ALPHA – L’origine du meilleur ami de l’homme


Une aventure épique au cours de la dernière période glaciaire, ALPHA, raconte une histoire fascinante et visuellement époustouflante qui met en lumière les origines du meilleur ami de l’homme. Lors de sa première chasse avec le groupe le plus élitiste de sa tribu, un jeune homme est blessé et doit apprendre à survivre seul dans la nature sauvage. À contrecœur, apprivoiser un loup solitaire abandonné par sa meute, les deux apprennent à s’appuyer les uns les autres et à devenir des alliés improbables, endurant des dangers innombrables et des obstacles insurmontables pour rentrer chez eux avant l’hiver.

Tout le monde aime un chien qui peut jouer au basket, apprendre le karaté, sauver les enfants des puits ou aider Tom Hanks à résoudre des mystères. Tout le monde semble aimer les chiens, point. Mais d’où vient tout cet amour?

«Alpha» d’Albert Hughes raconte l’histoire du premier loup qui est devenu le meilleur ami de l’homme, dans un film qui aurait pu être bon marché et à l’eau de rose – comme tant de films de chiens auparavant – mais celui-ci se veut presque mythique.

« Alpha » possède un bon casting, avec Kodi Smit-McPhee (« X-Men: Apocalypse ») dans le rôle de Keda, un jeune homme des cavernes, l’histoire se passe il y a plusieurs milliers d’années. Ce jeune apprenti  dont le père Tau (Jóhannes Haukur Jóhannesson, « Atomic Blonde ») est le chef de leur tribu, cherche à mener Keda à sa première chasse. Il veut en faire un guerrier, sans peur, le forme mais sa sensibilité le bloque dans le passage à l’acte, malgré tout il gagne en chemin son tatouage de la Grande Ourse (ce qui pourrait être important plus tard).

Nous apprenons très tôt que le père de Keda et sa mère, Rho (Natassia Malthe, « Battle Drone »), sont inquiets pour son avenir. Tau veut que Keda mène avec sa lance, et Rho veut qu’il mène avec son cœur. Pendant ce temps, Keda regarde de l’autre côté de la tente, ne contribuant pas à la conversation et, en fait, ne mentionne jamais vraiment ce qu’il ressent à propos d’être entraîné dans deux directions. Ce personnage en construction va progressivement devoir grandir, c’est un film d’initiation comme on peut le faire dans le nouveau roman ou encore les romans du siècle des Lumières


« Alpha » est en réalité un film très calme. Le dialogue est minime, les acteurs parlent dans une langue fictive (bien que beaucoup de spectateurs disent que la VF est doublé en anglais à certains moments). Nous regardons ces gens avec fascination, travaillant et partant en chasse sur de vastes étendues, à domir sous les étoiles non filtrées par la brume ou la pollution lumineuse. Et tout cela semble incroyablement magnifique, grâce à la cinématographie experte de Martin Gschlacht (« Goodnight Mommy »).

Keda est blessé et jeté d’une falaise au milieu d’une ruée, et Tau pleure pendant des jours avant de quitter son camp. Ne le sauriez-vous pas? Quand Keda se réveille finalement et commence son périlleux voyage de retour. Il est seul, il est cassé et il est chassé par tous les animaux sous le soleil.

Lorsque Keda se fait arpenter par une meute de loups, il en blesse un. La meute laisse le loup blessé mort et Keda ne peut pas se résoudre à le tuer, probablement parce qu’il reconnaît les parallèles spectaculaires entre leurs situations difficiles. Il allaite lentement le loup et se remet en santé. Et ainsi commence leur voyage épique de découverte, d’amitié, d’aventure et ainsi de suite.

« Alpha » n’est pas un film compliqué. L’histoire est directe et directionnelle, un chemin direct mais difficile, du danger à la sécurité, ponctué d’aventures mettant la vie en danger. Ce qui aurait pu rendre fous les autres conteurs semble avoir déclenché quelque chose de philosophique chez Albert Hughes. Dans ses débuts en solo, il utilise l’espace entre Keda et sa maison, et l’espace entre une quête latérale et la suivante, pour explorer visuellement l’immensité du monde avant que l’humanité ne le restructure.

L’immensité du monde, alors qu’il y avait moins de choses, donne à Hughes et à Gschlacht la possibilité de peindre des compositions glorieuses, et elles prennent intelligemment en compte trois dimensions. «Alpha» utilise la technologie 3-D mieux que la plupart des autres films, permettant au public de boire au plus profond du cadre et d’apprécier les éléments de narration sur plusieurs plans. Parfois, le film comprime même l’image pour presque dessiner la planéité, pour fournir un contraste dramatique et pour souligner la durée de leur voyage plutôt que leur isolement.

Smit-McPhee capte la naïveté du jeune Keda, mais sa transformation à l’âge adulte est un peu plus académique. Nous comprenons ce qu’il a traversé, mais en tant qu’acteur, il n’évolue pas complètement dans la manière dont ce voyage épique aurait dû le transformer afin de marquer le point.

On ne peut pas en dire autant du loup, Alpha, qui est porté à la vie remarquablement plausible par l’équipe des effets visuels du film. C’est une performance fantastique et transformatrice, dans laquelle le langage corporel de l’animal est remarquablement clair sans être anthropomorphiquement anormal. Lorsque Keda essaye de faire un premier tour à un loup, vous pouvez pratiquement entendre Alpha dire: «Nous ne sommes pas encore là. laissé tomber votre bâton! Je l’aurai! » Il y a cependant certaines scènes tournées avec un vrai chien,  un chien-loup tchécoslovaque.

« Alpha » peut avoir des intentions favorables à la famille, mais la violence est palpable et ses messages sont un peu incohérents. L’histoire ne serait pas racontée si Keda n’avait pas un faible pour les animaux, mais parfois, il ne pouvait pas se résoudre à tuer un animal et, à d’autres moments, il n’avait aucun scrupule à le faire. Il est difficile de dire où se situe Keda en tant que personnage et quelle est l’attitude de tout le film à propos de la symbiose de l’humanité avec la nature. Dans les faits, les moments où Keda tue des animaux c’est pour se nourrir, bien qu’au début il va se nourrir principalement d’insectes, de mollusques..

Est-ce que nous nous soucions seulement d’autres créatures quand c’est dans notre intérêt? Si oui, est-ce bien? Mal? Aidez-nous ici, « Alpha », vous avez la parole. Vous utilisez votre temps de scène pour raconter une histoire vivante avec des images nettes et d’une beauté saisissante, mais vous ne vous attachez pas vraiment à la thématique.

« Alpha » se rapproche de la grandeur, en particulier cette rare qualité que nous réservons aux épopées intemporelles, ou du moins aux superbes illustrations de Frank Frazetta. L’histoire et le protagoniste ne sont pas assez riches pour passer au niveau supérieur. Mais le film se rapproche de ses ambitions élevées et nous offre à tous une nouvelle fable, incroyablement photographiée, presque incroyable.

 

Publicités

Une réflexion sur « ALPHA – L’origine du meilleur ami de l’homme »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s