Archives du mot-clé film d’horreur

Mary Shelley mère du fantastique (Dossier)

MARY SHELLEY raconte l’histoire de Mary Wollstonecraft Godwin (Elle Fanning) – auteure de l’un des romans gothiques les plus célèbres au monde, Frankenstein – et de sa relation enflammée avec le célèbre poète romantique Percy Bysshe Shelley (Douglas Booth). des étrangers limités par une société polie mais liés par une chimie naturelle et des idées progressistes qui dépassent les limites de leur âge et de leur époque. Mary et Percy déclarent leur amour l’un pour l’autre et beaucoup d’horreur pour sa famille. Ils se sont enfuis ensemble, rejoints par la demi-soeur de Mary, Claire (Bel Powley). Au milieu de tensions croissantes pendant leur séjour chez Lord Byron (Tom Sturridge ) Maison du lac Léman, l’idée de Frankenstein est conçue quand un défi est lancé à tous les invités de maison pour qu’ils écrivent une histoire de fantôme. Un personnage incroyable est créé, qui occupera une place importante dans la culture populaire pour les siècles à venir, mais la société à l’époque n’accorde guère de valeur aux auteurs féminins. À l’âge de 18 ans, Mary est obligée de contester ces idées préconçues, de protéger son travail et de forger sa propre identité.

Autres sujets:

Le film récent avec Robert de Niro / Le film classique en NB de James Whale / Le roman

Lire la suite Mary Shelley mère du fantastique (Dossier)

Publicités

I walk with a zombie: Tourneur le cinéma intellectuel

Carrefour se comporte comme un zombie. Nous sommes ici à un moment charnière, on aura des réponses surnaturelles et scientifiques.

I WALKED WITH A ZOMBIE

Si Tourneur ne cherche pas à montrer ces monstres, c’est par ce qu’il va toujours chercher à montrer l’ambiguïté dans notre réel, dans la normalité. Si on prend l’exemple d’un film comme Vaudou. On est tout comme dans King Kong on part du monde occidental vers une population des Antilles. On voit simplement des croyances autres que les nôtres. On a à cette époque une tendance à légitimer la colonisation. Ces populations étaient désignées comme inquiétante, dangereuses. Lire la suite I walk with a zombie: Tourneur le cinéma intellectuel

L’incroyable pouvoir de Norman

Un déjà vu? Oui le sixième sens peut être bien. Le sujet est simple, l’intrigue efficace. Mais qu’apporte au final ce dessin animé? Apparemment c’est le travail d’animation des animateurs qui a été différent des autres films d’animation à l’affiche ce mois-ci.

Que raconte l’histoire? Un jeu sur la différence, on est dans une amérique caricaturée jusqu’à son paroxysme. Les personnages ne sont que des archétypes du anti héros, du geek, du sportif et de la bimbo américaine décolorée à l’eau oxygénée. Le geek est gros, le petit outsider est maigre et aime les films d’horreur. Bref nous sommes dans la caricature la plus normale.

Mais a quoi sert donc de parler de tout ça?

Simplement pour retenir la morale de la fin, la différence ne doit pas mener à la peur, car la peur mène à la violence.