Insatiable saison 1: Ce n’est pas une satire mais une moquerie.


Insatiable est une comédie de vengeance sombre et satirique mettant en vedette Debby Ryan, Dallas Roberts et Alyssa Milano. Pendant des années, Patty (Debby Ryan) a été victime d’intimidation, ignorée et sous-estimée par son entourage à cause de son poids. Mais maintenant qu’elle se trouve soudainement mince, Patty veut se venger de tous ceux qui lui ont fait du mal à se sentir mal. Bob Armstrong (Dallas Roberts), un avocat disgracié dont la vraie passion est d’entraîner une candidate au concours de concours de beauté, est le seul à voir le potentiel de Patty et à la prendre sous son aile – d’abord en tant que client juridique, puis en tant que candidat au concours de miss. Mais Bob et son épouse Coralee (Alyssa Milano) n’ont aucune idée de la profondeur de la colère de Patty ni de la distance à laquelle elle ira pour se venger de ceux qui lui ont fait du tort. Soyez prudents: le retour est une salope, la vengeance est douce et si vous croisez Patty, vous serez sa prochaine gâterie.

Cette série raconte comment par accident Patty (Debby Ryan) une adolescente mal dans sa peau en surpoids, va devenir mince et va se venger des personnes qui l’ont maltraité par le passé. Au fil des séquences tous les regards moqueurs se transforment en regards lubriques. Composée comme une série chorale, le spectateur suit le quotidien de plusieurs personnages cherchant leur voie ou à s’affirmer. La vengeance est souvent le but premier de chacun des gestes des protagonistes. La peur du jugement des autres montre l’importance de l’image et le côté superficiel de la vie. Les réseaux sociaux sont non présent durant les premiers épisodes, mais nous découvrons tous les clichés habituels des teen movies et séries pour ados se déroulant dans des lycées. 
Une série familiale à voir seul ou entre amis. 
 
Attention spoilers:
Nous retrouvons Alyssa Milano sur le petit écran, après plusieurs années d’absence depuis l’arrêt de Charmed. Dans cette série, elle représente l’ascension sociale réussite alors que la mère de Patty reste bloquée à un stade de classe moyenne qui travaille dur pour payer les factures. En face de cette société en difficultés se pavane sur les podiums des personnes en ascension sociale, usant des concours de beautés comme moyens de promotion ou de cacher au monde ses troubles intérieurs comme une homosexualité cachée ou une petite amie en colère qui attend se revanche. Au fil des épisodes nous changeons de registre de la comédie au drame en passant par le fantastique ésotérique. L’épisode Méchante Kitty est surement l’un des plus divertissant de la saison. Il met en scène chacun des personnages comme on ne l’avait jamais encore vu. Bob essai de régler des problèmes de couple mais dans l’intime conviction de se prouver à lui-même qu’il est bien un homme masculin, il va devoir apprendre à renoncer à certains éléments de sa vie. Christian quant à lui va peu à peu révéler certains penchants qu’on n’aurait pas imaginé. La conclusion de cet épisode c’est que chacun de nous a un démon, mais ce démon est rarement surnaturel, c’est simplement une partie de nous qui voudrait coexister avec la seconde partie qui cherche à faire le bien.

Si cette série semble anodine mais sous le couvert de caricature ou de dénonciation des différentes discriminations que subissent les personnes en surpoids ou obèses, certains épisodes frôlent la grossophobie bien que dans le fond, il suffit de se positionner du point de vue d’un «ancien gros » pour comprendre que même si nous mincissons le mental reste bloquer sur notre corps d’avant, c’est ce qu’on appelle en psychanalyse l’image du corps. Il est souvent en décalage avec l’image réel de notre corps. Il est responsable du trouble de perception du corps chez les anorexiques qui se voient toujours plus grosses qu’elles ne le sont.


La satire n’est pas forcément une caricature intelligente :

Si seulement la pire chose à propos de Insatiable de Netflix était sa représentation paresseuse de personnes grosses ou son déploiement sourd d’assaut et d’abus sexuels en tant que comédie ou son étreinte des tropes racistes ou sa représentation de gens avec des accents du Sud comme des abrutis sourds ou son blanc conviction que l’attirance envers le même sexe est intrinsèquement hilarante ou un moment d’enseignement.

Oh, si seulement.

Ne vous méprenez pas: il mérite chaque mot de la première pétition postérieure à la publication de sa bande-annonce expliquant à quel point son costume-costume est bon marché et aux dépens de ceux qui sont déjà décriés. Mais la série dans son ensemble – doit être déconcertée plus que méprisée. C’est la preuve la plus pure à ce jour que Netflix a beaucoup de programmes en stock qui ne sont finalement que des heures de clichés.


Insatiable commence avec une grosse Patty de 17 ans appelée Patty (Patty n’était pas un nom populaire en 2001, mais cela rime avec « Fatty »), qui perd soudainement trente KG en trois mois. « Comment? » vous pourriez demander. Et je dirais: « Bien, naturellement, c’était parce qu’elle avait la mâchoire fermée. » Ici, vous pourriez plisser les sourcils  et dire: « Pourquoi sa mâchoire a-t-elle été fermée par un fil? » Et je dirais: « Parce qu’elle a été frappée par un homme sans abri! » Si vous n’êtes pas déjà foutu de l’hilarité, vous pourriez dire: « Pourquoi un homme sans abri l’a-t-il frappé? » Et je dirais: « Parce qu’elle l’a frappé en premier! ».
patterson-insatiable


Maintenant, ici, vous pouvez raisonnablement me demander pourquoi Patty a frappé un homme sans abri, et je vous avertirais qu’une fois que vous auriez entendu la réponse, vous sentiriez le plongeon de votre âme autrefois vibrante dans les profondeurs de cette très mauvaise idée – le premier signe que peu importe à quel point vous avez entendu dire qu’Insatiable est, peu importe à quel point les pétitions ont conclu que c’est, c’est pire.


Parce que la réponse à la raison pour laquelle Patty a frappé un sans-abri est la suivante: il a essayé de voler sa barre de chocolat. Protéger les bonbons jusqu’à la violence est en quelque sorte le « saut dans la lumière » qui permet de ridiculiser vos gros personnages. associé aux enfants. Ce n’est ni plus ni moins que le moyen le plus rapide (et, ajoutons-le, le plus cliché) de déshumaniser une adolescente le long de cet axe particulier. C’est la Jenna Maroney rembourrée qui grogne « ME WANT FOOOOOD! » sur 30 Rock, si cela avait été conçu pour développer un personnage dont on se soucierait plus tard.

Puisque toutes les scènes de Patty, à l’exception des premières minutes, incluent Patty comme une fille maigre, ces premières scènes montrent la star Debby Ryan, une actrice très maigre, vêtue d’un costume épais. Ce que cela signifie, c’est que son gros corps est juste une fille mince galopant attachée dans des oreillers auxquels elle n’est pas habituée, ce qui signifie qu’elle ne peut qu’apparaître sans grâce et sans forme, comme un mec en costume de hot-dog à l’angle d’une rue. Dans la mesure où une vraie grosse fille pourrait avoir une influence sur ses hanches, un confort dans sa posture ou un centre de gravité qu’elle a appris à naviguer, vous ne le verrez jamais de cette façon.

fatty-patty


Maigrir par magie, mais les mauvaises habitudes s’en vont aussi?


Étant donné que Patty perd tout son poids en fermant la mâchoire, ils ignorent le processus de changement de son corps, autrement dit, la transformation proprement dite fait partie de l’histoire de la transformation. Elle se présente soudainement dans le même corps maigre que la plupart des actrices, ne ressemblant en rien à des personnes qui perdent beaucoup de poids en peu de temps. Dans le monde d’Insatiable, Patty vit le rêve dans lequel une force externe lui enlève du poids sans qu’elle ait aucune activité, et elle se réveille avec le regard qu’elle a toujours voulu regarder. Et à part quelques moments très émotionnels où elle mange à l’excès dans des scènes dépeintes comme étant grotesques, son poids et ses habitudes alimentaires ne sont plus jamais un problème. Cela, cela va sans dire, n’est généralement pas ce que cela va donner.

Patty fait la connaissance de Bob Armstrong (Dallas Roberts), avocat et ancien entraîneur qui a été déshonoré par une fausse accusation d’abus sexuel . Bob représente Patty quand elle est poursuivie pour avoir frappé le voleur de bonbons, et Patty se tire d’affaire en – quelle coïncidence! – prétendant faussement qu’elle avait frappé l’homme parce qu’elle craignait une agression sexuelle. (Si vous gardez des points, ce sont deux fausses accusations dans le premier épisode.) Bob se rend compte que le corps nouvellement acceptable de Patty est son ticket de retour les concours de beauté. Avant que vous ne le sachiez, Bob et Patty poursuivent le titre de Miss Magic Jesus (?), Tandis que Patty nourrit un coup de foudre soudain, inexplicable et dévorant pour Bob.

On est dans une satire? Laissez-moi vous assurer que ce n’est pas une satire. Insatiable est une satire de la même manière que quelqu’un qui crie des blasphèmes par la fenêtre d’une voiture est un poète parlé. La satire nécessite un point de vue; cela n’en a pas. Cela demande généralement un peu d’humour, même sombre; cela n’en a pas. Cela nécessite une maîtrise du ton; cela n’en a pas. Il faut avoir l’impression que les acteurs font tous partie du même projet; cela n’en a pas.

Finalement, tout un gâchis de personnages habite ce monde: la mère alcoolique et négligente de Patty qui commence à se sentir compétitive avec Patty à la minute où elle devient maigre; Coralee, la femme narcissique d’alpiniste sociale de Bob (Alyssa Milano, pourquoi êtes-vous ici?), Qui commence à se sentir compétitive avec Patty une fois que Bob l’a entraînée; Le rival souvent torse nu de Bob (Christopher Gorham, pourquoi?), Avec qui il partage une énergie homo-érotique prétendument hilarante dans les premiers épisodes; La meilleure amie de Patty, Nonnie, la seule personne qui l’aimait quand elle était grosse … voyons, qui d’autre, qui d’autre?

Oh, c’est vrai: le fils adolescent de Bob et Coralee, Brick, qui couche avec l’une des mères de l’une des rivales de Patty au lycée. Cette histoire est considérée comme extrêmement drôle et la mère comme glorieusement trash, et personne ne semble trop préoccupé par le fait qu’elle implique un adulte ayant des relations sexuelles avec un mineur.

Analyse de l’intrigue :

En regardant de loin la description de l’intrigue, il serait facile de se demander si c’est vraiment quelque chose d’audacieux, un regard sur le ventre sombre de… quelque chose ou d’autre. Peut-être qu’il s’inspire de To Die For, d’élection ou de… quelque chose? Certaines de ces choses peuvent sûrement être attribuées au même genre de complot de vitesse wackadoodle que, par exemple, Jane the Virgin?

Non non Non. Comprenez: le plus gros problème avec cette série n’est pas qu’il soit fou ou offensant. Il est certainement odieux dans son traitement envers toutes sortes de gens – en plus de la matière insultante en costume gras, il contient d’autres tropes et types mieux à éviter: un garçon américano-asiatique maladroit et peu méchant, une marraine impertinente magique qui est grosse et noire et une lesbienne qui n’existe que pour éduquer des filles blanches minces sur la meilleure façon de vivre, et ainsi de suite.

Mais c’est tellement plus que ça. Les éléments de l’histoire sont introduits puis abandonnés. Les blagues tombent à plat, sont plus plates. Patty dévie sans raison ni nuance de renarde qui jure et vengeance qui rétrécit ses yeux à une voix tremblante aux lèvres humides et tremblotante. Un personnage qui aime quelqu’un dans une scène va le détester dans la suivante. Les personnages qui ont été gentils seront cruels et vice versa, sans aucune explication ni motif.

Peut-être que rien dans Insatiable n’est plus bizarre que la tentative de marteler les téléspectateurs avec des notes émotionnelles non apprises. Vous vous souviendrez peut-être qu’il n’y avait pas d’épisodes très spéciaux très ressentis de Seinfeld ou de 30 Rock, car ils auraient été si déplacés – la façon dont ils sont ici.

Bien qu’Insatiable souhaiterait que vous excusiez sa méchanceté considérable en tant que satire ou même en faisant du bien, la vérité est qu’il s’agit souvent de saccharine qui pétille les dents. La créatrice de la série, Lauren Gussis, et certains membres de la distribution ont affirmé que la série avait pour objectif de révéler les effets négatifs de l’intimidation et de la honte profuse, ce qui pourrait bien avoir été l’intention de bonne foi à un moment donné, produit. Il est juste, cependant, de dire que la série ne fait pas toujours peur à Patty, tout comme Alyssa Milano a déclaré que ce n’était pas sur Twitter. On a souvent pitié de Patty.

Devenir maigre par miracle ne fait pas de ce spectacle un cas de satire ou de dénonciation, mais souligne la grossophobie qui entourent les personnes en surpoids.

C’est probablement l’un des aspects qui font que la bande-annonce qui a causé tant d’aggravation n’est en fait pas représentative de la série. Patty est pathétique et misérable, elle aussi abondante. Par exemple, nous arrivons à voir Patty à un moment donné, maigre et ressemblant précisément à un mannequin dans un magazine, pleurant dans un vestiaire en bikini parce qu’elle est convaincue qu’elle est grosse et laide. Nonnie lui a assuré que ce n’était plus le cas. Certes, mal comprendre la réalité de vos propres regards est une chose réelle qui mérite d’être abordée! Mais le message de cette séquence ne consiste pas à dire: « Aimez-vous, peu importe votre apparence » ou « La honte est mauvaise. » C’est « même si tu ne le vois pas, tu es mince et jolie! » Rien ici ne conteste quelles catégories de personnes méritent de l’amour; Ce n’est que si Patty peut apprendre à accepter qu’elle est dans la bonne catégorie depuis qu’ils lui ont fermé la gueule.

2923860

L’intention est peut-être de dire que Patty a toujours mérité l’amour, mais il n’y a aucun moyen – aucun – de dire que si vous voulez démontrer dans une histoire que quelqu’un mérite l’amour dans un état particulier, vous devez lui montrer qu’il est aimé. dans cet état. Et si vous, le conteur, ne pouvez vous résoudre à le montrer, vous n’y croyez probablement pas tout à fait.

La seule façon dont cette série aurait pu être sauvée aurait été de le raccourcir par degrés de magnitude. Insatiable aurait pu faire, avec la plupart de ses intrigues et stéréotypes superflus, un film passable, bien que simpliste. Une fille qui devient soudainement maigre et croit à tort que ça va tout réparer? Cela n’aurait probablement pas été bon, et ce ne serait certainement pas nouveau, mais cela aurait été moins grave que cela. Et très tard dans le jeu, il y a une partie de l’histoire de Bob – peut-être 10 minutes environ à l’écran – c’est bien joué et mérite d’être regardé, bien qu’il ne soit pas aussi révolutionnaire qu’il le pense et ne soit pas du tout réconciliable plus tôt. Mais reste! C’est quelque chose.

Mais oh, c’est un boulot. Il y a 12 épisodes, certains allant jusqu’à 51 ou 52 minutes. Il y en a beaucoup trop. Comme pour un hiver dans le Minnesota ou une chirurgie buccale, la durée d’Insatiable est presque plus pénible que l’expérience elle-même. Le remplisseur suit le remplisseur, l’allée aveugle suit l’allée aveugle. Il y a un test de paternité! Il y a un exorcisme! Rien de tout cela est pertinent!

Ce qui est drôle – ce qui m’a pris plusieurs longs épisodes à réaliser – c’est que j’aurais pu pardonner à Insatiable d’avoir insulté le principe identifiable par sa bande-annonce. J’aurais. Je sais, parce que je l’ai fait, encore et encore, plus de fois que je peux compter. J’ai donné les 12 épisodes pour changer d’avis ou pour changer d’avis à propos de Patty. J’ai pardonné de grosses blagues et des portraits insultants, des caricatures ignorantes, des beignets, des bonbons et «ME WANT FOOOOD» dans probablement la moitié des films et des émissions de télévision que j’ai jamais aimés. Fat Monica et les blagues sur l’obésité de Parks and Rec et les blagues sur le monologue de comics sont géniales. Je l’ai fait avec des films amusants quand ce n’est que lorsque je les ai regardés que je me suis même souvenu qu’ils avaient This Moment, That Fat Guy, That Gluttonous Slob. Je scelle des souvenirs de moments dans des capsules et les enterre, juste pour pouvoir regarder les mêmes choses que tout le monde. Généralement, ça va.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s