[ZOOM SUR] Ozon à Cannes


Les longs métrages d’Ozon dénotent une grande cinéphilie et procèdent par citations visuelles, de Jean-Luc Godard à Claude Chabrol, en passant par François Truffaut, Alain Resnais, Douglas Sirk, Luchino Visconti, Joseph L. Mankiewicz, Billy Wilder, Pedro Almodóvar ou encore Rainer Werner Fassbinder dont il adapte une pièce avec Gouttes d’eau sur pierres brûlantes.

Il tourne un film par an en moyenne et aime explorer divers genres qu’il confond parfois : drame intimiste, mélodrame, film fantastique, comédie, film policier, comédie musicale, film noir, thriller ou film à costume. Ses scénarios s’attachent à relater le voyage intérieur de ses protagonistes, majoritairement féminins, qui se trouvent confrontés à la difficulté d’affirmer leurs désirs dans une société normative ou violente. Dans sa manière de filmer, Ozon alterne entre réalisme et artificialité revendiquée. Il a souvent recours à une forme de stylisation extrême (décors, costumes, filmage, musique) pour faire émerger une vérité cachée sur ses personnages et jouer sur la confusion du vrai et du faux.

CANNES 2017

L’Amant double est un exercice de style qui, à Cannes, risque de provoquer des remous… Chloé (Marine Vacth), en détresse, rencontre un psychanalyste (Jérémie Renier), qu’elle drague et qu’elle épouse. Elle s’aperçoit, peu à peu, que son mari a un frère jumeau, psy lui aussi, qu’elle rencontre… Dualité, géméllité. Hitchcock. Et Fritz Lang pour Un secret derrière la porte

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s