La fin d’How I Met Your Mother

Après un épisode inédit avec 50 minutes jamais montées. Il y a aussi la fin alternative du sitcom ! Même si nous sommes nombreux à avoir déjà vu et revu cette fin alternative, nous sommes toujours heureux de revoir Ted. Cette fin retire le côté dramatique de la série en offrant à la mère une vraie happy end.

Continuer de lire « La fin d’How I Met Your Mother »

Faire du spectacle en 40 Mins chrono

La dictature audiovisuelle est la suivante : On doit tout faire pour que le spectateur ne zape pas, ne change pas de chaine et va revenir régulièrement voir un programme. Ce qui explique la guerre de l’audimat pour les séries télé. Les séries télé subissent de longs processus avant de devenir ce qu’on appelle un RDV hebdomadaire. Une fois programmé, il n’est pas rare de … Continuer de lire Faire du spectacle en 40 Mins chrono

SIT COM

Conception

Selon les normes américaines, le scénariste de sitcom doit faire rire le spectateur toutes les 13 secondes, soit à chaque réaction d’un personnage. Même le meilleur auteur du monde ne peut prédire « sur papier » qu’un épisode aura une telle efficacité. C’est la raison pour laquelle les sitcoms sont enregistrées en public. Cela permet d’affiner le scénario, de reprendre certains dialogues en fonction de leur impact sur le spectateur. La sitcom est un travail constant de réécriture et de collaboration. Ce qui fait la valeur de ces séries anglo-saxonnes, c’est la façon dont elle sont élaborées. C’est une conception quasi industrielle, de l’idée initiale jusqu’au montage. Continuer de lire « SIT COM »

Samantha who’

Samantha jeune femme belle et séduisante aurait tout pour plaire, sauf qu’elle est amnésique et qu’elle ne se souvient de rien de sa vie passé. Suite à un accident de voiture elle est tombée dans le coma à son réveil elle a une amnésie partielle. Mais à son grand étonnement elle découvre que dans sa vie passé elle était une peste, une salope, une chieuse. Elle décide alors de tout mettre en œuvre pour réparer le passé. Continuer de lire « Samantha who’ »