Power / saison 1


Un propriétaire de boîte de nuit de la ville de New York fait également office de pivot de la drogue auprès d’une clientèle d’élite, ce qui pourrait entraver ses tentatives de transformer ses activités légitimes en un vaste empire. Attention Spoilers

Vous savez « Power » avant même de commencer à le regarder. Le drame avec comme producteur exécutif Curtis Jackson “50 Cent”  possède des qualités, mais n’a pas la qualité de ses autres films “street”, “Get Rich or Die Tryin” (un film bien au-dessus de la moyenne, en fait) et “Righteous Kill” »(L’équipe de Robert DeNiro / Al Pacino est aussi affreuse que« Heat »est superbe). La formule est simple: un mâle noir de grande taille avec un vocabulaire limité prouve très tôt sa dureté avant de révéler une partie de lui-même mal accueillie par ses pairs. Il veut sortir du jeu, mais il ne peut admettre personne – même pas lui-même – qu’il a peur d’essayer.

Malheureusement, le «pouvoir» ne semble pas élever la conversation au-delà de ces idées déjà explorées, ni le sentiment d’urgence nécessaire pour intensifier ses événements. Les affiches et les premières avant-premières de la nouvelle série Starz soulignaient la dualité de Ghost, le titre le plus commun de notre personnage principal («Boss» arrive en seconde position), mais la série abandonne très vite la prémisse.

Après un enchaînement d’images se reflétant les unes sur les autres et s’effondrant sur elles-mêmes (que cela pourrait-il signifier?), Nous ouvrons sur Ghost qui arrive à son club avec sa femme. La musique résonne, les battements rebondissent et Ghost semble aussi lisse que ceux qui sont entrés dans un club sobre. Bientôt, cependant, il a été appelé pour traiter des affaires urgentes, pas des affaires de club. Cette autre affaire – torturer un homme surpris en train de voler son livreur. Oui, Ghost est dans le trafic de drogue, et la boîte de nuit est juste un front pour où il fait vraiment de l’argent.

Anthony Hemingway, qui a réalisé huit épisodes de «Treme» et le long métrage «Red Tails» (produit par George Lucas), donne à la série une légère élévation stylistique dans ces premières scènes. Peu de cinéastes mettent l’accent sur le changement de mentalité lorsque vous sortez d’un club dans la rue, et Hemingway ne fait pas exception à la règle – en dehors de la réduction du volume (qui ne représente en réalité qu’une partie de la turbulence totale). Il fait, cependant, assurez-vous de noter comment Ghost change quand il quitte le club. La musique passe de la partition non diégétique à la tonalité des jams de club, une transition en douceur entre DJ pour accompagner l’état de fonctionnement souhaité de Ghost.

Ensuite, tout commence à se fondre, au moment où nous apprenons qu’il ne vit pas du tout une double vie (de légers SPOILERS suivront). Il s’avère que la femme de Ghost, Tasha, qui au départ est ignorante de ses activités plus illicites, connaît et soutient son «identité secrète». C’est sa Lady MacBeth – une Lady MacBeth qui se masturbe devant son chauffeur après avoir «attrapé « Ghost donne son numéro à un vieil ami, marquant l’un des deux points de discussion sexuels exceptionnels du premier épisode seul.

Dans l’autre, Ghost et Tasha ont des relations sexuelles matinales sans inspiration quand Ghost se remet à se souvenir de la nuit précédente quand il a tiré dans la tête d’un homme. Plutôt que de s’arrêter, Ghost continue son chemin, se précipitant pour finir, mais se rapprochant aussi du point culminant plus rapidement. Psychologiquement, c’est assez troublant, mais jette les conclusions inattendues que Ghost est activé par le meurtre et que «Power» a besoin d’un certain temps sur le canapé.

«Power» est le genre de spectacle qui utilise des bombes à effet de serre pour insister sur un point, en espérant avoir l’impression d’être dur, mais en étant plutôt ignorant. Les personnages rient souvent des choses qui ne sont pas drôles, essayant peut-être de nous convaincre que quelle que soit l’histoire racontée est en fait plus humoristique que ce que nous comprenons. C’est un drame fade et unidimensionnel qui rejoint la collection croissante de programmes originaux oubliables de Starz. La société n’a plus besoin des premières du samedi soir pour se lancer dans l’obscurité dès qu’elles sont diffusées. Il a besoin de quelque chose de pointu, de nouveau et d’audace. 50 Cent aussi, mais il est peu probable qu’il le trouve dans le même puits.

Publicités

2 réflexions sur « Power / saison 1 »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s