De la domination à la libération


Dépendance financière ou plaisir de faire plaisir :

On répète souvent aux hommes  qu’ils doivent faire des efforts pour divertir leur compagne, on sous entend que l’Homme doit remuer ciel et terre pour  les faire plaisir. Nous sommes cependant bien loin de l’amour courtois et des mythes de la chevalerie, à notre époque l’égalité Homme-Femme étant sans cesse mise à mal, l’idée de la galanterie est délicate.  En effet cette relation ne va que dans un sens et elle sous entend quelque chose en échange. Actuellement avec l’émancipation de la femme, il est stupide d’idéaliser le besoin financier d’un homme pour le divertissement et les loisirs. Les femmes peuvent aller au cinéma, au restaurant sans pour autant avoir besoin d’un homme.

Nous sommes dans ce paradoxe entre la modernité et  la vielle éducation. Les bonnes manières veulent qu’un homme invite sa compagne au restaurant, pourtant la logique de notre époque actuelle voudrait qu’une femme refuse le non-partage de l’addition. Selon une étude américaine le fait d’accepter un repas ou un verre sous entend l’obtention d’une gratification en retour. Ce qui n’est pas dans l’optique actuelle de l’émancipation des femmes, qui depuis les années 70 se battent pour être indépendantes.

Le mal n’est pas partout

Pourtant on ne doit pas chercher à mettre le mal partout, il existe des personnes qui aiment faire plaisir, qui on peut-être on un besoin de faire plaisir afin de se rassurer, elles aiment savoir que les gens ne manquent de rien. Ce sur investissement émotionnel par le don et l’arrosage par des cadeaux divers peuvent cependant étouffer la personne qui reçoit, dans son fort intérieur  s’exclame « Elle me prend pour un enfant » « Elle veut me priver de ma liberté » ou bien « non je ne peux pas accepter sinon je vais devoir lui rendre l’appareil » En effet d’un point de vue cognitif la personne qui reçoit se sent tirailler entre un sentiment de castration et l’impression d’abuser de l’autre. C’est pour cela qu’il est difficile pour certaine personne de recevoir.

Une faille narcissique étrange

Un peu comme ces personnes qui ne demandent jamais de l’aide de peur de décevoir, de peur de déranger ou de peur que personne au final ne viennent les aiders car demander de l’aide et ne pas recevoir de l’aide en retour serait la preuve que personne ne les aime. Chez gens à personnalité de type évitante, souvent le désintérêt pour les activités sociales ou en groupe n’est pas fondée sur un individualisme ou une haine de l’autre, mais sur une peur du rejet. Ils ont par le passé subit une déception et le replis est un moyen d’éviter de revivre une déception et de souffrir en conséquence.


 

Quelques lectures

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s