Un groupe de musique où les membres ont un classement de popularité! |Japon|

Nous avons été surpris que cela existe vraiment! Nous l’avons découvert dans GTO, mais cela va encore plus loin dans la réalité! Un documentaire de Tev – Ici Japon sur les idoles au Japon. Continuer de lire « Un groupe de musique où les membres ont un classement de popularité! |Japon| »

The Farewell, l’Adieu

Histoire sur la manière de vivre dans plusieurs mondes, The Farewell de Lulu Wang se concentre sur l’écrivain sino-américain Billi Wang (Awkwafina) alors qu’elle voyage en Chine pour dire au revoir à Nai Nai (sa grand-mère maternelle) en phase terminale. Continuer de lire « The Farewell, l’Adieu »

Anders Petersen- La Suède s’invite sur ce blog

Surement le photographe Suédois le plus connu au monde, ici nous n’analyserons pas en profondeur son oeuvre, mais nous regarderons certaines de ses oeuvres. Il y a très peu de recherches universitaires sur cet artiste, mais nous allons cependant essayé d’analyser certaines de ces oeuvres.

Biographie :

En 1984, il publie sa première trilogie, une œuvre sur les établissements fermés: Prison, maison de retraite et asile psychiatrique. Après avoir passé trois ans à photographier cet hôpital, sa démarche devient plus libre, proche du journal photographique. En 2003-04 Anders Petersen est nommé professeur de photographie à l’école de photographie et de cinéma à Göteborg (Suède). Il anime régulièrement des stages et expose en Europe, en Asie et aux Etats-Unis. Il a reçu de nombreuses bourses et prix depuis les années 1970.

Il a été élu « Photographe de l’année » aux Rencontres internationales de la photographie d’Arles en 2003. Il fut l’élève de Christer Strömholm.

En 2003-2004, Anders Petersen est nommé professeur de photographie à l’école de photographie et de cinéma à Göteborg. Il anime régulièrement des stages et expose en Europe, en Asie et aux États-Unis. Il vit et travaille à Stockholm.

Un rapport au corps

L’homme tout comme la femme est souvent présenté dans des postures érotiques. Les femmes dénudées sont d’une extrême maigreur ou d’une corpulence généreuse. Au delà de ces femmes on retrouve, plusieurs scènes à outrance comme des scènes de fornications, de coïte ou de mouvement de foule. L’auteur n’a pas peur de présenter tout, tout ce qui fait notre vie quotidienne. Toutes ces images figées s’entremêlent dans la galerie, laissant cependant un certains malaise.

L’enfant au centre d’une scène bestiale

L’auteur n’a pas de pudeur pour ses modèles qu’il exhibe quelque soit leur age.  Est-ce pour dénoncer ou pour exprimer certaines pulsions? Le noir et blanc souligne encore plus cette dimension sadique et aussi cette vision particulière de la perversion. Continuer de lire « Anders Petersen- La Suède s’invite sur ce blog »

Mother

Ce drame Coréen  a tout pour plaire aux amateurs de ce genre.

Pour ceux qui aiment l’asie et la douceur.

Une veuve élève son fils unique Do-joon, âgé de 27 ans, il est loin d’être indépendant et sa naïveté le conduit à se comporter parfois bêtement et dangereusement, ce qui rend la mère anxieuse. Cette femme dévouée se démène pour aider son fils à apprendre, à devenir un homme. Devenu sa seule raison d’être, cette femme travail et regarde son fil depuis le coin de son œil vigilant. Continuer de lire « Mother »

Printemps, été, automne, hiver… et printemps

Le cycle de la vie

Le film date un peu, plus exactement de 2004. En France, il est fréquent que des films asiatiques tombent dans l’oubli. Est-ce par mégarde, ou par manque de promotion ? Pourtant il y a bien des chefs d’œuvres, 2046 de Wong Kar Waï, les mélodies enivrantes de L’Été de Kikujiro, l’adrénaline de Death Note. Ou bien ce film, Printemps, été, automne, hiver… et printemps. Une fable zen, d’une magnifique beauté plastique, sur les épreuves de la vie, signée A Kim Ki-Duk, cinéaste coréen hors normes.

Continuer de lire « Printemps, été, automne, hiver… et printemps »