Le syndrome Ted Mosby


Si tu as 30 ans et que d’un seul coup tu te dis que ta vie est fichue car tu n’as pas encore trouvé la femme de ta vie… Tu es surement sous le coup du syndrome Ted Mosby

Dans la culture populaire Ted Mosby est devenu la référence avec Barney Stinson comme deux figures avec des traits particuliers. Nous l’avons vu précédemment dans notre petit Quizzz As-tu le syndrome Ted Mosby Actuellement la blogsphère commence peu à peu à parler de plus en plus de ce fameux syndrome. Dans le monde francophone nous avons fait parti des tout premier. Dans les faits il y a deux perceptions de Ted soit on dit qu’il touchant soit on dit qu’il est le pire des petits copains à fuir (voir le classement de BuzzFeed…).

On a même commencé à en faire une définition

Le site Urban Dictionary a tenté d’en faire une définition collaborative. Mais dans le fond on reste à la rédaction encore attaché à ce personnage qui pendant 8 ans nous accompagné dans nos ruptures. Des blogueurs anglophones ont même analyser chacun des personnages d’un point de vue psychologique : https://thoughtcatalog.com

C’est quoi cette histoire de Ted?

landscape-1494944662-himym

Donc comment peut-on définir ce syndrome ? Coïncident avec la sortie de ‘How I Met Your Mother’ en 2005, l’épidémie de TMS a touché un grand nombre d’hommes célibataires avec un désir brûlant de trouver la femme de leur vie. « Cela ne semble pas trop mauvais », je vous entends dire. Oui, seulement, non. Vouloir trouver la seule, l’unique n’est pas une mauvaise chose du tout. C’est le brouillon, prématuré, dans notre esprit de fin d’adolescence où l’on idéalise notre vie d’adulte, où nos attentes d’autre fois, notre idéalisme va faire la guerre à la réalité et souvent venir gâcher des histoires qui aurait pu être autre chose.

On se lève un matin ou on se couche un soir avec ce sentiment :

Oubliez cette théorie comme quoi c’est le style vestimentaire qui fera de vous un Ted Mosby au pire vous serez un Barney, car ce dernier accorde beaucoup d’importance à sa garde costard (oui l’équivalent de garde robe). Ce n’est pas votre coupe de cheveux qui vous a pris 10 minutes, ni vos chemises déboutonnées enfilées par dessus un T shirt qui vous transformera en Ted. Ce syndrome débarque dans votre vie suite à la prise de conscience que votre vie n’est pas celle que vous avez imaginé gamin. L’insatisfaction grandissante à l’idée d’être célibataire, de sortir deux fois par semaine pour essayer de ramener chaque soir une nouvelle conquête… Et le pire des symptômes est celui de sans cesse raconter à vos meilleurs amis votre désir de fonder une famille.

ted-mosby

Il est probablement étrange que quelqu’un de 29 ans se mette d’un seul coup à songer à se ranger, pour rester réaliste en général ce sentiment s’installe après plusieurs mois ou années de flirts avortés et de désillusions avec des personnes toxiques. Une nuit vient et tu te couches en te disant ça suffit il faut changer de style de vie.

Syndrome du romantisme ou de la résiliation?

Certaines personnes considèrent le syndrome de Ted Mosby comme la signature du désespoir. Et à bien des égards, ils n’ont pas tort; mais quand vous regardez ces gens, Posez-vous les bonnes questions, pourquoi veulent-ils quelqu’un d’unique dans leur vie?

Ils pourraient très bien continuer leur vie d’éternels célibataires? Mesdames et Messieurs, un homme ne compte pas sur une femme pour le contentement. En effet lorsque ce syndrome survient vous voulez aimer parce que vous voulez donner; pas parce qu’ils ont un sourire réconfortant, une douce voix mélodique et la douceur de la voisine d’à côté, pas parce que vous êtes la plus jolie ou parce que vous ne pouvez pas m’empêcher de sourire chaque fois que quelqu’un dit son nom. Mais donner juste suffit, parce que c’est votre nature même. Toutes les autres choses sont juste un bonus.

Bien sûr, il existe un certain nombre de façons de traiter le syndrome de Ted Mosby. L’éclairage lunaire en tant qu’être un Casanova n’est qu’une option dans notre vie et qu’un moment on doit cesser d’en être un pour chercher une personne unique. Ce syndrome apporte cependant un avantage, le fait d’être tenace, de garder en tête cette volonté affirmée que vous ne voulez plus d’une relation sans lendemain. Le côté négatif de ce syndrome reste cette totale focalisation au point à harceler chacune des nouvelles relations avec des questions qu’on se pose naturellement après une ou deux années de couple. Et en cas de refus deux solutions la rupture ou la tentative de manipulation par la tendresse. Mais il n’existe pourtant qu’un seul remède la rencontre de l’âme soeur.

Comme la varicelle, le TMS est quelque chose que nous sommes tous susceptibles de contracter à un moment donné, il vaut mieux éviter les jeunes filles de moins de 26 ans, ne serait-ce que pour éviter de passer à travers la trentaine, le moment où auront l’équivalent féminin du TMS.

Le syndrome de Ted Mosby nous force à changer nos méthodes de séduction:

Ados nous idéalisons les rencontres amoureuses, pour nous un simple sourire dans le couloir de la fac suffit à faire fondre une fille et déclencher une histoire d’amour. Vous imaginez que rencontrer à la bibliothèque une fille voulant lire le même livre pourrait également créer ce début de romance, mais il n’en est rien (sauf si vous êtes dans le cas d’un petit établissement et que la référence n’est disponible que dans un seul exemplaire… et en plus à l’heure actuelle de plus en plus de livres sont numérisés)

Bien que nul ne soit capable de guérir par lui-même de ce syndrome, nous pouvons uniquement mettre en place des théories pour accélérer le processus. Les transporteurs de TMS jureront toujours que toutes les femmes idéales sont déjà prises, mais le bon conseil est de regarder à nouveau, les gens que vous ignoriez habituellement. Et enfin, essayez d’éviter le symptôme le plus important: inutilement trop réfléchir; pour rechercher une étincelle instantanée comme dans les films. Oubliez la romance pendant une seconde et utilisez le filtre «ami». Qui sait ce qui pourrait se développer avec le temps? Revoir How I Met Your Mother


Vers l’antipathie collective de Ted Mosby

Ted Mosby dépassé par Barney

La série « HIMYM », diffusée de 2005 à 2014 suit un groupe de cinq meilleurs amis vivant à New York, narré par le personnage central, Ted Mosby (Josh Radnor), et l’intrigue tourne autour de sa recherche de l’amour. Bien que le show ait été acclamé pour son casting dynamique qui comprend de très grands personnages, Ted n’en fait pas partie et il devrait être considéré comme l’un des personnages les plus insupportables à la télévision. En effet les créateurs voulaient faire de Ted l’antipathique garçon obsédé par le fait de se mettre en couple.

HOW I MET YOUR MOTHER

On doit admettre que tout le monde au début s’attache à ce personnage, on finit par même admettre qu’il est sympathique et loyale… Juste quand vos attentes pour la moralité de Ted sont au plus bas, il touche le fond par son attitude sexiste. Ted n’est pas seulement énervant uniquement avec les étrangers qu’il rencontre au bar, mais aussi envers ses meilleurs amis, comme « Spoiler Alert » quand ses amis découvrent que Ted corrige constamment les gens. La raison pour laquelle ils découvrent cela, c’est parce que quelques instants auparavant, il a donné des conférences à Robin sur l’utilisation abusive du mot «littéralement».

Victime de la durée:

Ce qui peut déranger chez Ted quand on a regarder cette série c’est que tout cherche à donner une image de Ted de victime du sort. Il n’est jamais la cause du problème, c’est toujours quelqu’un d’autre, et il en fait de même avec sa vision des choses. Du coup le public a finit par regarder le show plus pour Barney que pour Ted. Il est difficile pour beaucoup de personne d’avoir de la sympathie pour quelqu’un qui a trouvé le moyen d’accumuler 38 petites amies et à chaque fois avoir quelque chose à redire. Les éternels célibataires voudraient simplement avoir 1/5 de ce que Ted a pu rencontrer.

Le public agacé par le terme de « gentil garçon » comme Ted Mosby a finit par faire de Ted un être horrible et méchant. Il est pourtant mignon de chercher l’amour comme le disait Jasmine la copine de Karl (le barman du bar). Pourtant être un «gentil cherchant l’amour» n’est pas une excuse permettant de justifier le fait qu’on va projeter notre sentiment d’insécurité sur les relations à peine construite. C’est la durée qui a poussé progressivement le public à se détacher de Ted au fil de ces neuf saisons. Ce qui a poussé progressivement les gens à ne pas aimer ce personnage c’est l’attitude de juger les femmes, de les classer et de dire non elle n’est pas la bonne, non elle a un défaut, non elle ne pourra jamais être la femme de mes enfants. Pourtant Ted a lui aussi des défauts, il n’est pas bien de constamment corriger les gens. Ce n’est pas « gentil de parler à une femme juste pour pouvoir dormir avec elle ou juger si elle est la future mère de ses enfants. Ce n’est pas « gentil » de toujours avoir raison, et le fait de manipuler les femmes n’est pas « gentil » non plus.

Le danger de personnages comme Ted est qu’ils légitiment les normes ridicules auxquelles les femmes sont tenues, et trouvent un écho auprès du public parce qu’ils semblent avoir de bonnes intentions, parce qu’ils utilisent le stéréotype du «gentil garçon». En fin de compte, même si ces «gentils» n’inspirent pas de stéréotypes négatifs, ils sont au mieux agaçants.

Découvrir How I met your mother

Publicités

8 réflexions sur « Le syndrome Ted Mosby »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s