Come As You Are / The miseducation of cameron post


Cameron Post (Chloë Grace Moretz) a l’air d’une fille de lycée parfaite. Mais après avoir été surprise avec une autre fille sur la banquette arrière de la voiture de son petit ami, Cameron est rapidement envoyée dans un centre de traitement de conversion qui traite les adolescents «qui souffrent d’attraction de même sexe». À l’établissement, Cameron est soumise à une discipline extravagante, à des méthodes de « dé-gaying » douteuses et à des chansons rock chrétiennes, mais ce cadre inhabituel lui fait découvrir une communauté gay improbable. Pour la première fois, Cameron se connecte avec ses pairs et elle est capable de trouver sa place parmi les exclus.

Cameron Poe, une délicieuse intimité

Cameron Pope (Chloë Grace Moretz) est naturellement mortifiée. Néanmoins, elle est quelque peu surprise quand ses tuteurs conservateurs et religieux l’exclue du domicile pour qu’elle soit «disciple» dans un camp de conversion gay dirigé par une église et qu’elle soit guérie de ses relations sexuelles entre personnes de même sexe. Désireux au moins de donner au révérend Rick (John Gallagher Jr.) et à la directrice du camp, Lydia Marsh (Jennifer Ehle), le bénéfice du doute de savoir ce qu’ils font, Cameron réalise rapidement ces supposées procédures thérapeutiques basées sur la foi. Elle se lie d’amitié avec ses camarades disciples Jane (Sasha Lane) et Adam (Forrest Goodluck). Elle estime que la seule ligne de conduite consiste à rester fidèle à ses convictions et à ne pas céder aux abus psychologiques, intentionnels ou non, est en train de lui infliger, à elle et aux autres enfants qui y résident, plus d’informations sur ce qu’elle veut de la vie dans son ensemble.

screen-shot-2016-07-21-at-4-11-52-pm
SASHA LANE

La pédagogie de Cameron Pope est sensationnelle. Inspiré du roman d’Emily M. Danforth, l’écrivain / metteur en scène Desiree Akhavan (Comportement approprié) et la co-scénariste Cecilia Frugiuele ont composé une histoire sur le passage à l’âge adulte, empathique et compatissante, tout en évitant les ténèbres sous-jacentes. cette collection d’adolescents homosexuels, lesbiennes et homosexuels est obligée de faire face à la situation. Pourtant, il y a une profondeur merveilleuse, une couche sous-jacente de bienveillance qui imprègne cette histoire jusqu’au fond, la réalisatrice Akhavan donnant vie à tout avec une grâce sans effort qui ne se sent jamais lourde ou didactique.

Le récit démarre en en 1993, mais cette histoire pourrait tout aussi bien se passer maintenant. Les parallèles sont tellement évidents qu’ils n’ont guère besoin d’être exposés à voix haute. Mais Akhavan refuse de reproduire ces similitudes, préférant se concentrer sur Cameron et son parcours. C’est elle qui doit déterminer ce qu’elle veut, ce qui doit déterminer le chemin qu’elle va emprunter et ce qu’elle préfère éviter. Cameron est une adolescente aux prises avec des problèmes d’adolescence et tous les bagages qui vont avec, et qui est en train de s’attaquer au fait qu’elle est attirée par les filles plutôt que par les garçons et qu’une bande d’adultes inconscients ressentent le besoin de changer cela à son sujet.

Moretz n’a jamais été meilleure, l’actrice de Let Me In et Kick-Ass livrant un jeu magnifiquement sobre rempli de nuances d’observation. Cameron semble toujours traiter les choses, comme elle croit les percevoir. Elle laisse le bénéfice du doute aux adultes ainsi qu’à ses tuteurs, qui ont choisi de la faire soigné pour son intérêt. Moretz commence à présenter les fissures dans cette façade lentement et avec une gravitation délibérée, mais en même temps ne perd pas le comportement qui lui a permis d’acquérir une honnêteté sans faille. Elle se soucie de tous ceux avec qui elle entre en contact, même ceux qui ne finissent pas par avoir ses meilleurs intérêts à cœur, l’actrice faisant tout cela avec un minimum de mouvements corporels et seulement la plus subtile des expressions faciales.

chloe-grace-moretz-au-festival-de-deauville

Il n’y a rien de plus évident que la scène à couper le souffle entre Moretz et Gallagher qui a lieu dans le dortoir de Cameron, peu après une terrible tragédie, secoue le camp. Rick essaie d’expliquer à ses jeunes responsables ce qu’ils ressentent, l’importance de traiter leurs émotions ensemble et de ne pas succomber à la tentation. Mais la réalité est qu’il a du mal à traiter ce qui s’est passé tout autant que quiconque, et alors qu’elle est assise là à le regarder, la vérité de ce qui se passe frappe Cameron avec une surprise horrifiée, même si elle n’est pas implacable. Moretz et Gallagher sont en parfaite synchronisation, chacun jouant bien l’autre. Le plus significatif est que, aussi bouleversant que puisse être cette prise de conscience, Cameron prend toujours le temps de montrer à Rick une forme de compassion tendre qu’aucun des adultes, malgré toutes les proclamations de leur intérêt pour lui a montré. C’est à couper le souffle, cette scène est le genre de moment où je vais méditer pour le reste de l’année.

Alors que le tableau d’ensemble est toujours important, le fait qu’Akhavan et Frugiuele passent tant de temps à s’attarder aux machinations plus silencieuses et plus internes du fonctionnement interne de leur histoire explique pourquoi il a un impact émotionnel gigantesque. Regarder Moretz, Lane et Goodluck en train de discuter de rien, même si tout ce qui est important est dit, est le point essentiel sur lequel repose une grande partie du drame de ce film. Tout cela rappelle la réaction immédiate à la première adaptation de son propre roman The Perks of Being a Wallflower, réalisée par Stephen Chbosky en 2012, et il est prudent de dire que les efforts d’Akhavan auront probablement le même impact durable que l’on a prouvé avoir.

Il y a un moment où il est possible d’en dire trop. La simple vérité est qu’il y a beaucoup de choses à l’intérieur de ce film, tant qu’au départ, sa capacité à s’attaquer aux préjugés et convictions thématiques variées avec un tel élan si maladroit. Bien que des modifications aient été apportées à la prose originale de Danforth, le cœur de l’histoire est tout aussi puissant et authentique que dans le livre source. Akhavan a livré l’un des meilleurs films de l’été 2018, et on soupçonne sournoisement qu’il s’agit d’un drame adolescent dont on ne peut que  parler de façon poétique pendant de nombreuses années.

Publicités

Une réflexion sur « Come As You Are / The miseducation of cameron post »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s