Les promesses, un thriller politique et une Isabelle Huppert brillante


Si on devait résumer ce film, ce serait l’histoire d’une femme simple qui ne rêve pas de grandeur, mais de réalité et de concret. C’est probablement les qualités qui font de Clémence une excellente mairesse. Cette femme de terrain vit en banlieue malgré son origine aisée et elle aime dire que la banlieue nous apprend la patience, elle est l’arme du pauvre.

Ce film permet de dévoiler la guerre des égos qui règne dans ce milieu. Où il faut cocher toutes les cases pour avancer. Si on gêne, si on prend trop de place, on nous propose discrètement une entrée au Sénat.
À vrai dire la politique est un peu comme une lutte sans cesse dans la jungle. Où il faut promouvoir certains pour en faire avancer d’autres.

Dans ce miroir des âmes de l’Humanité, on se rend compte progressivement qu’entrer en politique révèle le pire et le meilleur de chacun de ces aspirants. On ment, on fait des promesses et on doit sans cesse donner plus et essayer en gagner le double. Dans ce jeu d’échec, il y a des commissions et des arbitrages abstraits qui régissent la vie de millions de gens.

On remarque à quel point Clémence vit mal cela, elle est une personne entière qui voit les choses comme des paroles que l’on doit tenir. Elle est contre les stratégies et manigances, pourtant à la fin, elle va devoir s’y plier.

L’originalité de ce film est de se concentrer sur le peuple et son rapport à la politique. Un grand nombre de films ne s’intéressent uniquement à des figures politiques qui choisissent ce métier avant tout pour faire de la politique pour la politique afin d’assouvir leur soif de pouvoir. Tandis qu’ici, le réalisateur s’intéresse beaucoup plus aux motivations des élus de terrain, celle au contact du peuple et pour le peuple. On reste dans le concret et dans le vrai.

La course de Yazid révèle le but même de ce film, aller vers le point de rupture. L’élève a besoin de montrer une dernière fois à son maitre que ses espoirs mis en lui n’étaient pas vain. Il veut réaliser avant de partir ce pourquoi il était là, terminer ce projet commun.

Cette partie du film est un peu comme un thriller, on dit peu de chose, pas trop de mots, mais nous avons beaucoup d’actions. En conséquence, les différents protagonistes en viennent à douter d’eux-mêmes et des autres. Seul leur objectif prime sur le reste. Ils n’ont plus rien à perdre, ils souhaitent jouer cartes sur table et terminer la partie sur une victoire !

Copyright Wild Bunch Distribution

Au cinéma le 26 janvier 2022 • Durée 1 h 38 
• Réalisation de Thomas Kruithof • Scénario de Thomas KruithofJean-Baptiste Delafon
• Avec Isabelle HuppertReda KatebNaidra Ayadi
• Distribution Wild Bunch Distribution

Tu es libre de ne pas commenter!

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.