3 raisons de voir AVALONIA L’ETRANGE VOYAGE


Dans ce nouveau film d’animation de WALT DISNEY STUDIOS ANIMATION réalisé par Don Hall et Qui Nguyen, nous découvrons un beau film sur les liens père et fils. Avec une recherche esthétique intéressante.

Nous avons eu la chance de découvrir ce film et de participer aux conférences de presse. Aujourd’hui, découvrez nos trois raisons de voir AVALONIA L’ETRANGE VOYAGE.

Un exercice de style remarquable !

On a beaucoup aimé la recherche esthétique des Comics, des bandes dessinées franco-belge comme celle de Didier Conrad.
Il y a une introduction très puissante et les différents flash-back utilisent les codes des différentes époques de la bande dessinée.

Nous avons des moments en noir et blanc, des trames très classiques etc … Et même une séquence à la manière du dessinateur chinois « Benjamin ».
Un travail stylistique parfait et puissant ! Pour ceux voulant re-découvrir Benjamin, il suffit d’aller sur son site web ou de regarder le clip «J’aimerais tellement » de Jena Lee.

L’action et l’esthétique graphique

On aime quand l’action est immédiate en proposant d’entrée de jeu le conflit père et fils. Ce film parle de cela, mais également de l’héritage que l’on transmet à ses enfants.
Pour appuyer l’action, l’équipe créative a par ailleurs beaucoup travaillé sur les différents contrastes qui caractérisent les différents mondes. Et le travail sur la couleur verte, source d’énergie d’Avalonia est splendide !

Le film possède plusieurs mondes, plusieurs univers d’illustrés de manières diverses.
Steve Goldberg, le responsable des effets visuels, explique que cet univers est composé de différentes zones allant de prairies à des grottes sombres. Le côté fantastique était synonyme de liberté artistique.

Les différentes équipes artistiques ont chacune proposé des idées et tout le monde a construit de manière collégiale cet univers. « Chacun pouvait ainsi y trouver son compte, et je pense que le monde étrange a gagné au change. », explique Steve en interview.

Les personnages sont modernes.

Le film met en avant Ethan, un jeune adolescent de 16 ans, amoureux Diazo, un jeune garçon populaire.
Depuis le film Buzz l’Éclair et plusieurs autres films, on sent une vraie volonté de la part de Disney à promouvoir la diversité. On peut aussi constater un réel travail sur la pigmentation de la peau des personnages : Brian Leach et son équipe ont réalisé une longue étude sur la lumière pour créer une cohérence entre les différents plans. Cela fonctionne vraiment et nous avons une cohérence photographique.


« Nous avons passé beaucoup de temps à finaliser le teint de chacun de nos héros. Le mérite en revient principalement aux concepteurs visuels qui travaillaient en étroite collaboration avec Mason Khoo, le responsable de l’éclairage des personnages. Nous avons pris soin de ne pas trop éclairer ceux qui avaient la peau plus mate et veillé à ce que les différentes spécularités * ne se traduisent pas par des tons trop délavés ou édulcorés. »

La spécularité, de speculum, miroir en latin, intéresse la question du regard. La mise en place du regard est un des aspects les plus fondamentaux du développement de l’enfant au cours de la première année de la vie.

_______________

Note : 3 sur 5.

 À retrouver dès le 23 décembre 2022 sur sur Disney +  :
/ 1h 42min / 
AnimationFamilleAventureScience fiction
De Don HallQui Nguyen
Par Don HallQui Nguyen
Avec Jake GyllenhaalDennis QuaidJaboukie Young-White
Titre original Strange World

Publicité

Tu es libre de ne pas commenter!

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.