Baudelaire fait du mal-être un élément grandiose, le Spleen


Selon l’article sur « L’autopsie du mal-être: Du Spleen de Baudelaire à la nausée de Jean Paul Sartre.

Le Spleen était l’un des éléments du mouvement romantique. Ce mot désigne le sentiment d’accablement et d’ennui que l’on peut ressentir durant notre jeunesse ou dans notre vie. Chez Baudelaire, le spleen s’accompagne de l’idéal, souvent par erreur nous l’opposons au spleen, à cause d’une vision binaire des choses ou trop manichéenne. Le spleen ne s’oppose guère à l’idéal, il n’y aucune analogie à faire entre le Bien et le Mal. Pour comprendre ce terme fondamentale de l’oeuvre de Baudelaire, il faut se référer à Balzac qui décrit cela par une exaltation des sens (esprit et esprit de création). Dans cet état d’esprit l’Être se retrouve naviguer vers la région des Idées, qui lui permet de planer au dessus de la terre et d’aller vers un autre monde, un ailleurs.

 

Une réflexion sur “Baudelaire fait du mal-être un élément grandiose, le Spleen

Tu es libre de ne pas commenter!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.