YAKARI – La grande aventure, un héros moderne

Au cinéma cet été les petits sont les rois, et un héros d’une autre époque revient dans une version longue et cinématographique. Yakari partage des valeurs d’une autre époque qui sont plus que jamais d’actualité. Continuer de lire « YAKARI – La grande aventure, un héros moderne »

Nous, les chiens.

Le chien est le meilleur ami de l’homme. Affectueux, fidèle… Mais lorsqu’il vieillit ou se comporte mal, il est abandonné sans considération. Au cinéma, ce qui peut se passer après l’abandon est souvent mis sous silence. On montre la joie, l’amour mais très peu l’abandon, sauf dans les cas de mort tragique du maitre, ou encore lors d’une perte involontaire comme dans L’Incroyable Voyage.

Nous, les chiens, c’est le film du retour à la Nature, d’un chien tout juste abandonné qui espère encore le retour de son maitre. Ce retour à la solitude fait mal. Le chien a été dénaturé, il n’a plus aucune notion de son instinct de survie. Mais il faudra bien que cet instinct animal reprenne le dessus! Continuer de lire « Nous, les chiens. »

Miyazaki, monomaniaque en crise existentielle –Le Vent Se lève–

Miyazaki fait ses adieux en s’inspirant librement d’un roman de Tatsuo Hori et en traçant la biographie d’un ingénieur de l’aviation japonaise. Entre poésie et monde réaliste nous assistons au chant du cygne d’un géant de l’animation japonaise. Continuer de lire « Miyazaki, monomaniaque en crise existentielle –Le Vent Se lève– »

J’ai perdu mon corps

Le premier long métrage du réalisateur et animateur français Jeremy Clapin a été présenté pour la première fois en compétition à la Semaine de la critique à Cannes.
Si la bête à cinq doigts était transformée en une bande dessinée mystérieuse mais sincère, le résultat serait un peu comme J’ai perdu mon corps, qui marque un début prometteur pour le scénariste-réalisateur français- l’animateur Jeremy Clapin. Continuer de lire « J’ai perdu mon corps »

Jesse Gimbel- Minds On Fire

Déconstruisant et réinventant des thèmes familiers, tant au niveau des textes que de la musique, le compositeur et multi-instrumentiste Jesse Gimbel prouve que la convention n’est une restriction que si elle n’est pas examinée. Le début sonne très grunge époque Nirvana, puis nous tombons assez rapidement au début du couplet dans un rock plus accessible. Continuer de lire « Jesse Gimbel- Minds On Fire »