Morbius


Alors que la presse assassine ce film (pour sa grande majorité). Nous avons vu autre chose. Peut-être par ce que nous l’avons regardé et analysé comme un film à part et déconnecté de la MCU.

Il faut revenir un peu au cinéma unitaire et déconnecté, cela permet de réduire ces attentes veines d’un univers logique. Sous cet angle d’analyse, ce film fonctionne très bien seul et s’autosuffit : ses effets spéciaux sont efficaces, le ton est sombre et assumé. Que demander de plus à un Blockbuster ? Un film qui est vendu et construit ainsi, formaté pour être un film d’action et destiné à un public cible.

En quelques mots, ce Morbius est surprenant. On a quelques éléments qui rappellent le fantastique et le romantisme noir, avec une surcouche de Blockbuster.

Les effet spéciaux nous rappellent énormément ceux de Dracula Untold, certes beaucoup vont taper du poing en disant que ce film n’était pas une réussite, car il avait rompu l’univers Gothique instauré par Francis Ford Coppola avec Gary Oldman. C’est peut-être là que les fans de film d’horreur vont dire que le film ne s’assume pas, il est sans cesse dans le retenu et ils n’ont pas tort.

Dans ce film, le mythe du vampire garde un fil conducteur logique, et nous retrouvons cette séquence en pleine mer. Cette traversée est un véritable lieu commun dans les films de vampires. Elle est cette tentative d’aller vers l’horrifique et la brutalité, qui en fin de compte se heurte rapidement à des obligations d’univers croisés, et nous laisse malgré tout sur notre faim.

On sent la tentative du réalisateur, qui cherche à faire quelque chose de Goth et d’horrifique, mais qui se retient pour coller à un cahier des charges imposé par une franchise. C’est en cela que nous trouvons dommage de toujours continuer cette ineptie d’univers partagé. Si l’on désire obtenir un bon vrai film, il faudrait que le réalisateur et les auteurs puissent avoir les mains libres pour aller au fond des choses !

L’humour est bien dosé sans être débordant et dévorant. Oui, car l’humour débordant est souvent ce qui est reproché à Marvel par une partie de la population qui aiment les films sérieux et sans des blagues à tout bout de champ. Ces blagues peuvent fonctionner avec Spider Man, car elles font partie du personnage, mais dans Venom c’était un peu étrange d’en avoir autant, –après cela contribue au personnage de mauvais garçon… Mais selon notre grille de lecture, nous auront des avis tranchés–.

Un film qui on l’espère plaira un public d’ initiés et d’amateurs de bons films. Du moins, il permet de découvrir une facette plus sombre de l’acteur MATT SMITH.

©Columbia Pictures’ MORBIUS.

Tu es libre de ne pas commenter!

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.