Les chemins de la liberté


En 1940, une petite troupe de prisonniers décide de s’évader d’un camp de travail sibérien.

Pour ces hommes venus de tous les horizons, s’échapper de cet enfer ne sera que le début de l’aventure…

Ensemble, ils vont parcourir plus de 10 000 kilomètres, à travers la toundra sibérienne glacée, traversant les plaines de Mongolie, les fournaises du désert de Gobi puis les sommets de l’Himalaya pour franchir la Grande Muraille de Chine.

Certains s’arrêteront en chemin, d’autres ne survivront pas aux épreuves. L’Inde – alors sous contrôle anglais – est le but ultime.


Mais la route est longue, les rencontres risquées, les conditions physiques épouvantables, et chacun a ses secrets…

Ce film est terrifiant et pourtant si vrai, ce qui le rend encore plus terrifiant.

Si Peter Weir dépeint l’aventure humaine avec autant de poigne, cette épopée de la survie, est raconté avec finesse ; chaque seconde est insupportable, notre cœur palpite de frayeur… le réalisateur mène la barque d’une tel façon que les tempéraments de tout en chacun glissent au fil des épisodes (froid, tempêtes, faim, loups, essaims de moustiques, pieds en sang).

Lorsque le monde semble s’acharner sur des êtres que rien ne semblait rapprocher une certaine compassion s’immisce entre ces hommes, que seule l’envie de liberté éclaire leur songe. Dans la cruauté de la guerre, un lien plus fort que celui du sang semble naitre entre ces compagnons de misère.

Pourquoi survivre?

On se pose tout au long du film, la question du pourquoi, pourquoi certains résistent, et pourquoi certains succombent ? Quelle est cette force qui fait vivre certains, si vivre est  » une punition », et mourir serait « une libération » ? Ceux qui survivent tirent une force indestructible face à tout épuisement, cette envie d’exprimer leur mécontentement, leur opinion, leur rage de vivre. Plus puissant qu’une balle, lorsque le désir de vivre est plus fort que la peur de mourir.


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s