À découper suivant les pointillés : Un vrai petit bijou. Un humour au top et des histoires touchantes.


Si on devait choisir la série d’animation pour adulte qui a marqué notre fin d’année, ce serait probablement ce petit bijou italien À découper suivant les pointillés. Un humour touchant, des références qui titillent la nostalgie de la génération Y. Bref, zoom sur ce petit ovni.

De la bande dessinée à l’écran

Le bestseller de Zerocalcare fut d’abord adapté au cinéma en 2018, une version proche de la bande dessinée, avec ce ton très sarcastique, colorée de cette musique rock. L’auteur retranscrit à merveille le mal d’une génération coincée entre les Y et X.

À découper suivant les pointillés (Strappare lungo i bordi ) se déroule dans le célèbre univers narratif de Zerocalcare peuplé de tous ses personnages attachants : Zero, le tatou, Sarah, Secco et Alice.

On suit les dérives d’un dessinateur de Bd qui se complait de son existence monotone et des choses qu’il n’a jamais osées dire et faire. On explore son inconscient, ses crises existentielles et ses dialogues imaginaires avec sa conscience personnifiée dans le totem d’un Tatou.

Le ton très prolifique et sa manière de cerner les conflits et les paradoxes de notre existence viennent de l’amour de Zerocalcare pour la philosophie issue du Straight Edge. Il aime être à contre-courant du mouvement, se refuse la consommation d’alcool et de drogue.

Trop réfléchir, trop vouloir le contrôle

Cette courte série de 6 épisodes souligne à quel point la non-action peut vous mener à des multitudes de regrets. Zero pèse le pour et le contre pour chacun de ses choix comme le choix d’une pizza. La Margarita ou la pizza stocazzo (Pizza random, nous n’avons pas su si c’était une pizza aléatoire ou la pizza du jour, ndlr).

Zero souffre à la moindre contrariété, il a peur que ses choix le mènent à des conséquences qui troubleraient son monde ; il préfère fuir plutôt que de sortir avec une fille qui lui plait et à qui il plait. Son éternel jeu de séduction va pourtant avoir une fin troublante. C’est probablement ici l’As de la série, on ne sait jamais vraiment où l’on va, mais on sait que quelque chose se prépare, un peu comme dans la vie !

Tout le récit tourne autour de la disparition mystérieuse d’Alice et on comprend peu à peu l’aboutissant et cette série légère que l’on regarde avec insouciance se ternit brusquement. En fait, Zero cherche à comprendre où il a merdé et il veut savoir s’il est responsable de la mort de son amie.

L’analogie de la vie à une forme que l’on doit découper en suivant les pointillés est splendidement trouvée. C’est poétique, c’est beau et triste à la fois. On retrouve la synthèse de ces 6 épisodes dans ce résumé de la vie. Certains vont déchirer la feuille, d’autres n’en auront jamais le courage. Quand on se trompe, la feuille se froisse et on passe beaucoup de temps à chercher comme lui redonner un aspect raisonnable, un aspect plus propre et plus lisse. On va se forcer à suivre ces pointillés et on se fatigue à chercher à rentrer dans le rang.

Anecdote : Le pseudonyme Zerocalcare lui vient de l’époque où il participait à des forums, il est tombé sur une publicité pour un produit anti-calcaire.

Soutenez le blog : Faites un don ou offrez un café.

Une réflexion sur “À découper suivant les pointillés : Un vrai petit bijou. Un humour au top et des histoires touchantes.

Tu es libre de ne pas commenter!

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.