Les survivants : 3 raisons de voir le nouveau film de GUILLAUME RENUSSON


GUILLAUME RENUSSON nous livre un nouveau film poignant réunissant à l’écran DENIS MENOCHET (As Beastas, Jusqu’à la garde, Grâce à Dieu) et ZAR AMIR EBRAHIMI (Shirin, Les Nuits de Mashhad, Demain nous serons libres)

Une distribution explosive :

Une belle découverte. Un duo d’acteurs avec un jeu intéressant et intense.
Denis Ménochet est incroyable et Zar Amir Ebrahimi crève l’écran. Elle nous avait déjà bouche bée dans son précédant film Les Nuits de Mashhad, mais ici, elle est touchante et propose un jeu particulier en français.

L’actrice déclare sur les réseaux sociaux avoir été touchée par ce film qui représente beaucoup pour elle :
« Le projet Le plus beau de ma vie, Le plus intense, Le plus humain… Une histoire de rencontre, Une histoire de survie… Un personnage qui a illuminé ma vie, Un personnage qui m’a apporté au-delà des frontières…».
Cela se ressent en la voyant à l’écran, il y a quelque chose qui dépasse la sincérité et c’est beau de voir cela. On aime quand le vrai et la fiction s’entremêlent, laissant un doute chez le spectateur. Parfois, cela semble déstabilisant, mais cette fois-ci, on ne veut qu’une chose : s’engager auprès de ces différentes associations qui viennent en aide aux migrants.

La réalisation : un film avec une atmosphère

Dans ce film, le réalisateur évoque l’immigration et le deuil. Comment devient-on un survivant ? Comment arrivons-nous à dépasser l’immobilisme ? Les deux protagonistes vont devoir se surpasser pour vaincre leurs démons, leurs craintes et leurs peurs. L’homme est pris au piège de la mort brutale et violente de sa femme, la jeune Afghane attend le retour de son époux.

Le film s’imprègne énormément du parcours du réalisateur qui durant ses années d’études aidait des associations. « Quand j’étais étudiant, j’ai accompagné une famille qui venait d’Angola, une mère et ses deux enfants. Le père était décédé. Je me suis occupé de leurs démarches administratives et j’ai accompagné les enfants en soutien scolaire. À Paris, j’étais dans une association où je faisais des courts-métrages avec des exilés. J’ai été frappé de voir que la dynamique du deuil telle qu’on la connaît s’apparentait au deuil de leur pays. », explique Guillaume RENUSSON en interview.

Les symboles très forts :

Le réalisateur utilise beaucoup de symbolismes avec la neige, elle est en quelque sorte un personnage à part. Elle vient comme obstacle, elle agit contre les deux survivants et pourtant lorsque l’un d’eux est blessé, elle est utilisée pour nettoyer la plaie. Elle n’est ni bonne, ni mauvaise, elle est simplement là.

Il y a aussi cette carte d’identité, Samuel la transmet à cette réfugiée pour lui offrir la possibilité de fuir. On peut se demander très longuement pourquoi Samuel veut aider cette femme, il y a une part de générosité dedans, mais aussi de l’égoïsme. Dans son cas, aider cette jeune femme lui permet d’agir et de sortir de sa dépression. Il veut également créer quelque chose de positif. Il a perdu sa femme et voit cela comme un drame injuste, s’il réussit à sauver Chehreh, il aura comme réparer une injustice et se débarrasser de cette sensation de culpabilité du survivant.

Le réalisateur offre quelque chose de fort : habituellement, on a un personnage très cliché qui est raciste et qui va changer d’opinion. Ici, c’est l’intime qui agit, quelqu’un va dépasser un deuil et en quelque sorte être, lui aussi, un survivant. L’une des scènes la plus intense du film est celle où il veut la réchauffer, elle va penser qu’il veut la violer. «[…]le film raconte la rencontre de deux personnages qui se méfient l’un de l’autre, obligés de s’apprivoiser mutuellement parce que traqués. Je tenais à ce que cette confiance passe par un acte et non par une discussion, dans un moment cru, brutal.» explique le réalisateur.

Copyright Les Films Velvet – Baxter Films – Pierre Maïllis-Laval

______________

Note : 5 sur 5.

4 janvier 2023 en salle / 1h 34min / DrameThriller
De Guillaume Renusson
Par Guillaume RenussonClément Peny
Avec Denis MénochetZar Amir EbrahimiVictoire Du Bois

Film disponible en Audio-Description : Prix du public et Prix Fondation VISIO – Lectures de scénarios – Festival Premiers Plans 2019. AD/SME réalisés avec le soutien de la Fondation Visio pour l’Aide aux enfants
et aux adultes déficients visuels

Publicité

Tu es libre de ne pas commenter!

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.