Mortal Engines


Mortal Engines est un film déroutant. Rien que le titre questionne l’esprit des personnes cinéphiles ou amateurs de blockbuster.  La meilleure hypothèse est qu’il fait référence aux personnes qui exploitent les villes itinérantes du futur, ces minuscules instruments de chair et de sang qui sont devenues l’engrenage de ces monstrueuses villes mobiles. Ce n’est que le début et c’est simplement le titre. Mortal Engines est le dernier né de YA dystopique à franchir le cap du grand écran, mais cette fois-ci avec les conseils du maestro des Oscars, Peter Jackson.

Nous n’avons pas aimé ce film, nous n’avons rien compris, nous n’avons pas chercher à le comprendre non plus.

Dans un avenir lointain, le monde que nous connaissons a été décimé par une guerre qui a duré 60 secondes. Dans les années qui ont suivi, les villes ont repris une nouvelle vie. Elles sont devenus mobiles et parcourent la terre, avalant et attaquant d’autres villes plus petites, et la plus connue est Londres. Tom (Robert Sheehan) vit une existence parfaitement ignorante à Londres jusqu’à ce qu’il se heurte à Hester Shaw (Hera Hilmer), qui est marqué par la crainte et qui tue, qui tente de tuer Valentine (Hugo Weaving), accusant le dirigeant de Londres d’avoir tué sa mère. Tom en entend trop et Valentine essaie de s’en débarrasser, tout en pouvant assembler une arme de l’ancien monde pour acquérir une suprématie totale.

Le bien l’emporte légèrement sur le mal, mais il s’agit clairement d’un blockbuster d’action de science-fiction où la somme ne pèse pas plus que ses pièces mobiles. Le monde en construction est plus imaginatif et intriguant que ce à que l’on pourrait penser. Nous sommes loin d’un Mad Max steampunk, car le monde futuriste de ce film est plus développé, plus étrange et plus sauvage. Dès le début, la séquence d’ouverture donne une idée de la dangereuse réalité des villes prédatrices. C’est passionnant et à grande échelle. Vous comprenez immédiatement pourquoi Jackson et sa compagnie ont voulu raconter ce film sur une grande toile.

À partir de là, nous comprenons mieux comment le monde s’est reconstruit dans les cendres de notre civilisation et comment les autres se sont adaptés. Si Londres est le fléau de ce nouveau monde, d’autres se sont cachés, tentant des vies fragiles en marge de cette société. Cela conduit à de plus petits bâtiments en mouvement conçus pour se cacher. Cela mène au ciel comme une évasion des villes liées à la terre. Cela mène aux zones extérieures où des ventes aux enchères d’esclaves ont lieu. Cela inclut aussi en quelque sorte les cyborgs zombies, dont on ne comprend pas vraiment comment un monde de villes géantes qui convoite la « vieille technologie » a vaincu la vie et la mort, mais bon. Avec chaque nouvel emplacement, le monde devenait un peu plus grand et il était déjà bien grand pour commencer. C’est ce que Mortal Engines a en plus: un sens de l’échelle et de la portée.

La grandeur visuelle du film est vaste et riche en détails, repoussant les limites extérieures un peu plus loin. Il y a une scène de chasse amusante à travers une ville, celle-ci étant décomposée et coupée en petits morceaux en broyant des engrenages et en sciant des scies. Le budget n’était que de 100 millions de dollars, mais il semblerait qu’il aurait facilement pu être multiplié par deux. Même au pire, Mortal Engines est un régal visuel qui surprend avec ingéniosité et avec des effets spéciaux épatants. Le bien est noyé par le désordre, la bêtise et le ridicule qui s’envolent. C’est un grand film idiot qui se dit volontiers gros et idiot. Le dialogue est souvent ringard et parfois douloureux, avec des personnages jaillissant de lignes auto-parodiques du type « Je ne vais pas vous raconter ma triste histoire », puis 30 minutes plus tard: « Voilà donc ma triste histoire »

Un personnage dit: « Je ne suis pas connu pour ma subtilité », ce qui aurait pu être le message du film dans son ensemble. Un autre personnage dit que son nom est lié à son désir de voir ses cendres dispersées par le vent à sa mort. Devinez ce qui ne se passe pas du tout? Une consoeur Cat McAlpine a écrit dans ses notes pour le film: « Pourquoi le dialogue est-il si mauvais? » Ce n’est pas un film ennuyeux, même quand c’est manifestement ridicule et idiot (nous avons dormis 60% du film, voir 95%, nous avons du le revoir encore et encore). Les personnages principaux sont puissamment doux, et cèdent la place à des amis sympathiques qui ne servent à rien d’autre que d’être les yeux nécessaires pour superviser certaines révélations vilaines.

p00xysz1
Mistfist 

La romance entre Hester et Tom est inexistante et péniblement artificielle. Tout comme Jupiter Ascending, qui est également un bon bonhomme, les personnages principaux et leur histoire sont les parties les moins intéressantes du monde. Sheehan (Misfits de la télé) semble un peu trop vieux pour jouer un jeune homme de 16 ans. Hilmar (les démons de Da Vinci) a peu de choses à travailler mais est très plate et plombée. Il n’y a pas d’étincelle de charisme entre les deux. Hugo Weaving (The Hobbit) s’amuse manifestement comme le vilain hammy résolu à ramener le vieil impérialisme dans ce nouveau monde. Toute la population londonienne n’est encouragée que par les coups de feu, ce qui rend difficile à croire lorsque des personnages parlent d’innocents parmi cette foule de cheerleaders impérialistes et heureux. J’étais heureux de voir Frankie Adams (The Expanse de la télévision) incarné par le rôle de pilote de chasseur révolutionnaire n ° 3.

Jupiter-Ascending-Poster

Dans le deuxième acte, il y a un énorme trou dans l’intrigue dans lequel Mortal Engines ne peut pas récupérer (petits spoilers). Toute la motivation de Hester réside dans sa vengeance contre Valentine, ce qui lui permet de risquer sa vie en se précipitant sur son père de substitution, Zri, un Terminator, Shrike (Stephen Lang, en mode CGI). Mais si Hester a un père de substitution Terminator zombie, pourquoi ne dit-elle pas simplement: « Hey, nouveau papa, aide-moi à tuer ce méchant mec, et je ferai avec plaisir ce que tu voudras après »? Dans les flashbacks, nous la voyons ouverte à l’idée de se transformer en une sorte d’hybride robotique, de perdre son humanité et de perdre la capacité de ressentir la moindre douleur. Cela n’a aucun sens de ne pas utiliser ce nouvel atout à son avantage, en particulier lorsque le deuxième acte est principalement consacré à prouver à quel point il peut être une menace redoutable. Cette intrigue est une preuve supplémentaire de la façon dont la narration peut être négligée avec les choix de personnages. Shrike est présenté comme un autre antagoniste pour chasser nos héros, mais en le présentant, cela me laisse perplexe à propos de la meilleure version de ce film, la version Leon: The Professional où une jeune fille fait équipe avec une figure du père de Terminator pour se venger.

Cher lecteur, vous ne voulez pas voir ce film aussi? Cela semble déjà beaucoup plus intéressant et une meilleure utilisation des éléments uniques de l’histoire. Voici un autre exemple de la confusion qui règne dans ce film: l’image de l’affiche. Revenez dans cette revue et étudiez-la, puis demandez-vous pourquoi l’équipe marketing a décidé de mettre l’accent visuel sur le visage d’une femme recouvert d’un bandana. C’est un film sur des villes géantes sur roues qui s’attaquent et qui contient aussi un Terminator zombie … et l’accent est mis sur un bandana? Au début nous avions pensé voir la suite de Shadowhunter mais non en fait c’est une nouvelle saga littéraire adaptée au cinéma. Il faut donc accrocher le spectateur avec un personnage et là c’est surement la méthode appliquée un peu trop abusivement.

Si tout ce que vous voyiez du film, c’était le titre et l’image-clé de l’affiche, vous ne douteriez jamais du genre de film que vous aviez prévu, ce qui semble être l’objet opposé de la publicité. Quel est le crochet de cette image? Qu’y a-t-il sous ce bandana (spoilers: un deuxième bandana plus petit)? Qu’en est-il du slogan qui parle de sa cicatrice?  Bref, c’est surement un choix marketing local, car d’autres affiches existent… L’équipe de marketing a-t-elle activement essayé de cacher les éléments de genre les plus en vogue? Mortal Engines se sent assemblé à partir des nombreuses pièces dispersées d’autres meilleurs films. Voyons plus les subtilités de la vie en mouvement et sur l’infrastructure de travail de ces nouveaux environnements. Nous aurions aimé avoir plus de scène avec le personnage d’Anna Fang (Jihae). Nous aurions voulu que beaucoup de choses soient différentes dans Mortal Engines et que même quand c’est mauvais, même quand c’est idiot, et même quand c’est fou, le film vaut toujours la peine d’être vu et reste assez amusant, pour diverses raisons.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s