Ça recommence | Ça chapitre 2


Il y a des films qu’on hésite à voir, qu’on met du temps à visionner car la presse et l’entourage propage l’idée que c’est un échec ou un fiasco narratif. Film trop lent ou trop noyé dans son atmosphère, « ça » n’est pas pour autant un échec technique en soit. C’est vrai que si nous regardons ce film de plus près on se rend compte que sa lenteur qui la caractérise est propre a beaucoup de film qui adapte à l’écran Stephen King, et cette lenteur qui règne entre les deux grosses parties qui constituent le film ( l’affrontement final et le retour à la maison)contribue à la forme du film mais aussi à l’ambiance lourde et oppressante. Vous savez, ces moments où rien ne se passe et où l’on attend qu’une chose arrive, mais on ne sait pas quand! Il y a du coup une angoisse que cette chose arrive et nos peurs les plus profondes remontent progressivement à la surface.
Si les instants trash se font rares dans ce second opus, il est vrai que l’histoire très linéaire et ne surprend personne. On ne sursaute pas, car tout est prévisible. Le soucis de ce second opus est la dimension chamanique et ce côté magique, qui jeter en pâture aux spectateurs, comme pour justifier les origine de ce maléfique qui s’abat sur la ville.
On répond également à la question du pourquoi personne ne quitte cette ville pour alerter les autorités voisine, en effet, toute personne qui quitte la ville souffre d’une amnésie totale, expliquant pourquoi rien ne change dans ce lieu maudit. Si ce lieu est maudit et semble figé, ses habitations sont vides telle ville fantôme, les nombreux plans en extérieur sont souvent des plans laissant apparaitre des maisons sans lumière, des maisons sans mouvement, des ruelles et avenues vides, des commerces sans touristes ni clients.

rev-1-IT2-TRLR-0001_High_Res_JPEG.jpeg

Si ce film est bon dans son esthétique, il reprend le code visuel de ses contemporains, si dans le premier film l’espace temporel posait problème, dans celui ci c’est terminé, tout est bon, tout colle… Mais le peu d’innovation dans le genre fait que le film se perd dans la forme et ne donne pas suffisamment de fond.

Ce film est la suite de l’adaptation de 2017, qui a généré plus de 700 millions de dollars de recettes mondiales. En redéfinissant les codes du genre, ÇA est devenu un phénomène de société.

Une réflexion sur “Ça recommence | Ça chapitre 2

Tu es libre de ne pas commenter!

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.