Critiques à vif : Guy Jamet / Les vieux fourneaux


Guy (Guy Jamet)

Guy (Guy Jamet) réalisé par Alex Lutz retrace les vieux jours d’un chanteur sur son retour médiatique. Perdu dans les codes modernes, les réseaux sociaux ou encore la conception du web, Guy tente de montrer qu’il est plus qu’un cliché sous le regard d’un jeune homme qui décide de le filmer dans la vie quotidienne et à la scène. Quant à l’artiste, qui ne sait point que ce jeune anthropologue est son fils oublié, dont la mère toute juste décédée a caché l’existence.

Comme dans un acte de mémoire et d’analyse de lui-même le jeune vidéaste va suivre sans jamais révéler la vérité cet homme qui commence à décliner. La curiosité seule vecteur de cette entreprise mène le jeune homme a se rapprocher peu a peu de l’homme qui a bercé musicalement son enfance. Amour ou sympathie nous ne le savons pas… A l’heure où tout bouge, a l’heure où la mode est de savoir d’où l’on vient pour essayer de s’accrocher a quelque chose, Guy Jamet est un film qui fige une époque et un présent.

Les Vieux Fourneaux

Revoir au cinéma Eddy Mitchell dans un rôle sympathique c’est plaisant, pourtant ce film comme la vie débute brusquement s’accélère dans son développement puis stagne avec une sorte d’étirement puis redescend a grand wagon sa pente. Un peu comme une mélodie ou une ballade ce film nous raconte des histoires humaines, les messes basses et leurs dessous. Avec une question cruciale des origines, une question qui n’aura pas de réponse si ce n’est une preuve tangible.
La vieillesse semble aussi bruyante qu’étaient nos jeunes années. Un film lent avec beaucoup de moment où l’on se perd, où l’on attend de l’action ou au moins un intérêt scénaristique autre. Il est regrettable d’avoir un si bon casting et un fond d’histoire si fumeuse. Ce film est certes une adaptation cinématographique de personnages BD, mais tous les publics n’adhèrent pas à l’humour du film ni distingué ni vulgaire.

 

The Guilty

La plus belle surprise du mois, un film thriller intelligent qui tient en haleine jusqu’à la dernière seconde du film. On ne se doute nullement du revers de la situation jusqu’à ce qu’on lève le voile du mystère. Une chronique sera postée prochainement.

 

Publicités

Une réflexion sur « Critiques à vif : Guy Jamet / Les vieux fourneaux »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s