En Avant, une quête


Les bons récits initiatiques se font rares.
Depuis des décennies Disney nous a offert des films avec une morale et des péripéties qui sont souvent bien plus profondes que l’on puisse penser. En effet ces films peuvent être lus de manière plus philosophique et nous permettent de faire des analogies avec notre propre vécu. Tout débute en 1995 avec Toy Story, les studios Pixar nous offrent un premier film qui va utiliser des codes et une esthétique particulière. Pixar c’est la confrontation de deux mondes celui des enfants d’une part et celui des adultes. Ces deux mondes co-existent et chacun de leurs films propose un nouveau récit sur le passage de l’enfance à l’âge adulte. Et ce dernier-né des studios n’échappe pas à la règle.

Sous couvert d’un univers magique et d’une banlieue imaginaire, nous sommes plongés dans la quête que représente le deuil d’un parent.

Il est vrai qu’il n’y a aucune épreuve plus difficile que celle de devoir grandir sans son père ou sans sa mère.

Le choix du mot quête n’est pas anodin, ce mot est souvent associé à la fameuse quête du graal : un objet mythique de légende arthurienne qui, sous l’apparence de récits remplis de légendes, évoque les différentes épreuves de la vie, mais aussi le parcours initiatique que doit endurer un chevalier.

ONWARD

Un récit quasi-autobiographique:

Après avoir vu la bande-annonce, nous nous sommes dit « Tiens, Pixar va aller dans un sujet très délicat, la perte d’un père« . Dans l’absolu, nombreux orphelins vont s’identifier à ces deux personnages. Nous avons principalement aimé la relation qui s’instaure entre ces deux frères, un peu comme les chevaliers de la table ronde, leur aventure va souder et renforcer le lien qui les unit. Beaucoup d’enfants ayant éprouvé ce drame diront la même chose « J’ai redécouvert le sens du mot frère ou soeur » en effet, un parent est précieux et on arrive plus aisément à parler avec un frère ou une soeur, on arrive plus simplement à se raccrocher à chacun des instants de notre vie à ce lien très puissant qui unit une fratrie.

En Avant est subtil. Car l’homme qui se cache derrière ce récit, Dan Scanlon (Réalisateur) a distillé dans chacun des éléments un peu de lui-même. Selon le story telling, il aurait également perdu son père et la seule chose qui lui restait était un enregistrement de sa voix. Il n’avait pas encore deux ans quand cette perte a eu lieu et lui et son frère ont vécu la découverte de cet enregistrement comme une sorte de miracle, une magie qui permettait de rendre possible l’impensable : «Entendre leur père».

La voix est un élément si particulier. Les photos capturent l’image de nos proches, mais quand on retrouve un enregistrement alliant l’image et la voix, il y a une forme de magie en nous qui s’éveille. Il est souvent dit qu’un simple mot comme abracadabra permet de faire beaucoup de choses, et ici, dans ce film la vraie quête ne réside pas dans l’idée de faire renaitre ce père le temps d’une journée, ni de retrouver chacun des morceaux qui ont été dissipés (ou bien la recherche d’une pierre magique). Le vrai sens de cette aventure est de retrouver le pouvoir qui se cache en chacun de nous.

Finalement, la magie n’est qu’une métaphore, un moyen de dire à celui qui a perdu un parent que ce dernier perdurera et que son vrai pouvoir est d’être capable de surmonter cette épreuve.

Ian, ce petit Elfe, s’il veut grandir doit retrouver toutes les pièces manquantes du puzzle afin de pouvoir traverser cette épreuve douloureuse. Dans le personnage de Ian nous retrouvons un peu de Dan Scanlon qui lui-même n’a pas eu la chance d’avoir des souvenirs avec son père…

Un récit initiatique qui deviendra un classique du cinéma

L'incroyable voyage
L’Incroyable Voyage | Disney 1992 | Duwayne Dunham

Beaucoup de récits décrivent le chemin tortueux qui permet à un enfant ou à un groupe d’adolescent de grandir. Ce genre de récit est a été très popularisé au fil des époques, au sein de la littérature à travers le roman d’apprentissage au 19e siècle ou par le bais du cinéma. Ces récits permettent de mettre en perspective l’individu face aux épreuves de la vie : l’amour, la haine, la réussite et la mort. Au cinéma les récits initiatiques ne manquent pas que ce soit dans les long-métrages d’animation ou dans les grands classiques du cinéma tels que Stand By Me de Rob Reiner sorti en 1987, L’incroyable Voyage de Duwayne Dunham sorti en 1993. Chacun de ces récits reprend la symbolique de la forêt ou du pont-levis qui une fois franchi marque le point de non retour. Dans En Avant, ce pont-levis permet de passer d’un monde à un autre, du fantastique au familier… Mais pour pouvoir sortir de cette aventure il faut puiser en nous et trouver la vraie magie.

Notre coup de coeur le personnage Barley Lightfoot

ONWARD
Ce personnage nous a touché, car pour une fois Disney et Pixar ont offert une représentation d’un metalheads/rocker. Nous avons été touchés par ce frère aîné adorable qui ne sort jamais sans sa veste de combat. Une veste avec plusieurs patchs de groupes fictifs tels que Smote, Hydra, Hades …

2 réflexions sur “En Avant, une quête

Tu es libre de ne pas commenter!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.