L’effet papillon – Classique, culte ou navet?


Surement l’un de mes films préférés, pourtant si on joue la carte de la critique on ne peut pas être tendre avec lui. Il ne fait que reprendre des codes, mettre des musiques entraînantes et le tour est joué. Voir le film

Les deux scénaristes de Final Destination 2 Eric Bress et J. Mackye Gruber font leurs débuts avec le thriller de science-fiction The Butterfly Effect. Evan Treborn (Ashton Kutcher avec les poils du visage) veut se libérer de ses souvenirs d’enfance dérangeants. En tant qu’enfant, il a souvent perdu connaissance pendant de longues périodes et a essayé de détailler sa vie dans un journal. En tant que jeune adulte, il revisite les articles de journaux pour découvrir la vérité sur ses amis d’enfance en difficulté, Kayleigh (Amy Smart), Lenny (Elden Henson) et Tommy (William Lee Scott). Quand il découvre qu’il peut voyager dans le temps pour corriger les choses, il essaie de sauver ses amis bien-aimés. Cependant, il découvre que des changements relativement mineurs peuvent poser des problèmes majeurs pour l’avenir. L’effet papillon met également en vedette Eric Stoltz, Ethan Suplee et Melora Walters. Le titre a été inspiré par l’histoire A Sound of Thunder de Ray Bradbury.

« The Butterfly Effect » est un hybride plutôt ridicule de deux très bons films « Donnie Darko », et « Frequency » et ce qui en résulte est l’enfant bâtard des deux. Il s’agit d’un drame brouillon et complètement prétentieux qui ne sait jamais ce qu’il essaie de dire ou ce que cela signifie en réalité. Est-ce une tragédie? Drame? Thriller? Science fiction? L’effet papillon s’applique-t-il vraiment à cela, ou est-ce que cette théorie est juste utilisée comme un dispositif d’intrigue pour cela? Je n’étais jamais vraiment sûr, mais j’étais sûr que ce n’était certainement pas l’une des dimensions les plus complexes. On cherche surtout à faire du sensationnel et de la tension dramatique.

l_effet_papillon

Au lieu de cela, cela ressemble plus à une longue pratique dans la misère humaine et à la cruauté qu’à toute autre chose. « L’effet papillon » utilise davantage son concept comme un simple outil de traçage que comme un récit autour duquel il faut tourner. Si « The Butterfly Effect » tournait autour du concept de la théorie actuelle aux fins de l’histoire, en l’examinant plus en détail, en traitant des complexités de masse et en pratiquant au moins l’originalité, cela aurait pu être un  bon film. Mais il ne traite jamais de la théorie officielle du chaos, au lieu de cela, il se contente de traiter des thèmes et des contextes qui rappelle beaucoup de films, et la plupart du temps, les scènes ne sont là que pour créer du choc pour garder l’auditoire. Oui on aurait pu aller dans le passer pour tuer Hitler comme dans un épisode de Mistfist mais bon non…On va surtout chercher à sauver l’amour de sa vie… Quoi que de plus noble.

Plusieurs fois, les événements sont tellement ridicules que vous pouvez presque entendre le scénariste manipuler le public pour une valeur de choc, y compris une scène où les enfants fourrent un gros pétard dans une boîte aux lettres comme une farce. « The Butterfly Effect » n’est pas un film intelligent, mais il traite de thèmes fascinants. C’est toujours un quasi-thriller vraiment unidimensionnel sans rien, il manque le côté philosophique de la chose, il y a une philosophie derrière mais réduite au champ de l’individu et de son propre bonheur… Doit-on se soumettre à son propre bonheur sans la conséquence des autres ou juste vivre en voyant les autres heureux.


« L’effet papillon » raconte l’histoire d’Evan (Ashton Kutcher), dont nous voyons la vie depuis l’âge de sept ans jusqu’à la vingtaine. Pour être franc, sa vie est triste. Son père est psychopathe. Sa mère l’aime mais ne peut voir des signes de danger avant d’avoir déjà ruiné des vies.
Evan a été ami avec Kayleigh (Amy Smart) et Tommy (William Lee Scott) la plus grande partie de sa vie. En tant qu’enfant, le père de Kayleigh et Tommy (Eric Stolz) a fait de la pédo-pornographie avec ses enfants. Tommy est apparemment jaloux parce qu’il n’était pas autorisé à faire du cinéma. Il devient un délinquant juvénile sadique, violent et dément.

Comme son père fou, Evan a souffert de blackout (d’absences épisodiques ou amnésie dissociative… le terme est flou) presque toute sa vie. Ces évanouissements se produisent à la suite d’un traumatisme intense, comme lors des abus commis par le père de Kayleigh et Tommy. Pour essayer de garder une trace de ces événements, les médecins d’Evan ont suggéré de tenir des journaux. Des années plus tard, à l’université, Evan apprend qu’en relisant ses vieux journaux, il pouvait voyager dans le temps et découvrir ses souvenirs perdus mais également changer le cours des choses.

Avec ce nouveau pouvoir, Evan revient pour essayer de remettre les choses en place dans son enfance. Cependant, chaque fois qu’il le fait, il retourne dans un nouveau cadeau pour découvrir que les choses sont différentes – et souvent la situation est pire.

Une théorie tronquée

Ce film paraphrase correctement la théorie du chaos au début du film. The Butterfly Effect est le concept du chaos selon lequel un petit changement, comme le battement des ailes d’un papillon, peut provoquer un typhon à l’autre bout du monde. Mais ce n’est pas ce qui se passe dans ce film.

L’effet papillon concerne des changements insignifiants qui amplifient le monde chaotique pour provoquer des changements significatifs. Cependant, dans le film, quand Evan apporte des changements insignifiants, rien ne se passe. Par exemple, quand il découvre ce pouvoir, Evan remonte à l’une de ses pannes et tombe accidentellement une cigarette sur lui-même, provoquant une brûlure sur sa poitrine treize ans plus tard. Cet incident apparemment mineur n’est que cela. Mineur. Cela n’a aucun effet sur le monde.

Ce n’est pas l’effet papillon mais la théorie de la relativité

effetpapillon

Evan utilise son pouvoir pour apporter des changements significatifs à son passé. C’est à ce moment-là que tout le concept « Change une chose, change tout« . Mais ce n’est tout simplement pas l’effet papillon. Nous aurions pu appeler ce film « Le principe d’incertitude » ou « La théorie de la relativité » ou même « L’origine des espèces » pour sa précision. Donc, ceci n’est qu’un arrière-plan scientifique, et vous pourriez dire qu’il ne sert à rien d’être offensé, il est courant dans la vie de tous les jours d’appeler une névrose de classification et de rangement par le terme de maniaque qui n’est pas le bon terme scientifique car un maniaque est un individu agité, souvent décrite dans les cas de maniaco-dépressions. En réalité les réalisateurs ont voulu capitaliser sur quelque chose de cool comme la théorie du chaos, comme Michael Crichton l’a fait avec succès dans « Jurassic Park », mais ils ne voulaient pas vraiment le rendre précis.

Un autre point de friction que j’avais était l’aspect du voyage dans le temps, seconde sujet que les spectateurs aiment, il est clair que tout le monde aime un bon récit de voyage, mais il y a un vrai problème avec le procédé dans ce  film: Lire des journaux à voix haute?

Quand Evan a voyagé dans le passé en tant qu’adulte, il a créé des souvenirs qui étaient déjà là et qui ne résultaient pas d’un traumatisme. Ceci est incompatible avec le fait qu’il n’a fait que retourner à ses souvenirs et les a affectés en tant qu’adulte. Certains de ses voyages impliquaient qu’il n’y avait pas d’avenir défini.

On créé des scènes choc pour marquer l’esprit des gens

Le film essaie d’être trop viscéral, et cela se révèle être répugnant. Est-ce que nous voulons vraiment voir un pédophile se préparer à faire un film porno avec sa propre fille et son amie? Voulons-nous vraiment regarder un punk de treize ans mettre le feu à un chien dans un sac de jute? Voulons-nous vraiment voir une femme et son bébé se faire exploser par un pétard? Bien sûr, tout cela se passe hors écran, mais cela ne le rend pas moins désagréable.

l-effet-papillon-82674

En général, Ashton Kutcher est agréable en tant qu’acteur, mais en le regardant dans « The Butterfly Effect », nous voyons des facettes de lui, ils tente de dépasser ses propres limites et ses rôles précédents (The 70th Show). Le public a du mal à le voir autrement qu’un mec stoner et irresponsable. Suite à ce film il fut longtemps vue comme prompte à jouer le prochain Superman ou Batman… Ce film n’est pas mauvais, juste qu’il tente de capter le public avec des méthodes efficaces mais qui laisse de marbre les spectateurs cultivés ou les bons cinéphiles.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s