Mary Shelley mère du fantastique (Dossier)


MARY SHELLEY raconte l’histoire de Mary Wollstonecraft Godwin (Elle Fanning) – auteure de l’un des romans gothiques les plus célèbres au monde, Frankenstein – et de sa relation enflammée avec le célèbre poète romantique Percy Bysshe Shelley (Douglas Booth). des étrangers limités par une société polie mais liés par une chimie naturelle et des idées progressistes qui dépassent les limites de leur âge et de leur époque. Mary et Percy déclarent leur amour l’un pour l’autre et beaucoup d’horreur pour sa famille. Ils se sont enfuis ensemble, rejoints par la demi-soeur de Mary, Claire (Bel Powley). Au milieu de tensions croissantes pendant leur séjour chez Lord Byron (Tom Sturridge ) Maison du lac Léman, l’idée de Frankenstein est conçue quand un défi est lancé à tous les invités de maison pour qu’ils écrivent une histoire de fantôme. Un personnage incroyable est créé, qui occupera une place importante dans la culture populaire pour les siècles à venir, mais la société à l’époque n’accorde guère de valeur aux auteurs féminins. À l’âge de 18 ans, Mary est obligée de contester ces idées préconçues, de protéger son travail et de forger sa propre identité.

Autres sujets:

Le film récent avec Robert de Niro / Le film classique en NB de James Whale / Le roman

« Mary Shelley » évacue la vie des origines scandaleuses de « Frankenstein »

Un biopic historique typique mais agréable

À seize ans, Mary (Elle Fanning) rencontre le poète Percy Bysshe Shelley (Douglas Booth). Inspirée par ses manières rebelles et étouffée par sa vie familiale triste, elle s’enfuit avec lui, tout en sachant qu’il est déjà marié. Ainsi commence la romance torride d’un jeune couple bohème, entaché par le pouvoir et le droit des hommes sexistes, mais qui a abouti à l’achèvement du roman classique de Mary, Frankenstein (Dossier sur Frankenstein en fin d’article).f-29-mary-shelley

Haifaa al-Mansour, plus connue pour Wadjda en 2012, est une atmosphère créative – la campagne écossaise luxuriante, les rues brumeuses de Londres et les maisons tourmentées et délabrées des auteurs en difficulté sont photographiées magnifiquement, tout comme les magnifiques photos de paysages et ciel étoilé.

Mais au-delà de la force visuelle de Mary Shelley, elle est trop régulière dans la narration. L’histoire habituelle de placer la romance par-dessus tout dans la vie d’un auteur n’a rien de nouveau, alors que des scènes plus fumantes sont exceptionnellement typiques des romans historiques. le réalisateur, cependant, souhaite surtout examiner la dynamique de genre du contexte littéraire de Mary Shelley. Rassembler chaque élément au point culminant du film avec l’écriture et la publication de Frankenstein, c’est dans les derniers instants que la misogynie devient palpable. Trop concentré sur le genre de la romance historique, ce que fait, bien sûr, assez bien, Mary Shelley manque son propre point en essayant d’être quelque chose de plus intéressant. Une histoire d’amour passable, ce n’est jamais la profonde exploration du patriarcat qu’elle veut être.

Une histoire de rencontres

Chaque rencontre indique la possibilité d’une naissance. Et une peur même. Première rencontre Borges est assis sur un banc à Boston, sur la côte est des États-Unis, et dans un autre de Genève, sur la rive (on ne sait pas si l’est ou l’ouest du lac Léman). Le même jour, à la même heure, la même personne. Les deux Borges, les jeunes et les vieux, sont séparés par des décennies, des océans entiers, mais l’important est la rencontre. Commence alors l’histoire L’autre. Deuxième réunion Il y a plus de 200 ans, Lord Byron, John Polidori, Percy et Mary Shelley se sont rencontrés sur les rives du lac Léman. Un été lugubre à cause de l’éruption du volcan Tambora les obligeant à se retirer. Là, ils imaginent des histoires, peut-être des histoires terribles. Et il se produit la plus sinistre de toutes les histoires: celle de Frankenstein. Aussi celui-ci, comme celui de Borges, parle d’un autre homme. Peut-être que rien n’est plus proche de la terreur que la certitude du double, du monstre qui vit dans le plus intime de nous-mêmes.

15313775433561

Quand le danger ne vient pas de l’extérieur mais de l’intérieur.

Pour la première fois, la terreur ne venait pas de l’extérieur. Ce n’était pas un monstre, une créature de la nuit ou un esprit étrange qui nous terrifiait. Nous sommes loin des archétypes habituels de vampires, de monstres surnaturels. Ce qui est effrayant dans l’histoire que Mary Shelley a mis en place c’est que le mal vient de l’intérieur, simplement un être si parfaitement égal à nous qu’il semblerait identique. Le Frankenstein imaginé par Mary Shelley, dont nous parlons, a inauguré une forme de terreur par nécessité matérialiste. Et dans sa dénonciation de l’humiliation, même révolutionnaire. L’autre c’est nous (comme dans l’époque où le daemon venait jouer l’intermédiaire entre les hommes et les dieux et que l’aliénation était un mal absolu).

Au fond, c’est le point de départ et le motif du film de Haifaa al-Mansour. L’idée n’est autre que de dépeindre méticuleusement ce moment crucial où l’on va changer notre façon de voir le monde et qu’on va craindre beaucoup plus ce que nous sommes que le monde qui nous entour: le film veut à tout moment rester fidèle à chaque geste du temps. À la fois sale et baroque, méticuleux et fracturé. Et ainsi, la réalisatrice saoudienne change complètement le dossier de son premier film, The Green Bicycle, et s’efforce maintenant de présenter cette première impulsion si vous voulez une féministe qui associe si fidèlement ce moment initial chez Léman au présent. En effet, l’horreur est toujours la même. Et l’injustice: Mary Shelley est l’histoire de la naissance d’un livre, mais aussi d’une femme. C’est plutôt de la femme qui, après avoir été maltraitée, ignorée, bref humiliée, décide de faire face à son destin battu. Et le moyen de le faire est de raconter votre propre histoire, la plus intime de toutes, celle de la rencontre, encore une fois, de votre passion pour l’écriture avec la plus profonde horreur. Et plus évident en même temps.

Le problème, malgré le soin avec lequel chaque détail est traité, est l’imprécision. le film veut tout dire et dans son omniscience, il finira par être très proche de l’affection. Pour plus d’efforts Elle Fanning, toujours en place, en apportant son caractère à la réalité, une grande partie du casting est piégé dans le stéréotype du poète maudit qu’à une étape idiot dévergondé. Quoi qu’il en soit, il reste la terreur ou le cauchemar (pas le rêve) d’être en vie. Ou presque, de retour à Borges. Un homme se retrouve et reconnaît à peine l’empreinte d’un rêve simple qui a identifié: « Si ce matin et cette rencontre sont des rêves, chacun de nous a de penser que le rêveur est qu’il pourrait arrêter de rêver. peut-être pas. Notre obligation claire, quant à lui, est d’accepter le rêve, comme nous l’avons accepté l’univers et sont nés et regardez avec vos yeux et de respirer « . Nous sommes arrivés. L’autre ou le cauchemar (pas dormir) d’être en vie, ou presque, comme Frankenstein, Mary Shelley comme la lecture correcte de Haifaa al-Mansour.

_R7A0805.jpg

Bel Powley (De gauche à droite), Elle Fanning, Tom Sturridge and Douglas Booth/ « Mary Shelley. » | IFC FILMS ©®

Un personnage marquant, pourtant sa vie reste méconnue.

L’auteur du roman d’horreur gothique classique Frankenstein est un sujet digne du cinéma. L’histoire d’un scientifique qui réanime une créature composée de parties de cadavres a eu un impact énorme sur la culture jusqu’à nos jours. Il est donc encore plus extraordinaire que l’auteur soit une jeune femme du début du XIXe siècle qui l’a écrit sur un défi lancé par le riche et prétentieux Lord Byron.

_R7A3255.jpg

La réalisatrice Haifaa al-Mansour réussit à recréer les détails de l’époque – y compris les scènes de rues londoniennes – ainsi que les costumes et les coiffures dans les moindres détails. Le casting est tout aussi habile. Elle Fanning est très bien dans le rôle principal, jouant une femme capable et déterminée en avance sur son temps en termes d’idées sur le féminisme et « l’amour libre » (la mère tardive de Shelley a beaucoup inspiré).

Douglas Booth joue le rôle masculin principal (et plus tard mari), le poète Percy Bysshe Shelley, avec une conviction similaire. Il est plutôt un rake, un beau à cela, qui semble aimer le statut de rock star dont il jouit. Tom Sturridge est aussi très bon en tant que Byron, riche, dissolue et arrogant, et Stephen Dillane mérite des éloges pour son portrait de William Godwin, le père érudit de Mary.

Le scénario, co-écrit par al-Mansour, cherche à se rapprocher des faits historiques, ce qui est toujours une bonne chose. Mais l’histoire, partagée entre la vie de Mary avant et après avoir rencontré Shelley et l’écriture du roman (et les efforts qu’elle a mis pour que Mary en tire profit), perd son chemin quelque part et ne reprend jamais tout son élan.

Le film est toujours bien exécuté mais  deux heures d’une même performance persuasive de Fanning ne suffisent pas en faire plus qu’un drame historique modérément intéressant.


Repères historiques

Mary Shelley n’avait que 18 ans lorsqu’elle a commencé à travailler sur une œuvre littéraire incroyablement originale et complexe sur un scientifique nommé Victor Frankenstein et la créature sans nom qu’il a reconstituée.

Et c’était en 1816! Il y a sûrement de la matière cinématographique riche à extraire de l’histoire d’une adolescente créant une fable légendaire il y a 200 ans.Mais il y a tellement plus….

bff_mary-shelley_supplied

Quand Mary avait 15-16 ans, le poète Percy Shelley (qui était marié et a eu des enfants) a commencé une liaison avec elle. Ils se sont enfuis en emmenant la belle-soeur de Mary, Claire Clairmont.

Claire commença une relation étrange avec Lord Byron. Le Lord Byron. La relation entre Percy et Mary était pour le moins peu conventionnelle et tumultueuse. Et l’histoire familiale de Mary était compliquée, c’est le moins qu’on puisse dire. Et pourtant, pour tous ces ingrédients historiques hédonistes et scandaleux, « Mary Shelley » est un biopic terne, apprivoisé et décevant, qui ne rate presque jamais une occasion de rater une opportunité. Malgré de belles scènes de contemplation et la scène du cauchemar qui est la scène la plus incroyable du film, on est dans l’attente (bravo, surtout quand on a un tas de scène de contemplation, ça veut donc dire que la mission première est réussite).

Nous avons ici des montagnes russes émotionnelles d’une histoire de rock ‘n’ roll du début du 19ème siècle, avec une myriade de parallèles avec les problèmes modernes – et il obtient la pièce PG-13 épurée, primée et correcte. La réalisatrice Haifaa Al-Mansour opte pour une approche statique, sûre et borderline, des décors méticuleusement dessinés et somptueux (mais certes magnifiques) aux voix-off époustouflantes jusqu’aux moments trop scéniques où les personnages lancent des ultimatums et des déclarations de les intentions les uns des autres.

Elle Fanning est une actrice talentueuse et polyvalente qui déambule comme Mary. Fanning, offre un travail compétent, mais ses performances sont trop calculées et manquent souvent de passion et de feu. Nous avons découvert Mary Godwin de Fanning en tant qu’adolescente intelligente et légèrement rebelle, vivant sous le règne sévère de son père célèbre auteur-philosophe, William (Stephen Dillane), et pour toujours avec son horrible belle-mère, Mary Jane (Joanne Froggatt). Mary déteste sa belle-mère, déplaît à son père et dit avoir « tué » sa mère, l’auteure féministe révolutionnaire Mary Wollstonecraft, décédée 11 jours après avoir donné naissance à Mary.

mary_shelley

Donc oui. Marie a des problèmes.

Entrez Percy Shelley (Douglas Booth), un forgeron et paon de mots beau, narcissique, qui séduit sans effort Mary et qui se fraye un chemin dans les bonnes grâces de son père, du moins au début.

Mary, âgée de 15 ans, tombe amoureuse de Percy, âgé de 21 ans, qui a commodément omis les détails de sa femme et de ses enfants pendant leur «cour».

(Mary apprend la tromperie de Percy quand sa femme la confronte dans la rue, présente Mary à sa jeune fille et dit: « Manifestement, vous êtes étrangère au scandale, Mlle Godwin. Saviez-vous que je me suis enfuie avec Percy quand j’étais petite? « La réaction de Mary est froide et indifférente.)

Percy est aussi amoureux de lui-même et de ses grandes idées sur les relations ouvertes et l’amour libre. (Quand Mary dit à Percy que son ami a essayé de la forcer, et elle lui dit qu’elle a résisté, il exprime sa déception dans sa réaction « conventionnelle » à l’attaque et la réprouve de ne pas être ouverte aux avances des autres hommes.)

Avec leurs coiffures épaisses et lustrées et leur maquillage dramatique et leurs garde-robes flamboyantes et soigneusement coordonnées, Byron de Douglas Booth et Percy et Tom Sturridge se pavanent et se vantent de leurs conquêtes.

« Mary Shelley » prend un essor dramatique quand Mary s’inspire de certaines expériences de la vie pour écrire « Frankenstein: ou, le Prométhée Moderne », mais se heurte au scepticisme des éditeurs qui doutaient d’être le véritable auteur de la matière. La première édition a été publiée anonymement – mais la préface a été écrite par Percy, renforçant encore la conviction que Percy était la véritable force créatrice derrière le roman. Il faudra attendre la fin du film pour que Percy reconnaisse le mal qu’il a commis aux femmes et surtout à Mary et qu’il reconnaisse publiquement qu’elle est l’auteure du roman.


Une vie mouvementée et courte

Lisez les biographies de Mary Shelley et rencontrez une femme dont les années relativement courtes ont englobé de grandes réalisations littéraires, une romance passionnée, un esprit aventureux et une tragédie déchirante. Le film ne prend que les grandes lignes mais a le mérite d’exister malgré tout.

Il ne fait aucun doute que la vie de Mary Shelley était cinématique (comme un théâtre). Alors qu’elle était encore adolescente, elle a commencé à écrire le classique d’horreur « Frankenstein », un livre conçu sur l’une des nuits les plus sombres et les plus célèbres de la littérature, dans la villa louée de Lord Byron, près du lac Léman. Il a été publié deux ans plus tard, en 1818, sans que son nom y soit inscrit – les femmes, croyait-on alors, n’écrivaient pas ces livres ou ne les publiaient pas. Lisez les biographies de Mary – Je recommande les « Romantic Outlaws » de Charlotte Gordon ou le nouveau « In Search of Mary Shelley » de Fiona Sampson – et rencontrez une femme dont les années relativement courtes comprenaient de grandes réalisations littéraires, une

Mais regardez le nouveau film « Mary Shelley », vous n’obtiendrez rien de tout cela. Bien que beau et bien joué, le film réduit les réalisations de Mary Shelley; il est presque fini au moment où « Frankenstein » est écrit, avec peu d’attention accordée à l’étincelle créative de son auteur. Au lieu de cela, nous la regardons plier le linge et regarder fixement le poète Percy Bysshe Shelley (Douglas Booth, portant la dernière gommina du XIXe siècle), avec qui elle s’enfuit rapidement. On pourrait penser qu’il serait électrique de voir l’histoire d’amour entre ces deux esprits brillants, compliquée par la présence de la demi-soeur de Mary (Bel Powley) et, éventuellement, de l’ultra-louche Lord Byron (Tom Sturridge, transmettant bien le sens d’un la gueule de bois perpétuelle, pas tout à fait poétique); vous auriez tort. Le film semble souvent plus intéressé par ce qui se passe autour de Marie que par Mary elle-même. On veut montrer la noirceur ambiance qui la ronge, la menant à écrire son oeuvre, en oubliant qu’elle a écrit beaucoup d’autres choses.

Publicités

3 réflexions sur « Mary Shelley mère du fantastique (Dossier) »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s