Archives du mot-clé sexe

Les étudiants garçons se prostituent, eux aussi.

Suite à notre dossier sur la prostitution chez les filles en France et au Japon, on retourne sur le terrain mais avec les garçons. Très difficile à trouver, car ce réseau est moins accessible que celui des femmes. Dossier préparé par la rédaction et interview menée par Elianne.

2011-05-27_193155

Il est seul dans un café, attendant son RDV, Jean a tout du garçon parfait, fait des études briallantes, a une petite amie charmante et des parents qui sont là quand il le faut. Mais derrière son sourire se cache une triste combine qui lui permet de manger et vivre. Il se prostitue chaque semaine et parfois chaque soir. Pour payer son loyer et manger. Ses parents n’ont plus de réel contact avec lui, sauf pour les fêtes et son anniversaire. Arrivé à l’age de 19 ans sur Paris, il a rapidement du trouver un moyen de se faire de l’argent entre la prépas et ses études de droits. Jean veut entrer dans les grandes écoles après sa licence de droit. Lire la suite Les étudiants garçons se prostituent, eux aussi.

Publicités

Au Japon ça fait fureur

Au Japon des Hotels où on paie 50€ pour dormir à côté d’un(e) inconnu(e). Le but c’est de faire rencontrer des gens aux clients. Mais il est strictement interdit d’avoir une relation non consentie durent cette nuit.

au_japon_un_quotcafe_a_calinsquot_pour_coucher_avec_une_inconnue

Parfois, après un journée longue et stressante, quoi de plus réconfortant que de se glisser dans votre lit, et de s’y endormir blotti dans les bras de votre tendre moitié.

Mais si vous n’avez personne pour vous câliner ? Au Japon, vous pourriez toujours envisager d’aller au sopu ou au bordel, mais il vous faudrait alors vous embarrasser de sexe, alors que ce dont vous avez vraiment envie, c’est de fermer les yeux et de vous reposer dans la chaleur d’un autre corps humain.

Lire la suite Au Japon ça fait fureur

Cosmopolis c’est un huis clos de sexe, de crime et argent

On a une voiture, un homme qui ne sort pas sauf pour manger au restaurant chinois et au grille japonais. Il sort parfois à l’Hotel pour baiser des filles de la rue, même si dès le début il le fait dans sa voiture avec une femme d’age mur. Cosmopolis c’est le crime, la déchéance d’un homme tout puissant qui cherche sans cesse le frison. Pour lui plus rien n’a de sens, ni la morale, ni la religion.

En opposition à sa médiocrité, on a des hommes robots, des femmes automates qui frôlent les émotions, les champs contre champs ne respectant pas la règle en vigueur provoquent une sorte de détachement entre les mots et l’image.

Robert P, reste lui-même, émotionnellement fort à certains passages torrides et son sur jeux sur d’autres scènes ne semble pas apporter grand chose. On note au passage la beauté troublante de Sarah Gadon qu’on avait découvert dans Dream house ou A dangerous method, qui se montre l’opposée du personnage du milliardaire.