ANDREA RAVO MATTONI, l’art en héritage



Il reproduit  des œuvres classiques de la Renaissance sur des murs et des surfaces de plus de 10 mètres.
Formé aux arts de la rue seul, il va ensuite se former aux Beaux-Arts, la France lui ouvre les bras avec l’Atelier de l’Etoile où il réalisera plusieurs commande pour la ville


L’Art est un héritage, fils d’une famille d’artistes, il enseigne désormais son savoir-faire. Pour lui le street art permet de faire de l’éphémère mais crée également une sorte de musée en plein air.Le paradoxe de la démarche c’est que bien souvent le Street Art se trouve dans des lieux temporaires, des murs qu’on va recouvrir très rapidement. Sa notoriété lui permet à présent d’être dans le temps, il peut offrir ce partage de manière plus large.

«Quand nous allons dans un grand musée, comme Le Louvre, nous devons faire la queue, les tableaux sont souvent petits. Ce ne sont pas les meilleures conditions pour admirer une oeuvre d’art. Avec mon projet, je peux faire découvrir et redécouvrir une peinture, en donnant au spectateur tout le temps de l’admirer».

Plus d’infos loiremag.com

Photographie Ferdinand Feys et Ittmust

Tu es libre de ne pas commenter!

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.