Doctor Strange 2 : In the Multiverse of Madness


Nous avons pu découvrir ce matin en séance de presse le nouveau volet des aventures du Doctor Strange. Un épisode plus sombre, plus mature conté par l’excellent Sam Raimi, le maitre de l’horreur et de l’aventure, avec comme scénariste le maitre des univers et multivers, Michael Waldron (Rick et Morty, Loki).

Il y a également la signature de la bande originale par le maestro Danny Elfman, qui arrive à offrir une dimension à la fois classique et moderne au film. Il avait déjà co-signé avec Brian Tyler la bande originale du Avengers : L’Ère d’Ultron  de Joss Whedon.

Ce nouveau film rappelle énormément le New York de Spider-Man, et nous avons une ambiance sombre qui s’installe peu à peu. On a quelques moments de sursauts doublés de petite piqûre d’humour.

Si vous êtes attentif, vous verrez dans le post télévisé des images de Blanche Neige et les sept nains permettant de faire une mise en abyme intéressante avec le personnage de la sorcière de ce film. Le personnage de Wanda devient la vilaine de l’histoire, mais pour des raisons personnelles, celle de l’amour et du désir d’être heureux. Note au passage, la couronne de Wanda ressemble à la forme du couvre-chef de la méchante sorcière de la Belle au bois dormant !

La notion du Bonheur est omnisciente dans ce film, comment être heureux et comment s’ouvrir suffisamment aux autres pour ne pas les perdre. À côté de cela, il y a également cette dualité entre la mission qu’on estime avoir et notre capacité à s’entourer des gens. Et apprendre à ne plus avoir peur de les aimer, même s’ils peuvent subir des dégâts collatéraux. Strange doit apprendre de ses erreurs passées et ne plus vivre en pensant être au-dessus des autres en cessant d’être dans le contrôle et l’hyper-adaptation.

Ce film entrouvre d’autres questionnements sur les cauchemars, les rêves qui sont des dimensions, des univers à part (ça rappelle un peu Freddy????). Nous aimons énormément l’apport de Sam à l’univers de Doctor Strange, cette noirceur agissant très lentement est à l’image de ce mal qui ronge certains sorciers, silencieux et grandissant peu à peu par étape et en crescendo.
Quant au personnage d’America, il a un gros potentiel et reste l’une des plus belles surprises de ce nouveau chapitre.

Copyright Marvel Studios 2022. All Rights Reserved.

4 mai 2022 en salle / 2h 06min / FantastiqueActionAventure
Réalisation Sam Raimi scénario Stan LeeMichael Waldron
Avec Benedict CumberbatchElizabeth OlsenChiwetel Ejiofor

Tu es libre de ne pas commenter!

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.