Torn, l’histoire du titre


Un véritable tube international, qui malgré ce qu’on croit n’a pas été écrit pour Natalie Imbruglia ! Loin de ça, ce titre a eu beaucoup d’interprètes avant d’arriver entre les mains de la jeune australienne. (Comme vous le constatez, on a réussi à justifier le texte ! En effet, il y a une fonction qui existe, mais elle est cachée! WordPress qui trouvait inutile justify et underline a quand même rajouté ces fonctions !)

La toute première version sortie dans le commerce est celle de Lis Sørensen sous le titre de Brændt, le titre est en danois, ses paroles ont été adaptées dans cette langue par Elisabeth Nielsen, la mélodie est plus pop que rock. Nous sommes très loin de la réalisation de Natalie. On reconnait malgré tout la mélodie et l’univers du titre.

Arrive en suite l’enregistrement par les créateurs du titre, qui sortent leur propre version dans un style plus rock à la Garbage. Il faudra avouer qu’on a une mélodie ralentie certes, mais on retrouve un peu le timbre de Natalie, chose qui est surement prémonitoire sur l’avenir du titre.

Non, Nathalie ne reprend pas le titre tout de suite, bien que les historiens de la musique pop disent tous que Natalie enregistre directement après la sortie de 1995. C’est Trine Rein qui enregistre en Norvège sa propre version en anglais avec cette fois des arrangements et une réalisation très proches de celle de Natalie, mais avec une voix un peu plus chaude ! Nous avons quasiment tous les éléments qui constitueront la version de Natalie !

Cette version n’a cependant pas été retenue par les historiens, pourtant elle a bien existé, elle a même eu un vrai succès dans son pays, la Norvège où le titre s’est classé 10e des top des ventes. Il y a néanmoins la fraicheur en moins de la voix de Natalie, ce qui explique peut-être qu’elle a été oubliée. Il faut savoir qu’un tube mondial dépend souvent de petites variations. Peut-on rajouter à l’équation la carrière d’actrice de Natalie ?

L’histoire du titre

Cette chanson raconte l’histoire d’une fille qui est déchirée, détruite et en mille morceaux, car son histoire d’amour n’était basée que sur des illusions et sur des mensonges. Anne Preven avoue que ce titre n’a rien d’autobiographique et qu’elle s’est inspirée d’une jeune fille dont elle avait la responsabilité, qui avait fait une tentative de suicide à l’époque où elle travaillait dans un hôpital psychiatrique. Durant sa vie New Yorkaise la parolière, a travaillé dans la clinique où son père psychiatre gérait un service dédié aux adolescents suicidaires. Cette fugue l’avait beaucoup marquée, et quand elle a écrit le titre, elle a voulu reprendre ce sentiment de destruction. Elle a ensuite rajouté l’histoire avec M. Wrong qui permet d’offrir une cause à ce sentiment de morcellement.

Selon beaucoup de critiques, la version du groupe (Ednaswap) sortie en 1995 serait la vraie version définitive de l’œuvre, les autres versions ne sont que des reprises et des adaptations. Cette version traduit parfaitement le côté dépressif qui a inspiré ce titre. Et vous, qu’en pensez-vous ?

Chronologie :

  • Lis Sørensen – « Brændt » (Denmark, 1993), written by Ednaswamp
  • Ednaswamp – « Torn » (USA, 1995 & 1997)
  • Trine Rein – « Torn » (Norway, 1996)
  • Natalie Imbruglia – « Torn » (Australia, 1997)
  • Nathalie Browne – Torn (version club,Belgique 1998 – 2010) voir le clip
  • Off by One – Torn (USA, 2002) : une version punk du titre.
  • Hands Like Houses – Torn : Version Pop Rock

Crédit photographique : Natalie Imbruglia Vienna Donauinselfest 2015

Tu es libre de ne pas commenter!

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.