BoJack saison 5, Moteurs, Action, coupé.


Dire qu’on va bien alors que tout va mal, BoJack c’est l’éternel quête de rédemption quand le monde s’écroule

Surement la meilleure série originale netflix, cette comédie noire satirique nous montre cet anti-héros qui essaie de trouver un moyen de devenir quelqu’un de meilleur, il échoue inlassablement car son passé le rattrape. Ce personnage  anthropomorphe, qui dans les années 90 était la star d’une émission télévisée très célèbre, est l’une des caractéristiques de la série originale de Netflix. Chaque épisode est un voyage émotionnel à travers les vies alambiquées de BoJack, Diane, Todd, Princesse Carolyn et M. Peanutbutter. Les personnages sont attachants et on aime se dire qu’on est pareil qu’eux quand personne ne sous regarde. Les différentes références à la culture pop sont suffisantes pour faire comprendre la satire de la société et du showbiz.

bojack6

Une relecture de l’absurde par BoJack

Pour résumer les divers péripéties de la saison dernière: Diane (Alison Brie) et M. Peanutbutter (Paul F. Thompkins) divorcent, Todd (Aaron Paul) a découvert son asexualité et la princesse Carolyn (Amy Sadaris) produit un nouveau drame de prestige, Philbert, mettant en vedette BoJack (Will Arnett) qui a accepté à contrecœur de prendre le rôle comme une faveur à son ami. À la fin de la saison 4, les choses étaient presque parfaites avec une note d’espoir, mais c’est le but de BoJack montrer que quoi qu’il arrive rien ne change, on est pris dans un enfer absurde à la Sartre…Chacun grandit en tant que personnage, essayant activement de devenir une meilleure personne ou du moins la meilleure version de nous-même. Mais, comme BoJack Horseman nous le rappelle constamment, le cheminement vers l’auto-amélioration n’est pas une route facile à entreprendre, en particulier lorsque l’on associe des histoires traumatisantes tragiques et un environnement en constante évolution de la culture pop réprimant nos propres images de soi. L’authenticité émotionnelle reste le principal attrait du spectacle, et la critique sociétale cinglante se termine très près.

Ce personnage de Bojack est un peu comme chacun de nous, on se regarde dans le miroir et on veut changer. Si dans les saisons précédentes BoJack était au centre de l’intrigue, cette première moitié de saison va se centrer sur chacun des personnages afin de mieux les connaitres et de se rendre compte que chacun est perdu, chacun cherche à faire bonne figure. Quant à l’asexualité de Todd, elle continue d’être une représentation extrêmement honnête et ouverte, et la série dissèque le spectre de l’asexuel et de l’aromantique avec une nuance que peu de série ont développé jusqu’à présent.

Puis Bojack veut se rattraper, aimer une femme et ne pas la détruire, c’est avec Gina qu’il veut se rattraper, faire en sorte que seul son bonheur compte. Mais Diane essaie de convaincre Bojack qu’il ne peut pas devenir un gentil, car il n’est pas un méchant. Il doit juste apprendre à accepter les choses, pourtant BoJack n’est pas une bonne personne, il a fait beaucoup de choses terribles et la série ne recule pas devant le fait.  Il se mine souvent de choses qu’il n’a pas fait et de chose qu’on pense qu’il a fait sans l’avoir fait. Il se culpabilise de tout, tombe dans la dépendance de substance… Bref il s’accroche à la vie et ne veut plus souffrir. On attend le dérapage car nous savons tous qu’il va déraper. Le récit nous rappelle constamment son passé et qualifie son action. Cela ne justifie pas. Il n’explique pas Il ne fait que présenter l’information pour que nous, le public, ayons cette information. Il y a des moments où nous le prenons en sympathie, mais personne ne nous demande jamais de lui pardonner.

Le pardon est surement le sujet centrale de cette dernière saison, il y a même un épisode sur le pardon. Chacun des personnages apprend à reconnaître la toxicité de son comportement et tente de surmonter l’impossible et de les dépasser lentement. Le concept de perception et de mémoire est également revu à maintes reprises, ce qui met en lumière l’une des plus grandes forces de BoJack Horseman.

Publicités