Flocons d’amour (Let It Snow) de Luke Snellin


Ce film de Noël, avec l’actrice Kiernan Shipka (Chilling Adventures of Sabrina, Netflix) est un bon divertissement. Il se différencie un peu des habituels téléfilms de Noël.

L’histoire

Quand une tempête de neige frappe une petite ville du Midwest à la veille de Noël, un groupe de lycéens trouvent leurs amitiés et leurs vies amoureuses en collision grâce à une pop star échouée, un baril volé, une équipe de danseurs compétitifs, une mystérieuse femme recouverte de papier d’aluminium, et une fête épique à la ville locale de Waffle. Mais au matin de Noël, rien ne sera plus pareil.

Un téléfilm choral efficace

Que cherchons-nous exactement dans toutes ces comédies romantiques de noël ou se déroulant sur cette période? (Cela inclut « Last Christmas« , une autre rom-com avec Emilia Clarke et Henry Golding, qui est actuellement à l’affiche et qui reçoit pas mal de superbes critiques…). De par son apparence, nous voulons que les personnages trouvent de la chaleur dans une autre personne ou à travers la réalisation d’un but. Les personnages sont souvent stéréotypés et ne sortent que très rarement de leur fonction: Nous avons un homme, une femme ou un groupe d’individus qui vont vivre un moment de changement dans leur vie, grâce à la magie de noël…

Adapté du livre de John Green, Maureen Johnson et Lauren Myracle, Let It Snow du réalisateur Luke Snellin suit un groupe de lycéens un soir enneigé de Noël. Chacun avec un vide à combler ou une vulnérabilité à corriger va chercher à répondre à un besoin de changement ou d’affirmation de soi. Ils sont comme des versions juniors de prototypes rom-com, comme Julie introvertie (Isabela Moner de « Dora et la cité perdue d’or ») qui traîne avec une célèbre pop star secrètement solitaire nommée Stewart (Shameik Moore de Spider- Man: Into the Spider-Verse), et minimise ce que d’autres considéreraient comme une journée fantastique avec lui. À travers la ville, le névrosé Tobin (Mitchell Hope of « Descendants ») veut dire quelque chose à son amie d’enfance portant un t-shirt Sonic Youth et qu’il a surnommé The Duke (Kiernan Shipka, de « Chilling Adventures of Sabrina »), mais il est tout simplement trop timide pour le faire. Ensuite, il y a la frustrée Addie (Odeya Rush de «Lady Bird», qui pour une fois va changer de registre), qui est tellement attirée par l’attention de son petit ami minable qu’elle repousse son amie Dorrie (Liv Hewson de «Santa Clarita Diet»), qui a ses propres problèmes, elle est plus ou moins repoussée par une fille qui n’est pas sortie encore du placard.

tout-ce-qu39il-faut-savoir-sur-let-it-snow-le-prochain-film-vert-de-john-green-avec-le-film-netflix-avec-kiernan-shipka

Des personnages semblable à des flocons de neiges: Ils vont dans tous les sens.

Vous pouvez deviner où mènent toutes ces histoires? Sur un fond existentiel et une fête qui se prépare, le film ne se résume pas uniquement à ce dénouement, la fête de Waffle House, arrangée par le DJ amateur du coins interprété par Jacob Batalon de Spider-Man: Homecoming. Non la destination finale de ce film est le dénouement de chacune des transitions des personnages de ce film choral, avec autant de personnages l’intrigue jongle d’intrigues en intrigues avec des personnages qui vont dans tous les sens tels des flocons de neige «Let It Snow». Et ces jeunes ados  se sentent toujours en mouvement, mais craignent d’aller dans le mauvais sens.

Des personnages réduits au charisme de leurs acteurs (attention spoiler)

Il n’a aucun rythmes qui puisse aider les personnages à trouver leur marque, en réalité, les personnages se perdent dans le charisme de leurs acteurs respectifs, et la comédie découle d’une narration automatique.

Le plus grand dispositif scénaristique est surement  le vol d’un baril de bière qui est traité comme une dinde de Noël sacrée, même si tout le monde est mineur chacun va boire de l’alcool et sans s’en priver…

Le casting de stars de « Let It Snow« , mal desservi, est au moins suffisamment frappant pour vous distraire du fait que ces personnages ont peu de personnalité en dehors des défauts qu’ils doivent corriger. Le plus loin que ce scénario va leur donner de la couleur est dans les choix musicaux, ce qui conduit soit aux gouttes d’aiguille accrocheuses qui les entourent (Slow Club, BØRNS et autres groupes), soit à des scènes dans lesquelles ils chante et danse. Duke et Tobin ont un duo impromptu d’orgue d’église du « The Whole of the Moon » des Waterboys, et bien que cette scène puisse briser la tension entre eux – cela rend leurs sentiments si frustrants et évidents – c’est probablement le meilleur exemple de la dissipation du film. gentillesse.

Dans sa forme ce film est prévisible, nous savons exactement ce qui va se passer, une happy end ne peut pas ne pas être. Ce sont des romances avant tout et selon la définition une romance se termine bien (enfin…). Les Rom-Com de Noël fonctionne avec des audiences très faibles, mais font parties des traditions, de nombreux acteurs jouent le jeu comme Dean Cain qui depuis quelques années a été très présent dans ce genre de téléfilms/films. Let It Snow ne peut même pas faire les choses correctement, nous sommes dans un scénario où noël est surtout vu comme un bal de promo de fin d’année, le plus important ici c’est de résoudre ses soucis personnels et aller à la soirée du DJ…

Est-ce un mal ou un bien? Le côté noël n’est  pas trop édulcoré, il est quasi absent, et ce n’est pas plus mal. Il est vrai qu’à un certains moment de nos vies, noël perd un peu de sa magie, ce n’est plus qu’une date dans l’année. En effet la transition à l’âge adulte provoque un certains rejet des traditions et nous voulons en général passer noël avec nos amis ou notre copin(e).
Ainsi, ce film permet de nous plonger dans le quotidien de plusieurs personnages, qui vivent tous un changement dans leur vie. Certains veulent avancer dans leur amitié, tandis que d’autres doivent apprendre à faire des sacrifices ou à penser pour eux-mêmes.

Let It Snow

Un format de 90 min non adapté à ce casting

Le défi auquel est confronté un film de Noël comme Let It Snow avec une distribution d’ensemble découle de la nécessité d’attacher un groupe de personnages à un public dans un délai de 90 minutes. Cette dynamique diffère de celle de sa source, un roman avec beaucoup plus de possibilités de donner corps aux personnalités dont le public est censé se soucier. Heureusement, le film est à la hauteur, livrant un récit de vacances satisfaisant.

Durant tout la durée du film, on ressent un manque, un manque de développement, car ce film représente une infime minute du potentiel de chaque personnage. Le scénario aurait été parfait pour un épisode spécial noël d’une série: ce film représente une tranche de vie narrative qui était sans aucun doute mieux étoffée sur papier, mais qui s’auto-suffit dans une série déjà bien établie. Les thèmes résonneront sans aucun doute auprès des publics du secondaire, qui ne sont pas toujours bien représentés dans les récits de Noël.

De nombreux films chorals traitent des sujets des vacances ou des retrouvailles et  il est très difficile d’avoir une dynamique équilibrée étant donné que le public ne passera probablement que 90 minutes avec ces personnages. Même si c’est le cas pour beaucoup de films, le cas des film chorals est très difficile, car souvent le spectateur se perd dans l’accumulation d’histoires et le passage d’une histoire à une autre…, mais la plupart des récits réussis parviennent à s’en sortir! Pourtant les personnages de Let It Snow pourraient probablement se prolonger dans une série, même si nous ne la verrons probablement pas, et ainsi résoudre cette frustration et ce problème d’accumulation d’histoires sans résolution.

Le schéma des films de noël

Si le cinéma nous a appris quoi que ce soit, c’est que les vacances sont un moment décisif pour toutes sortes d’amour. La saison des films romantiques et de noël commencent au le lendemain d’Halloween (ou plus tôt, selon la chaine ou le service de streaming que vous utilisez). A partir de ce moment Novembre devient le début des téléfilms et films de Noël surtout sur TF1 et sur Netflix dès mi novembre c’est le début des programmes à gogo… Même Disney va proposer une programmation spéciale noël sur plusieurs chaines.

Parce que ce n’est ni une mini-série ni un roman, Let It Snow n’a pas à diviser ses histoires en petits paquets soignés, et n’a donc pas à se limiter à ces trois principaux. Ils s’entrelacent et se chevauchent avec la facilité, ajoutant de la profondeur à la relation de Julie (Merced) avec sa mère, le désir de Keun (Jacob Batalon) de lancer une bonne rageuse à l’ancienne, et même un peu de temps pour le délicieux D’Arcy Carden apparaître comme attachée presse-agent de Stuart (Moore).

Bizarrement, la prémisse titulaire – une horrible tempête de neige, la pire depuis 50 ans – dans beaucoup de films de Noël, il y a de la neige et cette neige est la cause d’un début de huis-clos entre des personnages qui n’ont rien à faire ensemble du point de vue de la société, mais qui finissent par trouver en eux des choses qui font échos. Une tempête de neige étrange, nous obtenons une généreuse couche de neige sur chaque extérieur, mais surtout un ciel ensoleillé et des chutes occasionnelles. Personne n’est coincé, enfin personne n’est vraiment coincé comme dans l’épisode de la tempête de How I Met Your Mother, oui, nous ne somme pas dans un snowpocalypse, mais dans un prétexte scénaristique qui va vite se faire oublier.

Peut-être que c’est ce manque d’urgence, ou le temps d’exécution tronqué – Let It Snow a beaucoup de charme, mais pas suffisamment d’espace pour  susciter un énorme investissement émotionnel, comme avec To All the Boys I Loved Before de Netflix. Mais c’est normal de ne pas adhérer à  toutes ces histoires d’amour. Quelque chose, quelque part dans ce jubilé à l’écran vous tiraillera le cœur. L’histoire de Julie et Stuart est surement celle qui aura le plus de  temps d’écran, et les jeunes stars sont bien adaptées à la fois à la chimie et au talent. L’amitié d’Addie (Rush) avec Dorrie (Hewsom) occupe le devant de la scène dans sa relation difficile avec Jeb (Mason Gooding), et nous rappelle que l’amour romantique n’est pas le seul genre à valoir.

Et Let It Snow comprend réellement le temps de Noël d’une manière différente de certains autres films tel que Love Actuallyqui lui échoue chaque année. Oui, nos rom-cons/roman-cons de cette période de l’année usent un peu trop des clichés et on finit par ne plus savourer leurs histoires. Et dans notre vie on finit par espérer  que la neige et la fin d’année changeront notre vie – mais nous ressentons cet espoir irrépressible parce que « ce n’est pas seulement la veille de Noël, c’est la veille de tout, du reste de ta vie. »

Malgré tous ces défauts ce film choral reste l’un de nos coups de coeur 2019 en matière de films de noël.

v1 (1)

Let It Snow est maintenant en streaming sur Netflix.

Avec Isabela Merced, Shameik Moore (Spider-Man: Into the Spider-Verse), Odeya Rush (Lady Bird), Liv Hewson (Santa Clarita Diet), Mitchell Hope (Descendants), Kiernan Shipka (The Chilling Adventures of Sabrina), Jacob Batalon (Spider-Man: Far from Home), and Joan Cusack (Shameless)


A lire chez nos amis : Mony |polygon |


Nous reprenons le notre système de notation, car beaucoup de personnes y sont attachés.

Note globale: 5/10
Jeu des acteurs 4/5
Casting 5/5
Choix de l’intrigue 5/5
Réalisation 4/5
Scénario 3/5
Esthétique 4/5
Musique 5/5
Favorable à suite 4/5

Tu es libre de ne pas commenter!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.