à son père et découvre que son père « choquerait » ses nouveaux amis. Pendant ce temps, le directeur de l’école soupçonne que Luis ne peut pas recevoir l’attention et l’éducation de son père dont le garçon a besoin et décide que Luis devrait être envoyé dans un internat. Une aventure sauvage commence là où Luis et ses amis de l’espace tentent d’atteindre l’immense ravitailleur, pour ramener les aliens chez eux. Et peut-être que Luis devrait simplement partir avec eux pour échapper à tous ces problèmes ici sur Terre …

 

Luis est un ringard de 11 ans, intimidé et mal à l’aise. Il est un exclu qui n’a des yeux que pour Jennifer, une étudiante en journalisme. Sa mère est décédée. Son père est un théoricien de la conspiration ufologue obsédé et distrait.

Il se lie d’amitié avec trois petits extraterrestres blobulaires farfelus mais adorables après avoir écrasé leur OVNI dans sa maison. En échange de l’aide de Luis pour trouver les trucs de chaîne de télé-achat qu’ils recherchaient, ils ont été sauvés par DFACS. Les aventures et l’hilarité s’ensuivent.

La plus grande animation traditionnelle contemporaine (et l’animation vintage aussi, d’ailleurs) fonctionne sur plusieurs couches. Les enfants adorent les bribes superficielles, les couleurs vives et les voix idiotes, tandis que les adultes peuvent rire des références culturelles que les enfants ne comprendront pas. Du plaisir pour tout le monde, en particulier pour les parents dont l’enfant est amoureux d’un film en particulier et qui insiste pour que ses gags se répètent sans fin.

Luis et les extraterrestres manque la cible pour ce public multi-niveaux. Les enfants vont en profiter. Les adultes vont s’ennuyer. Au lieu de bousculer les références culturelles, les cinéastes ont copié et copié les rythmes du scénario de chaque histoire avec un enfant incompris et ringard avec une vie dure soudainement plongée dans l’aventure après avoir été sélectionné par le hasard  et un Deus Ex Machina qui arrive quand on s’y attend le plus.

Non pas que ce soit une mauvaise prémisse, et non pas que cela ne se soit pas le meilleur film de l’année, ce film n’essaie même pas de le prendre la direction du renouveau. Il copie les séries cultes et son histoire reprend les idées de E.T., The Neverending Story, Up, Prometheus (et / ou Tales of Pirx le pilote de Stanislaw Lem), et même des films plus récents comme Home. La liste des « influences » et des pastiches rempilerait des pages entières. Il fait également référence à la culture pop, mais elles sont livrées à plat et sans contexte, comme une présentation PowerPoint.

rev-luisandthealiens-teas2

« … chaque enfant incompris s’est soudainement plongé dans une aventure qui reçoit son respect dans la grande révélation quand tout le monde voit qu’il est vraiment spécial … »

L’animation est simplifiée dans son exécution, fournissant une sortie de niveau de produit numérique parfaitement plus parfaite. Un produit fragile créé comme un contenu pour alimenter la gueule béante du commerce, sans travail du fond en usant de code et de couleurs criardes.

Il est gênant que le film prenne la situation de Luis à la légère. Il est un petit garçon négligé dont la mère est décédée, sans cadre parental solide, et avec des problèmes d’adaptation sociale. L’administration de son école lui demande de le mettre dans un orphelinat. Il s’occupe de son père dérangé et doit même faire son propre gâteau d’anniversaire.

Dans la colonne négative se trouve également le stéréotype de la servante Latina légèrement ennuyeux que nous devrions probablement mettre à l’écart à ce stade.

rev-luisandthealiens-teas

Est-ce que ce film est nul? Non, aucun film ne mérite d’être décrit comme nu, il est juste raté pour le second degré qui s’adresse aux adultes, sur le plan positif, la grande chose d’être un enfant, c’est que vous n’avez pas encore tout vu et que vous ne vous vous rendez pas compte que les cinéastes ne font qu’emprunter aux meilleurs.

Mais avons-nous besoin de ça? Ne pourriez-vous pas simplement leur montrer E.T., ou Batteries Not Included (Miracle sur la 8e rue), ou Close Encounters, ou Explorers, ou quand ils seront un peu plus âgés, The Outsiders?

Publicités

Une réflexion sur « Luis et les Aliens »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s