L’infirmière | A girl Missing : Critique sociologique du pouvoir des médias


Ichiko est une infirmière à domicile privée qui a travaillé pour la matriarche aînée des Oishos pendant des années et les considère comme sa propre famille. La vie tranquille et routinière d’Ichiko est brisée lorsqu’un jeune membre du clan Oishos est kidnappé. Lorsqu’il est révélé que le ravisseur n’est autre que le neveu d’Ichiko, sa vie commence à se déchirer. Un thriller moderne dans un Japon aux antipodes de l’image d’Epinal.

Suite de Koji Fukada à HARMONIUM acclamé par la critique, L’infirmière | A GIRL MISSING «est un drame à combustion lente satisfaisant raconté de manière experte» selon Screen Daily.

Quand le besoin d’un coupable vient détruire tout sur son passage

Alors qu’une fille, une adolescente, disparaît, elle réapparaît une semaine plus tard. Physiquement indemne, les médias commencent à la soupçonner d’avoir été violée, et de le cacher. Face à elle, un ravisseur muet qui garde le silence.

Malgré un mental troublé et une vie de famille éclatée, le poison va progressivement dévorer chacun des membres de la maisonnée. Le ravisseur de l’enlèvement n’est autre que Tatsuo (Sudo Ren), le neveu introverti de Ichiko Shirakawa (Tsutsui Mariko). Cette infirmière modèle offre sa vie à ses patients et son temps libre à des élèves qui tentent les concours d’études supérieures.

0346345

Dans un instinct de sincérité pour ses employeurs, elle veut révéler son lien avec le ravisseur, mais l’une des deux filles de la famille insiste pour qu’elle garde le silence afin de préserver son emploi.

Toujours en demi teinte et en demi-mesure, on constate assez rapidement la performance de l’actrice, qui va jouer sur plusieurs niveaux émotionnels : elle est toujours dans le self control et ne laisse rien paraître. Le spectateur est toujours dans le doute et ne sait point si elle est sérieuse, troublée ou si elle cherche à mener la danse.

Les médias ont un pouvoir, celui de décider de la vérité

Moins un drame à suspense ou un thriller mystérieux, L’infirmière se déroule comme une étude de personnage oblique et elliptique, une exploration complexe et souvent contradictoire des conséquences dévastatrices de la relation d’Ichiko avec Tatsuo, la famille de la jeune fille kidnappée et la décision apparemment isolée d’Ichiko de garder sa connexion à Tatsuo un secret de la famille de la fille kidnappée ou de tout le monde autour d’elle.

Les médias ont ce pouvoir de décider qui est coupable et qui ne l’est pas. Même si vous êtes innocents, si les tabloïdes veulent votre tête, elles l’auront. En quelques minutes la vie d’une personne respectable peut devenir un terrain miné et personne ne peut survivre à ça! Même un docteur dévoué, qui dit accepter tout par amour et devoir, en vient à rompre ses fiançailles. La vie des gens n’a plus aucune importance, seul le scandale et le scoop ont la priorité dans ce système. Sous le courroux médiatique, si l’on veut survivre, il faut apprendre à disparaitre et devenir une ombre. En devenant une ombre nous nous déconstruisons.

Ce film parle de la dé-construction de soi et de la vengeance. Lorsque nous rencontrons Ichiko pour la première fois, cependant, elle vit sous un nom d’emprunt, Uchida Risa, flirtant maladroitement avec son coiffeur, Yoneda Kazumichi (Ikematsu Sosuke), et vivant dans un appartement isolé dépourvu de meubles. Elle est devenue voyeuse, regardant par la fenêtre Kazumichi et sa petite amie, Motoko (Ichikawa Mikako), la sœur aînée de la fille kidnappée et une amie ou une connaissance d’Ichiko de son ancienne vie, brusquement annulée.

Fukada cadre Ichiko principalement en plan moyen, gardant une distance respectueuse, bien que curieuse, d’Ichiko et des indices d’une vie intérieure troublée qui l’a amenée à changer d’identité et à devenir très probablement une harceleuse vengeresse. Mais Fukada introduit des attentes – comme la traque d’Ichiko ou un incident troublant où elle quitte son appartement à quatre pattes en aboyant comme un chien sauvage – pour les subvertir immédiatement, embrassant un niveau d’ambiguïté et d’obscurcissement délibéré susceptible de laisser le public insatisfait, voire carrément perplexe. par les décisions non conventionnelles de Fukada en tant que cinéaste.

Un film entre deux vies et deux époques

L’infirmière oscille entre deux périodes différentes, les événements menant immédiatement au kidnapping et la nouvelle vie instable d’Ichiko deux ans plus tard. Avant l’enlèvement, Ichiko semble trouver un épanouissement dans son travail d’infirmière de soins à domicile auprès d’un artiste local malade, Tôko Oishi (Ohkata Hisako), et dans le mentorat de la sœur cadette de Motoko et Motoko (et future victime d’enlèvement), Saki (Ogawa Miyu) .

Respectée au travail et engagée envers le Dr Totsuka (Fukikoshi Mitsuru), la vie professionnelle et personnelle entrelacée d’Ichiko lui donne une certaine stabilité. Après le kidnapping, la vie d’Ichiko commence à se désagréger, d’abord parce que, suivant les conseils de Motoko, elle ne révèle pas sa relation avec Motoko et la mère de Saki, plus tard lorsque Motoko, abritant un béguin obsessionnel limite pour Ichiko, révèle une histoire qu’Ichiko a partagée lors d’une visite de jour. au zoo local. Une fois que les tabloïds locaux ont découvert les liens d’Ichiko avec le kidnappeur et la victime, le futur qu’Ichiko envisagé pour elle-même devient une quasi-impossibilité.

L’Ichiko/Risa que nous rencontrons plus tard dans le film semble obsédée par la vengeance, même si le plan maladroit qu’elle a évoqué au cours des deux dernières années semble vague et mal formé, dépendant de se faire plaisir avec le petit ami de Motoko et de ruiner une relation déjà fragile.

Fukada comprend facilement les effets de déformation ou de destruction de la personnalité inhérents à la recherche de vengeance pour des torts réels ou perçus, mais il s’intéresse moins aux mécanismes narratifs ou à la violence cathartique généralement associés aux thrillers ou aux drames de vengeance qu’aux effets délétères sur le caractère et la personnalité ou le révélation de la personnalité refoulée d’un personnage. Avec des restrictions sociales et des normes invisibles définissant qui et ce qu’Ichiko peut ou devrait être, une fois qu’elle viole ces restrictions et normes, elle est également libre (ou plus libre) de suivre un cours plus étroitement aligné sur des désirs longtemps supprimés.

Le fait qu’Ichiko manque à plusieurs reprises les indices sous-jacents au comportement erratique de Motoko (c’est-à-dire son désir tacite pour Ichiko) en dit autant sur Ichiko et une ignorance ou cécité volontaire conforme à la société que sur Motoko et un environnement répressif qui ne permet pas à Motoko de pleinement embrasser son identité sexuelle. Au moins à ce niveau, L’infirmière sert de critique sociale et de critique plus personnalisée d’un certain type de personnalité (Ichiko) qui embrasse les normes sociales plus par commodité et confort que par leur justesse ou leur justesse.

Fukada, cependant, préfère laisser le public trouver son chemin vers cette conclusion – si cette conclusion était, en fait, voulue – plutôt que de l’expliquer pour eux. S’appuyer sur une approche interstitielle et atténuée de la narration, avec tous les plaisirs et frustrations que cela implique, permet à Fukada de se donner ce dont Ichiko a tranquillement, désespérément besoin: la liberté de s’exprimer.

0282385

 

Titre Japonais よこがお
Titre en transcription phonétique Yokogao
Traduction littérale Side Profile
Réalisation Kōji Fukada
Produit par
  • Kazumasa Yonemitsu
  • Naohiko Ninomiya
  • Daisuke Futagi
  • Hirohisa Mukuju
Ecrit par Kōji Fukada
Acteur principal Mariko TsutsuiMikako Ichikawa |
Sōsuke Ikematsu
Musique Hiroyuki Onogawa
Photographie et Images de Kenichi Negishi
Montage
  • Kōji Fukada
  • Julia Gregory
Production
companies
Distribution Kadokawa (Japon), Art House Films (France)
Date de sortie
  • 26 July 2019 (Japan)
Durée
111 minutes
Pays d’origine
  • Japan
  • France
Langue Japanese

3 réflexions sur “L’infirmière | A girl Missing : Critique sociologique du pouvoir des médias

Tu es libre de ne pas commenter!

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.