Ron Débloque ! Et c’est tant mieux


Fraichement débarqué au cinéma, le premier long métrage Ron Débloque de Locksmith Animation analyse l’amitié à l’ère des réseaux sociaux. Un film drôle et criant de vérité, défendu par une productrice investie Julie Lockhart. Elle déclare en interview vouloir faire de ce film un projet ambitieux et de qualité.

L’amitié et le numérique

« Nous voulions nous assurer que ce film définisse le niveau de qualité de l’entreprise pour l’avenir. » le défi est relevé avec brio. La production a vraiment su offrir quelque chose d’intergénérationnelle permettant de mieux comprendre les enjeux actuels de la socialisation et du numérique.

Pourtant, à la fin de ce film résonne quelque chose de nouveau en nous, comme si la morale de l’histoire était tout autre : « À trop vouloir se faire des amis, on finit seul ». C’est bien vrai, car aucun robot numérique ni algorithme ne remplaceront un véritable ami sur qui on peut compter. Le héros du film le sait, quand il est seul dans les bois et que la batterie de son robot lâche, il n’a plus personne sur qui compter.

Une noble cause

Pourtant, le film ne cherche pas à faire du mal, quand le DG de l’entreprise Bubble lancer son application. Il voulait réellement aider les gens à se faire de nouveaux amis. Les robots n’ont aucune autre fonction que celle de facilité l’accès aux autres membres connectés. C’est ce que l’on appelle un facilitateur social ou simplement un copilote (wingman). Il permet de donner une bonne image de soi aux autres et d’aller vers des personnes ayant les mêmes centres d’intérêt.

Pourtant, il est vrai que ces petites enceintes connectées dotées des moyens de transports autonomes sont aptes à ouvrir la discussion, mais on réalise assez vite que les gens sont seuls. Ils sont seuls chez eux à chercher des miettes d’amour. Les différents médiateurs de la création d’amitié ne sont que des lueurs, seules les épreuves de la vie permettent de mesurer la force du lien qui nous lie avec les autres.

Les parents et leurs enfants

Ce film est presque autobiographique si on se réfère à l’expérience de parent de Sarah Smith. Elle relate en interview ce moment difficile où votre enfant vous annonce qu’il se sent seul et que personne ne veut jouer avec lui. Un peu comme dans ce film, les adultes ne comprennent pas toujours pourquoi les jeunes vont tant investir émotionnellement dans ces robots ou toute nouvelle chose à la mode. On note une chose assez intéressante, le banc des amis, qui permet de voir qui n’a pas d’ami. L’entreprise de la chargée d’éducation est noble, mais ne fonctionne guère, car on le sait d’après des études en psychologie sociale, que le commun des mortels a tendance à éviter les personnalités impopulaires de peur de finir comme elles. En effet, nous suivons les leaders et très rarement les outsiders ou les rejetés de la société.

Ces robots ont cependant une chose d’utile, ils permettent de palier au manque de communication. Si vous êtes réellement seul, ils mimeront une présence chez vous, mais ne remplaceront jamais des amis que vous auriez pu vous créer en allant dehors.

Ce qui nous a marqué dans ce film, c’est la représentation de Bubble compagnie sous forme d’atome, un peu comme des atomes crochus. Il faut entrer dans cette société pour obtenir l’accès à ce facilitateur social, accéder à l’ultime méthode pour gagner en socialisation.

ff

Tu es libre de ne pas commenter!

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.