Qu’apporte la saison 2 de The End Of the F*** world?


Cette saison clôture la précédente mais ne développe pas de nouvelles péripéties à l’histoire. Nous continuons simplement les choses là elles ont été abandonnées, cependant cette saison apporte de la douceur et de la tendresse dans le récit sombre de cette série britannique.La série s’inscrit dans la lignée de Skins qui décrit la jeunesse britannique, une jeunesse en pleine révolte et anti-système. Il y a beaucoup d’éléments qui donnent à penser que la prochaine saison sera beaucoup plus puissante si nous continuons sur cette lancée. Seule ombre au tableau, c’est l’issue de la saison 2 qui vient résoudre beaucoup trop d’élément et du coup ne permet pas de se projeter dans une saison 3.

The end of the fucking world

La saison 2 débute de manière très violente esthétiquement parlant, les deux premiers épisodes sont été  beaux avec un montage très efficace et les inserts de titres en référence à des films comme Pulp fiction de Tarantino permet d’apporter un rythme très intéressant, mais à notre regret cette direction esthétique n’est pas utilisée sur l’ensemble de la saison, ce qui est fort dommage!

La psychopathie du personnage principale de James a été mis de côté, car désormais sa maladie mentale est transformée en une incapacité physique, comme si le récit va somatiser une douleur, avant il pensait être incapable d’aimer, maintenant il se pense être incapable de prouver son amour physiquement. A l’inverse son amie dira à plusieurs reprises ne plus rien ressentir, elle va toujours dans des situations les plus extrême dans l’espoir de pouvoir ressentir à nouveau quelque chose. Symboliquement, ces deux personnages sont des âmes soeurs complémentaires, elles se guérissent mais se détruisent également. Elles sont dans l’excès perpétuelle et ont besoin de temps pour se comprendre! Comme si la vie n’était qu’une grosse crise d’ado et que l’âge adulte est l’ennuie la plus totale. En l’absence de l’être aimé nous sommes en mode veille et à son retour tout semble renaitre telle une Renaissance.

The end of the Fucking world 2

Esthétiquement cette série est très belle la lumière est parfaite, la photographie est sublime un gros coup de cœur pour les premiers épisodes  et le tout dernier épisode! Nous avons également apprécié la scène du dinner qui nous fait vivre quelques minutes de tensions et de frissons.

Tu es libre de ne pas commenter!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.