Je te promets, ou l’éternel paradoxe de l’adaptation



Je te promets a été le gros lancement de la chaîne TF1, qui ici signe une adaptation française de la série à succès This Is Us. Qui dit adaptation dit transposition et c’est la guerre qui s’est déclarée sur les réseaux sociaux où plusieurs camps se sont nettement créés.

  • Ceux qui sont tellement fans qu’ils regardent  toutes les adaptations ou références à leur série: oui, ce sont des fans inconditionnels. Ce genre de fans sont les mêmes qui ont regardé Being Human UK puis Beign Human US, les mêmes qui ont apprécié le ratage de Skins US en 2011. Ce genre de fans aiment avant tout l’ambiance et ce que véhicule une série. Ils voient l’œuvre comme un concept global et non quelque chose d’unique et inviolable. 
  • Ceux qui sont bons publics et se moquent de savoir si This Is Us a existé. Ce genre de spectateur regarde le programme pour ce qu’il est, ne cherche pas à décortiquer les séries. Ce sont des spectateurs bon public, ils ont tendance à principalement regarder la télévision le soir et entretiennent une relation de divertissement et non de passion avec ce genre de programme.
  • Les puristes : les puristes de séries américaines dénigrent catégoriquement tout ce qui vient de l’hexagone. Ils jugent bien souvent sans avoir vu, ne prennent jamais le temps de sortir de leur zone de confort. Pour eux, le cinéma et la télévision français sont une honte et il n’y a rien de bon dedans.
  • Ceux et celles qui ont décidé de donner une chance à la série!  Nous en faisons partie, pour nous chaque programme a le droit d’avoir une chance, voir une seconde chance.

Pourquoi TF1 n’a pas joué le jeu jusqu’au bout Pour profiter pleinement de la série, il faut décrocher son cerveau quelques instants et prendre un bon recul. La chaîne fait ce qu’elle sait faire le mieux et ne cherche pas à capter le public de This Is Us, mais parler à celui qu’il connaît et qu’il nourrit depuis des années. Beaucoup critiqueront la frenchisation totale de la série et le décalage d’époque, mais c’est ainsi! Une adaptation n’est pas un simple copier coller, c’est aussi le devoir de faire une transposition culturelle. C’est d’ailleurs pour cela que la réplique mythique des citrons s’est métamorphosée en vin. Est-ce un sacrilège? Oui et non, oui quand cela dénature totalement le sens d’une œuvre. 
Car adapter c’est transposer d’une langue à une autreLes fans de séries ont déjà fait l’expérience de la VO, de la Vo sous titrée en français et de la VF. Il y a bien souvent une adaptation et non une traduction littérale, car le public n’a pas forcément toute la culture pour comprendre les références. L’exemple le plus flagrant, celui d’Uber pendant des années Uber était traduit par chauffeur ou cab, maintenant que la France s’est peu à peu ubérisée, le terme se traduit tel quel. Cette démarche d’adaptation ne se fait jamais à la légère au passage d’une langue à une autre, il faut savoir adapter les points culturels, les points de langage et même les expressions à la mode.Donc non, faire une adaptation ne veut pas dire un simple copier coller, il faut avant tout parler à un public, le connaître et identifier ce qui va faire écho à leur vie, leur quotidien. Souvenez-vous des premières séries d’animation diffusées dans le Club Dorothé, les personnages ont toujours été francisés au maximum, c’est ainsi que Max et Compagnie fut le titre français du célèbre Kimagure Orange Road. Même topos pour cette série qui va changer les prénoms des personnages.

On dit adieu à la famille Pearson et bonjour à la famille Gallo et on francise tous les prénoms américains :

  • 🇺🇸 Jack 🇫🇷 Paul
  • 🇺🇸 Rebecca 🇫🇷 Laurence
  • 🇺🇸 Kate 🇫🇷 Maud
  • 🇺🇸 Kevin 🇫🇷 Michaël
  • 🇺🇸 Randall 🇫🇷 Mathis
  • 🇺🇸 Beth 🇫🇷 Agnès
  • 🇺🇸 Toby 🇫🇷 Tanguy
  • 🇺🇸 William 🇫🇷 Amidou

Trop d’annonces télé et un marketing trop agressif La série a reçu  paradoxalement une grosse vague de critiques avant même la diffusion du programme car le public est rageur, il accepte une adaptation sans copier-collers, mais refuse catégoriquement tout parti pris. La scène de la piscine est une création totale, on sent le côté très poétique que les showrunner ont décidé d’exploiter à travers la métaphore du cocon et de la fleur prête à éclore. Les téléspectateurs sont assez satisfaits de cette prise de liberté, mais semblent refuser les autres.Celle qui va surement faire le plus de dégât  et cette erreur tactique, celle de ne pas faire vieillir la mère comme dans la série originale où Mandy Moore se métamorphose au fil des époques. Un défi technique salué par Volture Magazine. 

Il est vrai que ce défi artistique et technique manque à la série et on ne comprend pas ce changement de casting selon les époques. Est-ce par économie de temps? Car un make up de ce type prend beaucoup de temps et peut-être que la production ne voulait pas imposer cela à l’actrice Camille-Lou ou simplement à l’équipe technique. 
Et vous, quelle est votre adaptation préférée? 

Notre playlist Je te promets est disponible sur DeezerSpotify

Une réflexion sur “Je te promets, ou l’éternel paradoxe de l’adaptation

Tu es libre de ne pas commenter!

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.