Icare prend son envol le 30 mars


Le film Icare revisite le mythe en développant l’intrigue autour du Minotaure et d’Ariane. Au début du film, on est rapidement plongé dans le récit de la création du Minotaure, la reine Pasiphaé est ensorcelée par un taureau blanc envoyé par Poséidon. Elle demande à Dédale de lui construire une machine permettant d’assouvir son désir. 

Une histoire de métamorphose

Le thème de la métamorphose et du déguisement est très récurrent dans les récits grecs et romain. Dans Les métamorphoses d’Ovide, les dieux et déesses ont pour habitude de séduire les hommes et de prendre l’apparence d’animaux, de plantes ou de nuage. Ils aiment se mêler aux Hommes et se sentir supérieur. De ces différentes unions sont nés des demi-dieux baptisés héros.

La métamorphose n’est pas seulement utilisée pour tromper les humains, mais également pour les punir. De nombreux hommes ont par ailleurs été sauvés par le biais de cette ruse, comme Daphné qui a fuie Apollon et fut transformée en laurier !

Même si ce récit s’inspire librement des héros de la mythologie, le réalisateur a repris les personnages clés du récit et leur donne des interactions pertinentes et troublantes. Si vous avez aimé Les Dieux de l’Olympe et la série Mythes et Légendes, ce film d’animation est pour vous. Il possède un ton agréable et un rythme de récit entrainant. On note aussi la performance vocale du comédien Féodor Atkine, qui prête sa voix au père d’Icare.  

Un Minotaure plus humain

Les graphistes sont doux et pastels, un bon moment visuel qui donne l’occasion de découvrir ce réalisateur luxembourgeois.

La musique du compositeur André Dziezuk est entraînante et très douce, elle accompagne ce récit de manière poétique. À l’époque, l’Iliade et l’Odyssée étaient des poèmes chantés, un héritage de la culture orale qui a été fixée par Homère à la fin du VIIIe siècle av. J.-C.

Quelque chose de fort intéressant si vous n’aviez jusqu’à présent vu uniquement les mythes grecs de manière décousue et disperse. Cette connexion que le réalisateur et la scénariste Carlo Vogele & Isabelle Andrivet mettent en place permet de mieux comprendre certaines choses.

De plus, le parti prie de rendre beaucoup plus humain le personnage d’Astérion (le minotaure) permet d’ouvrir la voie à une relecture pertinente du mythe. Icare ne s’arrête pas à ce que les adultes voient, il voit au-delà des visages et des apparences, un peu comme dans Mon voisin Totoro ou le Petit Prince, ce jeune garçon ne voit pas de monstruosité dans son ami. Il aime sa manière de percevoir le monde et le réalisateur va ainsi souligner la noirceur et la cruauté du Roi.

Pourquoi avait-il volé trop près du soleil ? Vous le saurez au cinéma dès le 30 mars

Avec les voix de
Ariane Camille Cottin
Thésée Niels Schneider
Dédale Féodor Atkine
Icare enfant Wolf Van Cappellen
Icare adolescent Igor Van Dessel
Pasiphaé Maia Baran
Minos Mark Irons
Asterion Alexis Flamant

Tu es libre de ne pas commenter!

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.