RocketMan


Si « Rocketman » rend hommage aux indénombrables succès enregistrés par Elton John, il approfondit également la douleur et les émotions qui se cachent dans ces trésors. Donnant au public une nouvelle perception de certains titres comme « Your Song ».

Le périple mélodique du réalisateur Dexter Fletcher  explore la vie de l’icône à travers sa jeunesse de jeune prodige britannique du piano jusqu’à l’âge adulte où il devient  l’homme le plus connu au monde pour sa démesure pop et ses grandes lunettes. Taron Egerton (« Kingsman: Les services secrets »). L’acteur Egerton ne déçoit pas le moins du monde, il incarne Sir Elton John comme un niais timide, un artiste fragile et un accroc à toutes substances mais il nous livre également un incroyable groove.

La comparaison  avec le biopic sur Queen «Bohemian Rhapsody» est facile à faire, mais «Rocketman» est beaucoup plus efficace dans son rôle de documentaire sur rock et l’univers de la chanson. Il s’agit en fait d’une expérience semblable à celle du brillant film sur les Beatles «Across the Universe», mais avec une histoire vraie.

«Rocketman», qui retrace la vie de la légende de la pop des années 1950 aux années 1990, ne commence pas par John devant un piano, créant un futur tube ou se produisant devant un stade de fans enthousiastes. Les vêtements flamboyants d’Egerton Elton débarque dans un centre de désintoxication pour sa première réunion de groupe, portant des cornes et d’ailes rouges pour faire face à ses propres démons. Comme le fantôme de Peacockish Past, il transporte le public dans les rues de sa ville natale en Grande Bretagne, où un jeune garçon  se pavane et chante «The Bitch Is Back» avec ses voisins le tout bien chorégraphiés. Oui, ce film a la saveur d’une comédie musicale, les musiques accompagnent l’action et font également avancer l’action.

Enfant, Elton découvre ses talents musicaux – bien que sa mère insensible (Bryce Dallas Howard) et son père absent (Steven Mackintosh) s’en moque – et se lie d’amitié avec le parolier Bernie Taupin (Jamie Bell) dans les années 1970 pour créer l’un des les plus célèbres duo de composition de chansons. Elton craque pour le directeur musical John Reid (Richard Madden), qui n’est pas le gars le plus chaleureux, et la montée spectaculaire de la star conduit à une chute abrupte alors qu’Elton lutte avec ses dépendances (alcool, cocaïne, shopping) et ses relations personnelles.

Fletcher est un habitué des films rétro sur des Britanniques célèbres: il a terminé «Rhapsody» après la mise en boîte de Bryan Singer et a également dirigé Egerton dans l’excellent «Eddie the Eagle»….(voir http://www.chartsinfrance.net/Queen/news-110189.html)

Certaines scènes semblent bien trop figées en comparaison, mais les plus calmes arrivent aussi, comme Elton qui élabore la mélodie de «Your Song» pour un Taupin souriant. Si Freddie Mercury de Rami Malek était assez bon pour un Academy Award, Egerton pourrait tout aussi bien obtenir un Oscar et une cérémonie d’intronisation au Temple de la renommée du rock and roll. Il gère habilement les sentiments des montagnes russes d’Elton, passant d’une fureur bouillonnante à un bonheur écarquillé lorsqu’il marche sur une scène. Et il n’ya pas de notes synchronisées sur les lèvres ici : Egerton chante non seulement tous les airs les plus célèbres de John, mais en fait aussi les siens, au moins pendant deux heures. L’acteur chante réellement, il a suivi des heures de coaching avec Elton John afin de devenir un mini Elton.

L’un des thèmes de «Rocketman» est le désir ardent de John, l’amour romantique et parental, qui inclut l’exploration de son homosexualité. Son adhésion à Bernie (et à son acceptation immédiate) contraste avec la réaction de sa mère et l’encouragement de Reid à rester dans le placard. Le film n’est jamais corsé, mais c’est un aspect mélancolique bien défini qui équilibre le personnage voyant du musicien. Ce film offre au public une relecture juste de la vie tortueuse et mouvementé d’Elton, la génération 90 n’a pas souvenir de ses époques loufoques où il enchainait des drogues dures, mais a eu la chance de connaitre ses titres pour Disney comme l’incroyable ballade au piano « Can you feel the love tonight ». Les cadeaux de John sont ses chansons, et avec «Rocketman», sa vie merveilleuse reçoit un traitement digne et rafraîchissant sur grand écran.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s