Batwoman sur la CW


Avec Ruby Rose comme actrice principale, la dernière adaptation de l’univers DC Comic s’intègre rapidement à l’univers Arrowverse  déjà établi.

Quand on parle de cross over, notre génération 90 pense immédiatement à Angel/Buffy (pour ne pas parler des Musclés et Hélène et les garçons….), mais au final, les cross over sont devenus un rendez-vous incontournables pour les fans des séries DC développées sur la chaine CW.

Même s’ils ne se croisent qu’une fois par année civile, les adaptations DC Comics de CW, toutes produites par Greg Berlanti, sont conçues pour fonctionner presque comme des poupées gigognes. Quelles que soient leurs différences mineures en termes de ton ou de voix, d’échelle ou de reconnaissance des super-pouvoirs, il est beaucoup plus facile de souligner des similitudes fondamentales en matière de narration, de style et d’esthétique.

Catwoman CW

La véritable anomalie de ce groupe est l’anarchie en boucle de Legends of Tomorrow, qui, comme par hasard, a émergé aussi facilement que le chef créatif du groupe.

Ils ne peuvent pas tous être des valeurs aberrantes et pour tous l’accent mis avant la première sur les choses qui rendent son héroïne différente – elle est gay! Elle pourrait être juive! – Ce qui est tout de suite apparent dans Batwoman, le nouveau drame d’action de The CW, est son caractère distinctif limité. Cela présente des avantages, notamment le peu de douleurs de croissance ressenties par Batwoman depuis les débuts du personnage lors du cross-over multi-shows de l’automne dernier. Legends of Tomorrow, en revanche, est passé de crossover à une première saison extrêmement inégale avant de se retrouver. Malgré tout, il est difficile de ne pas se sentir comme si Batwoman aspirait à être quelque chose de plus radical et plus aventureux qu’une histoire d’origine par les nombres menant à une flèche centrée sur les femmes. Jusqu’ici, ce n’est pas le cas.

Bien que Batwoman soit déjà bien implanté dans le crossover Elseworlds de l’automne dernier, la série indépendante nous présente à nouveau Kate Kane (Ruby Rose), fille de la royauté Gotham. Son père est Jacob Kane (Dougray Scott), qui dirige une force de sécurité privée chargée de protéger Gotham après la mystérieuse disparition de Batman trois ans plus tôt. Par coïncidence, le milliardaire Bruce Wayne a également disparu trois ans plus tôt. Wayne était la cousine bien-aimée de Kate et un élément clé de son système de soutien après la mort de sa mère et de sa soeur, une tragédie que Kate attribue en partie à l’incapacité de Batman de les sauver.

Batwoman

Kate rêve de faire partie de The Crows, la milice armée de son père, mais elle a dû abandonner ses études en raison de sa relation avec Sophie de Meagan Tandy. Tandis que Kate quittait la ville pour s’entraîner toute seule, Sophie a nié sa sexualité, est devenue une Crow et presque une fille de substitution de Jacob.

Alors que Kate retourne à Gotham, la ville est terrorisée par la maniaque Alice (Rachel Skarsten), chef du gang néfaste du pays des merveilles et nouveau seigneur du crime résolu à abattre The Crows. Alice a une vendetta très spécifique contre la ville et contre Jacob.

Créée par Caroline Dries et réalisée dans les premiers épisodes de Marcos Siega, Batwoman a beaucoup de chemin à parcourir, y compris la découverte inévitable rapide par Kate du secret de son cousin, avec l’aide de Luke Fox de Camrus Johnson (fils de Lucius Fox, si vous connaissez votre Tradition Batman). Il y a beaucoup de secrets et ce qu’on a probablement le plus apprécié de ces deux premiers épisodes, c’est le peu de facilité avec lequel certains de ces secrets sont compartimentés. La chose la plus frustrante à propos de tant de ces shows de DC a été l’interminable « Combien de temps faudra-t-il au personnage A pour découvrir le secret B qui n’a probablement pas besoin d’être secret de toute façon? » et Batwoman a une bonne dose d’ouverture et de partage d’informations dès le départ.

BatwomanLa série réussit aussi étonnamment bien à établir plusieurs personnages principaux. Scott rend Jacob plus nuancé en tant que figure paternelle aimante mais douloureuse que la série probablement requise. Tandy, qui me plaira toujours dans Survivor’s Remorse, donne à Sophie une combinaison intéressante de douceur et d’ambition. Skarsten fait d’Alice plus que le type de patient mental dérangé que l’univers Batman invite généralement, bien plus que le clone Joker qu’elle semble être pour la première fois. On aparticulièrement apprécié la profondeur de la série pour Mary, la belle-soeur de Kate, adepte des médias sociaux, qui aurait pu être un soulagement comique et qui est déjà devenue, après deux épisodes, le personnage qui me passionne le plus.

Autour de Kate Kane et Rose, il y a un point d’interrogation. La caméra est intriguée et gravite autour de ses traits anguleux, de ses cheveux hérissés et de son air convaincant. On n’est pas sûre qu’elle soit aussi douée pour transmettre l’autorité requise ou un mystère énigmatique. Selon une interprétation de Batman, il s’agit d’un chiffre réprimé et endommagé qui refuse à son tourment intérieur de mettre fin à la cavalcade de monstres et de monstres de Gotham, une manifestation de la loi et de l’ordre tout aussi moins excitante que le mal absolu. Alors peut-être que c’est comme ça que Batwoman aborde Kate Kane et son alter ego, alors il est intentionnel qu’elle se fasse prendre au piège par tout le monde autour d’elle? Que sa sexualité et sa religion et son approche du vigilantisme sont des pensées après coup? On n’est pas sûr.

Il est moins probable que l’intention de Batwoman, en tant qu’expression visuelle, soit interchangeable et fade. Le public débarque dans ce monde à côté de Fox’s Gotham, un show avec d’innombrables défauts, mais un panache indéniable en ce qui concerne la conception de la production, la costumière et la construction du monde. Batwoman n’a rien de cela. Cette vision de la ville natale troublée de Bruce Wayne est une construction rudimentaire du monde à Vancouver-comme-Murky-Uber-City et étonnamment, la joie de créer des uniformes pour The Crows, un costume principal de Batwoman ou des choix de mode d’Alice, confère une touche victorienne. incarnation originale de bande dessinée. La série a plusieurs repaires dédiés aux personnages de bande dessinée excentriques et plusieurs tentatives de séquences d’action à grande échelle et il n’y a pas de « Homme, c’est cool! » moment dans chaque épisode qu’on ait vu.

Arrow, The Flash, Supergirl et Black Lightning ont tous eu des moments où nous apprécions vraiment les histoires qu’ils racontaient ou la manière dont ces histoires étaient racontées. Beaucoup plus souvent, cependant, ils ont eu l’impression d’avoir été conçus pour pouvoir regarder les chaînes de montage afin de garder le public au courant du plus grand nombre possible de show avec le moins d’engagement possible. C’est le mode dans lequel Batwoman est arrivé, pour le meilleur ou pour le pire. Il est assez facile de veiller à ce que on reste dans les parages pour voir si cela donne lieu à quelque chose de plus.

Acteurs: Ruby Rose, Meagan Tandy, Camrus Johnson, Nicole Kang, Rachel Skarsten, Dougray Scott, Elizabeth Anweis

Créateur: Caroline Dries, adapté du personnage de DC Comics

 

Scott pour Direct-Actu.fr

 

Publicités

Une réflexion sur « Batwoman sur la CW »

Tu es libre de ne pas commenter!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.