Love et autres drogues


L’amour malade


New York, les années 90. Jamie est un jeune commercial redoutable dont l’assurance – et le physique avantageux – sévissent aussi bien auprès des femmes que dans l’univers implacable de l’industrie pharmaceutique où, entre antidépresseurs et dopants sexuels, il parvient finalement à tout vendre.Mais il y a une personne qui semble insensible aux charmes de Jamie : Maggie. Une jeune femme très séduisante et furieusement indépendante qui, comme Jamie, fuit l’engagement émotionnel, mais pour des raisons très différentes. Elle est atteinte d’une maladie chronique et a décidé de vivre uniquement au jour le jour.
Malgré eux, ce qui devait être une histoire sans lendemain va alors s’intensifier. Tous deux vont bientôt voir leurs principes respectifs malmenés et devenir accroc à la plus puissante des drogues qui soit : l’amour.

Une vie parfaite?

Tout semble aller au mieux dans l’existence de ce jeune homme séduisant, qui mène sa vie comme bon lui semble ; jusqu’à sa rencontre avec une jeune femme belle et plein de charme, douée d’un fort trait de caractère. Le beau va tout faire pour obtenir ce qu’il attend toujours des femmes, mais quelque chose de véritable semble avoir changé entre lui et ses relations avec les femmes.

Peu à peu une relation basée selon les règles de Maggie va s’installer, pourtant ce jules ne va pas accepter cette façon de voir les choses. Il va donc chercher à la séduire, en lui révélant qu’il a autant besoin d’elle, qu’elle a besoin de lui.

Nous avons là une bonne comédie d’amour, on rit on pleure et les personnages sont attachant. Au fil du film tout s’enchaine de façon fluide, le jeu des acteurs est bons, on peut voir la progression au fur et à mesure du film entre les deux personnages. On découvre les multiples facettes d’un homme instable, qui change de boulot comme de chemise, qui met toujours tout en œuvre pour tout faire foirer. Atteint d’un manque affectif profond et d’une image négative de lui-même ; il semble ne pas savoir ce qu’il est réellement, un prodige ou simplement celui qui n’est jamais assez bon aux yeux de ses parents. La simple idée d’échouée n’est plus une idée mais une forme de perversité contre son égo. Il sait que cela devait se produire un jour et pourquoi ne pas forcer la force des choses.

Note, on a aimé Anne Hathaway, qui est touchante, drôle et attachante dans ce film.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s