Vanishing, une thriller franco-coréen explosif


Le réalisateur français Denis Dercourt propose une adaptation franco-coréenne de l’œuvre de Peter May « Les Disparues de Shanghai ». Elle est à la fois efficace et bien rythmée. Si vous aimez les puzzles bien ficelés où tout semble être écrit avec minutie, Vanishing est pour vous.

Avec un fond mélodique, un gimmick au piano qui revient comme un leitmotiv, le réalisateur a su allier dans ce film la poésie du cinéma asiatique et sa noirceur, en y ajoutant un côté Frenchie. Ce mélange est presque déroutant et a le parfum des grands thrillers.
Il s’applique en utilisant ses personnages pour élucider les différences culturelles comme celle de la notion de l’amour. Non, les Coréens ne sont pas froids, mais plutôt moins démonstratifs dans leurs sentiments, car l’amour est quelque chose de sérieux pour eux.

On aime comment l’entonnoir scénaristique va employer chacun des personnages afin de créer un lien logique, comme si ce trafic d’organe était une plante carnivore se refermant sur les différents personnages.
Tout le monde a un rôle à jouer dans ce récit et personne ne peut vraiment quitter son poste sans mettre en danger l’équilibre.

On se rend compte rapidement comment fonctionne les choses, on démarre par un besoin (argent ou médical) et on rentre malgré-nous dans un engrenage irrévocable. C’est à la vie à la mort, et les apparences ne sont pas trompeuses puisque tout le monde est dans ce grand plan et personne ne peut s’en sortir.

Un gros coup de cœur pour le casting, particulièrement pour les personnages du détective (Yoo Yeon-seok) et de la professeure en science médico-légale (Olga Kurylenko). Ils ont une alchimie à l’écran et leurs scènes sont touchantes. Quand elle avoue son passé et lui qui répond brièvement avoir compris quelques choses… A-t-il tout compris ou seulement des morceaux… Ce film permet de souligner l’importance de l’attention dans nos actions, même dans un pays hyper sécurisé, le cœur a encore sa place !

Vanishing est également l’occasion de découvrir Ye Ji-won, une star coréenne qui chante souvent à la télévision locale des chansons en français, mais joue souvent des personnages parlant français. Elle avait des notions, mais décrocher ce rôle lui offert l’occasion d’approfondir au maximum sa connaissance de la langue de Victor Hugo.

SORTIE SUR CANAL+ ET EN SALLES EN CORÉE
À PARTIR d’AVRIL 2022

SÉANCES EXCEPTIONNELLES EN FRANCE

Photographie © The French Connection

Tu es libre de ne pas commenter!

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.