AMERICAN PIE



Après des années d’ignorance, je me suis retrouvé à regarder ce film ! J’ai aimé l’humour alors qu’il y a deux ou trois ans je trouvais ça simplement débile. Je dois surement avoir des problèmes en ce moment


American_Pie.jpg

Les ados en manque :

La scène d’ouverture est quand même assez comique voir triste. On a le personnage principal devant un film porno. Enfin une chaine cryptée avec une mauvaise réception, il a du bidouiller le câble, un peu comme tous les ados qui veulent looker du porno ailleurs que sur le net.

Entre documentaire et porno, le petit coquin se fait prendre en pleine séance masturbatoire, sa mère rentre dans sa chambre, cri, puis le père en gène arrive et fait comme si ce n’était pas la faute de son fils mais de la mauvaise réception.

Après cela le générique de début, le personnage parle de son fantasme sur les sirènes.

Le fantasme ici, est comme une maladie, les protagonistes cherchent en vain à se prouver qu’ils sont des hommes. La peur d’aller à la fac sans l’avoir fait, de ne pas être accepté par leurs ainés. Arrive alors un pari, une sorte de pacte débile que font les jeunes. Ces pactes sont des choses qu’on se met en tête pour essayer de se dire « Mais ce n’est pas moi… » c’est « Le groupe ». L’adolescent perdu passe alors par une phase d’idéal à une phase de déception. Seule l’idée que tous les membres du groupe sont égaux que personne n’est perdant, lui donne l’envie d’aller de l’avant.

Et si j’avais peur


maxresdefault (1).jpgEt si ces idées, ces comportements stupides envers l’autre sexe, n’était que façon de masquer ma peur, ma peur d’être ce que je suis, la peur que l’autre également aurait lui aussi peur. Alors si on allait dans un coin, apprendre à discuter, à se connaître ? Et bien je ne songeais pas autant de toi. Je pensais que tu étais un dur… Une personne sans profondeur, une personne typique. Et si l’idéal au final était simplement d’apprendre à accepter qu’on est nu, qu’on n’est rien d’autre que nous.

Publicités

4 réflexions sur “ AMERICAN PIE ”

  1. Ping: Sophie
  2. « J’ai aimé l’humour alors qu’il y a deux ou trois ans je trouvais ça simplement débile. Je dois surement avoir des problèmes en ce moment » C’est grave docteur ?

    J’ai eu (plusieurs fois) le meme parcours. Juste après l’adolescence, on est idéaliste, on est « puriste » et on dénigre généralement le graveleux et puis, en prenant des heures de vol, les idées s’élargissent.
    Je compare ça à la pubbe. A 20 ans, je trouvais la pubbe débile et puis, j’ai fini par m’en régaler.

    Un autre aspect des choses, c’est l’éducation religieuse. Ma mère, par exemple, m’a repassé des clichés débiles du genre « une jeune fille, c’est comme une fleur .. » A 17 ans, je n’osais pas toucher la fille sur le canapé alors qu’elle n’attendait que « ça » !

    1. =) mais qu’est ce que ça fait plaisir de lire tes commentaires, les tiens sont si bien construits =)
      Pour les fleurs idems… Du coup je me suis fait largué 3 fois avant de comprendre ce que veulent les filles!!!!
      Mais merci les éducations religieuses de merdes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s