Daybreakers Un vampire par ci et un vampire par là


Daybreakers fait parti de ces films qui sortent du lot. Les frères Spierig plongent le spectateur dans une vision noire du monde, bien que fantastique, elle reflète parfaitement le comportement humain face à la crise et la pandémie.


Le scénario raconte comment en 2019 les hommes devinrent le produit de marque d’une population contaminée par le virus du vampirisme. Seules une minorité de vampires voient la pratique comme scandaleuse et ne boivent en conséquence que du sang dilué. Parmi ces vampires, le Dr Edward (Ethan Hawke) se donne comme mission de trouver un moyen palliatif pour contrer l’extinction du genre humain. Pour lui un substitue serait l’idéal. Au cours de ses rencontres il découvre que le substitue ne sera jamais qu’un leurre qu’on offrira aux plus pauvres afin de faire de l’original un produit de luxe.

Par la suite il fit la connaissance d’un groupe d’hommes qui se battent pour la survie de l’espèce humaine, l’un d’eux répondant au nom d’Elvis (Willem Dafoe) cache un lourd secret, autrefois il était un vampire. Un vampire redevenu humain…

Ici se trouve donc une solution, un antidote au virus venu de la chauve-souris.

Edward en tant qu’homme de science décide de trouver le moyen de reproduire le processus qui permettra aux vampires de redevenir des hommes.

La réalisation et le jeu des acteurs

Les réalisateurs manient assez bien l’art des fausses routes. Ils nous baladent et nous donnent de fausses bonnes idées. La réalisation soignée montre assez bien le travail de fond. Les deux frères utilisent un sujet déjà exploité, la relation entre le vampire et un virus infectieux. A titre d’information, dans le passé, un grand nombre de cas de patients atteints de la rage, étaient mis au rang de vampire, à cause des symptômes.

Ce travail d’écriture fut assez long, ils l’expliquèrent au sein d’interviews ; ils auraient travaillé si longtemps et coupé du monde, qu’ils ignoraient l’existence d’un Edward vampire (en référence à Twilight, ndlr).  Du coup lorsqu’ils virent débarquer l’an passé des T shirt avec marqué Edward le vampire, ils ont pensé tout d’abord à une fuite de la part de la production ou d’un proche.

Quand aux têtes d’affiche, Sam Neill plus que terrifiant nous surprendra toujours, bien que son interprétation est un peu trop caricaturée, voir exagérée. Cependant la part d’ombre qui se cache en lui est plusieurs fois mise en avant au cours du film. On se demande parfois ce qu’il aime le plus : l’argent, la puissance, sa fille ? Ou tout simplement vivre ? Quant à Ethan Hawke, il joue remarquablement bien, sait manier les contrastes entre le vampire et l’humain.

C’est bien ici la grande question, un fléau qui devient un cadeau pour certains, et pour d’autre une malédiction. C’est assez marquant comme idée, même si le sujet central du film danse autour des vampires, cela soulève quand même l’idée d’un comment l’Homme réagirait-il face à un virus qui le dénaturerait ?

Certains seront heureux d’avoir une seconde chance, tandis que d’autre verront cela comme une malédiction. La petite fille qui est à l’ouverture du film est assez frappante, voir touchante. Elle préfère mourir que de vivre sans vivre réellement. C’est-à-dire vivre puis mourir un jour ; grandir et vieillir.

Si le découpage technique du film est bon, la promo était assez axée sur le silence. On n’en dit peu, on laisse faire le bouche à oreille ; au grand regret, le film ne bat pas l’audience attendue.

Julien Vachon pour Back-Stage

Publicités

2 réflexions sur “ Daybreakers Un vampire par ci et un vampire par là ”

  1. Ping: Yahoo News

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s