Archives du mot-clé film

The Souvenir

Une étudiante timide en cinéma commence à trouver sa voix d’artiste tout en naviguant dans une cour turbulente avec un homme charismatique mais indigne de confiance. Elle défie sa mère protectrice et ses amis inquiets alors qu’elle s’enfonce de plus en plus profondément dans une relation intense et émotionnellement tendue qui risque dangereusement de détruire ses rêves. Lire la suite The Souvenir

Publicités

La communication impossible dans les films de Jean Luc Godard

Le film «À bout de souffle» illustre parfaitement ce communication difficile, où l’homme demande à une femme si elle l’aime et elle répond pas maintenant. Comme une opposition au «Mépris» où c’est la femme qui demande à l’homme si il l’aime.

«Souris-moi, tu es lâche dommage» 

Godard illustre dans beaucoup de ces films les soucis de la communication, dans «Pierrot le fou» ce manque de compatibilité étouffe le héros qui meurt tragiquement. Ces personnages du quotidien tentent de vivre ensemble, mais jamais rien ne fonctionne. Le film «A bout de souffle» illustre le temps qui passe et l’incompréhension du désir de l’autre. Fonctionnant sur une iconographie et une époque, Jean Luc Godard filme le réel et livre une vérité où chacun par son intention va donner du sens. Les corps des acteurs et actrices deviennent des écrans où se projettent les pulsions et inquiétudes des spectateurs.

Green book

Un candidat potentiel aux Oscars à une époque où les questions d’interaction raciale occupent une place de choix dans le fil d’actualité quotidienne, Green Book est un film étrange structuré composé d’un duo improbable qui mène progressivement l’un et l’autre à une prise de conscience de la réalité sociale. Bien que limité dans sa représentation graphique par le classement familial PG-13, le film insuffle une atmosphère comique à une observation autrement tendue des préjugés et de l’injustice dans le Grand Sud des années 1960. Lire la suite Green book

Capharnaüm : Dans le chaos des villes

La représentation de l’extrême pauvreté au cinéma est un défis à double tranchant autour de l’éthique. Comment les cinéastes peuvent-ils atteindre et conserver un ton respectueusment réaliste et émotionnel sans se laisser aller au pathos ou à la condescendance envers leurs sujets moins fortunés qu’eux? La cinéaste libanaise Nadine Labaki («Caramel», «Où allons-nous maintenant?») Marche avec succès sur la corde raide avec son récit sobre dans «Capernaum», co-écrit par Labaki, Jihad Hojeily et Michelle Keserwany. Lire la suite Capharnaüm : Dans le chaos des villes