Jurassic world-Le Monde d’après, une histoire de sciences et de coexistence


Une belle prouesse technique une fois de plus ! Jurassic World Dominion est le digne successeur des autres films sans les trahir et sans chercher à briser l’univers.
Ce film fait suite aux cinq derniers épisodes. Nous suivons le périple de deux groupes distincts qui sont liés par les recherches du professeur Charlotte Lockwood ayant disparue brutalement.

Si ce film a offert une prouesse technique, c’est sans doute pour sa manière d’aller au-delà du réalisme des effets spéciaux. On ne peut que citer cette scène incroyable montrant la protagoniste plongée dans l’eau et son poursuivant au-dessus la cherchant. Nous avons un jeu de miroir avec le reflet du dinosaure, mais également un sur-cadrage montrant l’héroïne sous l’eau et le prédateur au-dessus.

Ce film, au-delà de son casting sans faute, nous permet de poursuivre les autres épisodes avec une fois de plus cette éternelle question : Jusqu’où la folie des hommes peut-elle les mener à leur perte ? Même si ce film cherche à expliquer que l’on doit apprendre à coexister. Il y est certain que les dinosaures sont des prédateurs, même en vivant isolés entre eux, l’Homme et cette espèce ne peuvent co-exister sans avoir des dommages. Ils ne sont pas faits pour notre civilisation et nous ne sommes faits pour vivre avec eux.

Nous sommes plus dans un rapport de force où certains arrivent les apprivoiser, mais uniquement en respectant leur manière de communiquer : « il ne faut pas cesser de respirer sinon ils sentent que tu as peur ». Cette astuce ne fonctionne que sur certains, mais pas sur tous, le T-Rex ou Giganotosaurus ne va pas suivre ce modèle de communication et le film le montre à mainte reprise.

Ce film cherche principalement à montrer que ce n’est pas la maitrise de l’ADN et de gêne qui font de nous ce que nous sommes, mais plutôt nos choix et nos actions. Nous ne sommes une simple formule chimique, nous sommes bien plus et Maisie Lockwooden est la preuve vivante !

Plus d’infos sur Jurassic Park :
La saga Jurassic Park est composée de six films canoniques sortis.

Jurassic Park de Steven Spielberg, sorti en 1993
Le Monde perdu : Jurassic Park de Steven Spielberg, sorti en 1997
Jurassic Park 3 de Joe Johnston, sorti en 2001
Jurassic World de Colin Trevorrow, sorti en 2015
Jurassic World: Fallen Kingdom de Juan Antonio Bayona, sorti en 2018
Jurassic World : Le Monde d’après de Colin Trevorrow, sorti en 2022
La franchise est également développée en court métrage avec Battle at Big Rock (2019).

Avant d’être une sage, c’était une série de deux romans !
Les deux premiers volets s’inspirent librement des romans Jurassic Park (1990) et Le Monde perdu (1995) de Michael Crichton. Malgré des modifications manifestes aux personnages et à la construction du récit, ils conservent globalement l’essentiel des scènes-clés des romans.

La technicité avant tout :
Pour ces différents films, nous avons un savant mélange d’effets numériques et de robotique. C’est le travail du maitre des effets spéciaux Stan Winston. Dans les plans rapprochés, nous pouvons voir des robots mécanisés animés et tirés par des câbles. Dans le jargon technique, on appelle cela de l’animatronique qui consiste à marier des effets spéciaux traditionnels et numériques.

Tu es libre de ne pas commenter!

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.