Tiphanie Doucet – Think of me


Extrait de son EP Painted Blue, ce titre est à l’image du projet à la fois intimiste et universel.

Under my sun en version piano acoustique offre une relecture d’un titre qui était déjà comme une douce brise printanière. Tiphanie a réussi à donner du sens à ce mariage des langues. Une tentative souvent périlleuse lorsqu’elle est faite que pour répondre à des quotas radiophoniques, mais ici on ressent que ce choix est dans l’ADN artistique du projet. Comme un moyen de se souvenir de ses origines françaises tout en attrapant en vol les frissons d’un air frais venu du pays de la folk.

Under my sun existe en version bilingue mais également dans une version française étendue, où seul le refrain conserve quelques mots dans la langue de Shakespeare. Au niveau de la consonance des mots où «I will be there» se métamorphose en «Je serai l’air que tu respires». Tiphanie arrive à passer d’une langue à l’autre en conservant la mélodie, la prosodie propre à la langue et ce sans avoir certains tiques de chant anglophone qui peuvent parfois déranger dans les versions bilingues.

Think of me

Thing of me est le récit d’un changement émotionnel. Tiphanie nous a expliqué l’origine de cette chanson de la manière suivante, «Ce single Je l’ai écrit à la base sur New York! Je me rendais compte que je n’étais plus amoureuse de cette ville comme avant… je réfléchissais à partir. et en même temps je me suis rappelée quand j’avais quitté la France», oui il y a également une histoire d’amour dans l’air, elle parle d’une relation qui s’est terminée suite à ce choix géographique…. «Et j’ai voulu écrire sur ce moment ou tu te sépares de quelqu’un, mais tu espères qu’il pensera toujours a toi , tu espères que cette personne trouve la bonne car ce n est pas toi, mais intimement tu veux rester dans leurs pensées».

L’amoureuse

Ce titre clôture l’Ep, c’est un peu comme le résumé de ce disque écrit dans un contexte d’un chagrin. Dans Doucet il y a un aspect romantique où le spleen domine. On est face à une fascination constante, une contemplation évanescente. Un peu comme dans certains titres de Mayane Delem (Le Jour se lève), il y a ce calme paisible, cette tristesse cachée mais qui n’est pas mauvaise pour autant car elle laisse la possibilité d’apprécier un peu plus le bonheur à venir.

Le premier album parlait d’un couple qui doit se séparer car il est dysfonctionnel, l’EP parle de la tentative de rester ami. Le plus difficile quand une relation se termine ou doit évoluer c’est de vivre avec tout ce qui a été et savoir que les choses ne pourront pas être comme avant, car il y a cet affect et ces besoins de comprendre.

Les pulsions de morts se confortent avec celles de préservation et on vit dans l’attente de quelque chose. «Mais quand même, des choses se sont produites et elles étaient encore plus blessantes. J’ai réalisé à quel point j’étais cafardeuse depuis notre rupture et qu’il était en fait heureux avec quelqu’un d’autre. La réalisation était difficile à prendre.» explique Tiphanie en interview.

EP Disponible partout

Tu es libre de ne pas commenter!

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.