La page blanche, un film qui redonne un parfum à la vie ! 

La page blanche est une adaptation libre de la bande dessinée éponyme de Boulet et Pénélope Bagieu parue aux éditions Delcourt.
Le film a été réalisé par Murielle Magellan et sortira en salle le 31 août 2022.

Continuer de lire « La page blanche, un film qui redonne un parfum à la vie ! « 

La très très grande classe, une surprise !

Alors qu’on nous annonçait un film misérable à mourir d’ennuis, on se retrouve face à une comédie légère sans scènes absurdes. Les gags sont réalistes, les personnages ne sont pas dans la démesure et donc le résultat est un moment agréable de cinéma.

Continuer de lire « La très très grande classe, une surprise ! »

Chère Léa, quand l’amour s’en va

« Les histoires d’amour finissent mal en général », cette chanson des Rita Mitsouko lance un gros pavé dans la mare ! Les histoires d’amour ne se terminent pas toutes en happy end comme le souligne cette chanson, mais également énormément de films. L’amour dure trois ans, Une femme est une femme, Pierrot le fou… Il y a matière à comprendre que la communication entre les hommes et les femmes est une chose complexe et que beaucoup ont cherché à comprendre, sans jamais avoir trouvé de vraies réponses.

Continuer de lire « Chère Léa, quand l’amour s’en va »

Adieu les cons

Depuis 9 MOIS FERMES, Dupontel ne nous avait pas sorti de nouveau film usant de cet humour noir très singulier. Il n’a pas peur de rire de la mort et des sujets sensibles pourtant si universels comme l’aberration de l’administration ou d’une société où l’élite sort d’école sans être compétents pour autant vont obtenir les honneurs sans avoir travailler sur un projet.

Qu’il soit réalisateur ou simple acteur comme dans l’excellent Deux jours à tuer (2008 réalisé par Jean Becker). Dupontel est un clown triste, un être qui saisit au vol l’irrationalité des choses et l’incohérence de l’existence. Il est surement l’un des derniers Révoltés, en référence à Desproges et tous ces humoristes du petit tribunal de la haine ordinaire.

Dans Adieu les cons il  signe un film simple, pleins de charmes et de tendresse. Un film sur la vie, l’amour et le devenir.

Continuer de lire « Adieu les cons »

30 jours max, une comédie sympathique

Rayane est un jeune flic trouillard et maladroit sans cesse moqué par les autres policiers. Le jour où son médecin lui apprend à tort qu’il n’a plus que trente jours à vivre, Il comprend que c’est sa dernière chance pour devenir un héros au sein de son commissariat et impressionner sa collègue Stéphanie. L’éternel craintif se transforme alors en véritable tête brûlée qui prendra tous les risques pour coincer un gros caïd de la drogue…

Continuer de lire « 30 jours max, une comédie sympathique »

Mon cousin

Pierre (Vincent Lindon) est le PDG accompli d’un grand groupe familial. Sur le point de signer l’affaire du siècle, il doit régler une dernière formalité : la signature de son cousin Adrien (François Damiens) qui détient 50 % de sa société. Ce doux rêveur idéaliste, qui enchaîne gaffes et maladresses, est tellement heureux de retrouver Pierre, qu’il veut passer du temps avec lui et retarder la signature. Pierre n’a donc pas le choix que d’embarquer son cousin avec lui dans un voyage d’affaires plus que mouvementé où sa patience sera mise à rude épreuve.

Continuer de lire « Mon cousin »

Antoinette dans les Cévennes, nous emmènent à la confrontation de l’Être et l’Avoir.

Un film magnifique sur l’amour, et l’apprentissage de l’amour de soi.


Souvent nous pensons avoir besoin de quelqu’un, car l’image qu’il nous donne de nous même semble être la meilleure qu’il soit. Nous sommes souvent dans des relations de dominant-dominé, mais cela nous fige dans un état, une façon de penser. Finalement apprendre à s’aimer pour nous-même reste la vraie marque maturité et d’indépendance. Ce chemin est un apprentissage à long terme il faut apprendre pour cela à s’accepter pour ce qu’on est, pour nos erreurs et surtout nos faiblesses.

Continuer de lire « Antoinette dans les Cévennes, nous emmènent à la confrontation de l’Être et l’Avoir. »

Le bonheur des uns: un film, des personnages.


Avec son 4e film Le Bonheur des uns, le réalisateur Daniel Cohen arrive à l’âge de la maturité, lui qui s’est fait discret depuis Comme un chef (2011). Ce mercredi sort en salle un film drôle, touchant et profond qui marque une évolution admirable depuis la sortie de son tout premier film Une vie de Prince en 1999.

Ce film réunit plusieurs pointures du cinéma comme François Damiens,Florence Foresti, Vincent Cassel et Bérénice Bejo.
Cette comédie a d’abord été écrite pour être jouée sur les planches, mais malgré plusieurs tentatives, c’est le format cinématographique qui s’est imposé sous les conseils de David Gauquié de Cinéfrance.

Continuer de lire « Le bonheur des uns: un film, des personnages. »

La Daronne, Isabelle Huppert crève l’écran

Même si l’adaptation du roman d’Hannelore Cayre a fait quelques impasses sur le passé de l’héroïne, elle ne perd pas pour autant la profondeur du propos. À mi-chemin entre la comédie et le polar, ce film s’ancre dans un Paris moderne, le Paris d’aujourd’hui.


L’adaptation de ce roman n’a pas été une chose simple, car plusieurs réalisateurs étaient dans la course et seul JEAN-PAUL SALOMÉ a su conserver ces deux tons, une chose que son autrice Hannelore Cayre a beaucoup apprécié. En effet, tous les cinéastes dans la course avaient tendance à surtout conserver la dimension polar-enquête, ce qui faisait perdre une grande partie du charme de cette histoire.

Continuer de lire « La Daronne, Isabelle Huppert crève l’écran »

Effacer l’Historique

Avec un casting alléchant et une bande annonce efficace, tout semblaient prometteur. A notre grande déception ce film ne répond pas aux attentes mises en place par la bande annonce. Une erreur ou un mauvais choix? Les différents extraits communiqués par l’équipe de promotion misaient sur le casting et le ton comique de certaines scènes. Le problème est là, une fois installés dans la salle, nous sommes perdus face à un film bien loin de la comédie promise.

Continuer de lire « Effacer l’Historique »

Lucky ça déboite

Ce film sonne juste et chacun des personnages apporte quelque chose de particulier. Les personnages sont comme hanté par leur acteur et les acteurs offrent à chacun des personnages un peu d’eux même. La construction du récit est un peu comme celui de Pulp fiction, où les actions s’entremêlent où chacun des personnage va croiser un autre personnage mêlant ainsi les récits. Continuer de lire « Lucky ça déboite »