Gus Englehorn


Ce clip s’inspire de l’esthétique des films du Golden Age et présente une danse performative, sur le toit d’un immeuble ensoleillé, représentant le soulagement que le protagoniste ressent lorsqu’il quitte enfin son corps duquel il se sentait prisonnier.

Gus Englehorn, un auteur-compositeur-interprète alaskain qui habite maintenant au Québec. Sa musique est le reflet d’un rock d’autre fois, un rock qui colle encore parfaitement à l’actualité et également au passé.
Un passé noble, un passé composé des films de Jean Cocteau, des livres de Shirley Jackson.
Le sujet corps prison est parfois récurrent et rappelle l’imagerie de nombreux films comme Erazer head ou encore l’imagerie surréaliste très inspiré des maux silencieux  de son jeune frère autiste. Ses histoires sont ensuite mises à travers un filtre indie rock.
Extrait du premier album Death & Transfiguration

Tu es libre de ne pas commenter!

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.