Rencontre avec Kristen Vaganos


Kristen Vaganos a peu à peu trouvé sa place dans le monde du petit écran. Depuis Mommy Would Never Hurt You, elle enchaîne des rôles marquants qu’elle a toujours abordés avec sincérité et réalisme.

L’année dernière à l’occasion de la sortie du film I am Lisa, nous devions faire une interview du réalisateur Patrick Rea et de la jeune actrice, mais l’annulation d’une hypothétique distribution en salle française a stoppé nos projets.

Malgré quelques projets mis en suspens à cause de la crise de la Covid-19, Kristen continue à tourner. Entre deux tournages, nous avons eu l’occasion de lui poser quelques questions sur ses projets en cours et sur sa carrière.

Avant de démarrer, découvrez le court métrage The Hoarding (2020, Karen Gillan) dans lequel Kristen a fait une courte apparition!

Dernièrement vous avez joué dans le nouveau film d’horreur « I am Lisa » réalisé par Patrick Rea. Malheureusement il sortira directement en dvd. Jusqu’à ce jour, il n’y a aucune date annoncée pour sa sortie en France. Pouvez-vous nous en dire plus sur ce projet ?


I Am Lisa est un film génial de vengeance féminine dans lequel je joue le rôle de Lisa, un rat de bibliothèque sans prétention. L’histoire se déroule dans une petite ville, elle est laissée pour morte dans les bois après une rencontre avec la police locale corrompue. Au lieu de mourir, Lisa est mordue par un loup-garou et passe le reste du film à accepter sa transformation et à apprendre à se venger de son attaque. C’est une histoire classique de chien battu avec une touche féminine et d’horreur. C’était un beau projet auquel j’ai participé parce que, même si nous avions des effets spéciaux impressionnants et tout ça, au fond, c’était une histoire d’émotion dans laquelle les tyrans avaient ce qu’ils méritaient. Nous avons tourné le film à Kansas City, MO et une suite est actuellement en cours de développement ! Le film est disponible en ligne, en streaming, en VOD, et en DVD pour les USA et le Canada. (Une sortie est prévue pour l’UK).

Vous avez joué dans « Mommy would never hurt you« , quel est le type d’entraînement que vous réalisez pour ce genre de personnage? Comment s’est passé le casting ? était-il différent de celui de « I am Lisa » ?

Mommy Would Never Hurt You était en fait mon premier long métrage et il a été diffusé pour la première fois sur Lifetime aux États-Unis en 2018. Le film raconte l’histoire de deux sœurs et de leur mère. Mon personnage, Riley, revient à la maison après avoir fugué pour s’émanciper et commencer une nouvelle vie. Elle décide de revenir pour faire la paix mais elle réalise rapidement que sa mère ment en prétendant que sa jeune sœur est malade et en l’empoisonnant avec de faux médicaments pour l’empêcher de partir elle aussi. Je finis par devoir sauver ma sœur et moi de notre mère qui souffre de Munchausen par procuration.

Le casting était assez conventionnel, j’ai d’abord auditionné pour la petite sœur, puis le réalisateur a voulu que je lise pour le personnage principal. Je suis allée dans une autre pièce pour préparer ces scènes, puis je suis revenue un quart d’heure plus tard pour lire pour Riley. Le soir même, il m’a proposé le rôle. C’était assez impressionnant, mais définitivement différent de I Am Lisa, car avec Lisa, le scénariste du film, Eric Winkler, a trouvé mon travail en ligne et m’a proposé le rôle de Lisa !

La pandémie de covid 19 perturbe le secteur. Comment se passe votre vie d’artiste maintenant ?

La pandémie a certainement été assez dévastatrice pour les artistes lorsqu’elle a frappé. Elle a retardé quelques films que j’avais prévus et il était difficile de se sentir inspiré ou connecté lorsque le travail était éphémère et que personne ne savait quand nous pourrions retourner sur le plateau. Nous étions si dépendants de l’art et des histoires en tant que consommateurs et pourtant les artistes étaient tous au chômage. J’ai passé plus de temps à écrire et à faire des recherches sur les projets que je développe, mais ne vous méprenez pas, j’ai aussi eu des jours où je me sentais totalement démotivée. J’ai pris les choses au jour le jour et j’ai essayé de ne pas être trop dure avec moi-même pour ce que je ressentais, le monde était un désordre après tout et faire face était suffisamment productif !

Les choses commencent à changer et à s’ouvrir maintenant, ce qui est génial !

En France, plusieurs films ont été annulés. Sur votre imdb nous avons remarqué beaucoup de nouveaux films pour 2021. Comment allez-vous planifier votre carrière ?

J’ai eu la chance de travailler pas mal en 2020 et 2021 jusqu’à présent, donc j’ai quelques projets à l’horizon. La semaine dernière, j’ai terminé le tournage d’un autre long métrage dans lequel j’ai joué, Murder & Matrimony. (Réalisé par Tom Shell ndlr), dans l’Oklahoma! C’est pour bientôt.

Dans « I am Lisa« , vous jouez votre premier rôle principal dans un film. Comment s’est passée votre collaboration avec le réalisateur ?

La collaboration avec mon réalisateur Patrick Rea a été formidable sur I Am Lisa. Nous étions en quelque sorte capables de lire dans les pensées de l’autre et en quelques jours, nous avons développé une sténographie. Nous étions toujours sur la même longueur d’onde, nous avions les mêmes idées pour le personnage et la ligne directrice du film. J’apprécie Patrick parce qu’il a respecté mon processus de composition et mon opinion lorsque je sentais que nous avions besoin de plus de justification ou de plus d’intensité ou si je voulais changer légèrement une ligne, nous avions un respect mutuel l’un pour l’autre. Cela a rendu la collaboration très facile et nous avons quelques autres projets en cours de réalisation ensemble, alors j’espère que nous collaborerons à nouveau bientôt !

Que pensez-vous de la représentation des femmes dans des films comme I am Lisa ? Ne sont-elles pas sous-représentées ou trop montrées comme des victimes ?

L’une des choses que j’apprécie tant dans I am Lisa, c’est que presque tous les méchants sont aussi des femmes, mais cela n’a pas toujours été le cas. Dans une version révisée du scénario, de nombreux personnages sont passés d’hommes à femmes et je pense que cela a rendu le film exponentiellement plus intéressant. Ces relations féminines complexes autour de l’attirance, de la compétition, de la dévalorisation, etc. sont certainement l’une des choses qui m’ont attiré dans ce film!

Oui, je pense que les femmes sont trop souvent présentées comme des victimes ou des impuissantes, alors que la vérité est que les femmes savent se battre comme personne. Nous nous battons depuis si longtemps. Pour l’égalité, pour être prises au sérieux, pour être respectées. Et parfois, les femmes essaient de s’entre-déchirer pour aller de l’avant ou pour être « l’un des garçons », ce qui est tellement triste et malheureux, mais c’est l’un des thèmes abordés par I Am Lisa.

Vous avez joué dans un court-métrage étudiant : the offer. Comment s’est déroulé ce projet ?

The Offer était un court métrage, mais pas un film d’étudiant. Il vient d’être présenté en avant-première dans le cadre du festival du film virtuel de Cinequest en avril 2021 et sera, je l’espère, bientôt disponible pour le public. C’est l’histoire touchante de deux sœurs qui profitent de leur dernier week-end ensemble avant que mon personnage ne quitte son monde pour une offre mystérieuse. A ce jour jour, c’est l’un de mes films préférés dans lequel j’ai pu jouer, car la photographie est tellement belle et l’histoire est tellement lente et tendre qu’elle laisse de la place pour respirer.

On a vraiment l’impression que vous êtes en parfaite adéquation avec l’harmonie de ce film?!

Dans la vraie vie, ma soeur est ma meilleure amie, il était donc facile de se connecter émotionnellement à cette histoire. J’ai une réelle affection pour ce film! Je l’aime vraiment.

En regardant bien votre filmographie, nous constatons que vous jouez souvent des femmes fortes à l’écran, est-ce un choix ou une coïncidence ?

Probablement les deux. C’est certainement par choix, car je suis une fervente partisane des personnages féminins forts, mais je pense que lorsque j’auditionne pour un rôle, je finis par apporter une force et une intensité, peut-être même accidentellement. Je pense que c’est juste dans mon tempérament et cela se ressent. Je ne sous-estime jamais mes personnages, il y a de l’humanité, de la force et de la place au libre arbitre dans chacun d’entre eux, et dans chacun de mes personnages. Enfin tout cela est visible si vous vous souciez de la trouver. Et je veux que mes personnages soient des modèles distinctives et uniques pour les jeunes femmes, s’ils peuvent l’être.

© 2020 Erik Fischer Photography \ Photo du tournage Obsessed With the Babysitter

Pouvez-vous nous en dire plus sur « Obsessed with the babysitter« , votre personnage a un haut niveau en danse, comment vous êtes-vous préparée pour ce rôle ?

Ce film a été une aventure folle pour moi ! J’ai pris des cours de danse tout au long de ma vie, comme enfant, dans des comédies musicales et à l’université de New York où j’ai obtenu mon diplôme d’art dramatique (BFA In Drama), mais je ne me considère pas comme une danseuse professionnelle, alors que mon personnage dans ce film l’est.

Il y a eu une période de répétition très intense durant laquelle j’ai dû apprendre 4 danses complètes pour le film. Mon partenaire à l’écran et mon chorégraphe ont travaillé très dur avec moi pour que j’aie l’air naturel et, surtout, pour que je sois à la hauteur, l’idée était de se sentir à l’aise et confiant. L’expérience s’est avérée extrêmement enrichissante et amusante, mais j’étais vraiment nerveuse. Je pense que tout s’est bien passé !

Le public français attendait avec impatience votre nouveau film, mais la sortie a été annulée. Le cinéma indépendant américain peine à s’imposer en Europe. Que pensez-vous de cette modeste industrie ?

De nombreux films qui prévoyaient une sortie en salle doivent se tourner vers des sorties en streaming et c’est triste parce que je ne pense pas que cela rapporte autant qu’ils espéraient, mais cela a permis à certaines petites productions ou productions indépendantes de trouver une sortie parce que les productions ont été interrompus pendant si longtemps. J’espère que nous reviendrons bientôt à la normale !

Oui, c’est vrai que c’est compliqué, en France il y a environ 500 films en attente de re-programmation en plus de tout ceux qui n’ont finalement pas trouver de distributeur. Pour conclure, aimez-vous le cinéma français ? Si oui, quels sont les films qui vous ont le plus marqué?

De ce que j’ai vu, j’adore le cinéma français. Je pense souvent que le contenu non américain est bien meilleur que le nôtre, il est plus profond. Quelques-uns de mes films français préférés sont Le Scaphandre et le Papillon et Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulin! (Rire) Mais en ce moment je suis en train de regarder Call My Agent (10 pour cent) et j’en suis complètement accro ! J’espère sincèrement pouvoir collaborer avec des réalisateurs français un jour !

Kristen, on vous remercie d’avoir accepté cette interview. On espère vous apercevoir assez rapidement dans de nouveaux rôles!


Note : Le film I Am Lisa est disponible sur Microsoft pour la France/Belgique, le DVD/blu-ray disponible en import Zone 1 et Zone 2(UK, attention aucun sous titre français pour l’édition anglaise, les sous titres le sont pour la Zone 1, en raison du Québec francophone)

Tu es libre de ne pas commenter!

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.